Dans la presse

Erbil protégée par Soleimani : le gouvernement kurde répond aux propos "puérils" de Nasrallah

Le porte-parole de l'Exécutif kurde accuse le Hezbollah et le général Soleimani d'avoir "rêvé d'occuper le Kurdistan". 

Des manifestants agitant des drapeaux kurdes lors d'un rassemblement. Photo d'archives AFP / Safin HAMED

Le gouvernement du Kurdistan irakien a violemment réagi lundi aux propos du secrétaire général du Hezbollah libanais, Hassan Nasrallah, qui avait estimé dans un discours la veille que le général iranien Kassem Soleimani, tué dans une frappe américaine, avait "sauvé" la région autonome kurde du nord de l'Irak des jihadistes de l’État islamique. 

Dans son discours en mémoire du général Soleimani, tué il y a dix jours dans une frappe de drone américaine en Irak, Hassan Nasrallah avait affirmé que le chef de la force al-Qods des gardiens de la révolution avait "délivré Erbil et le Kurdistan irakien de l'EI". "Lorsque l'EI attaquait, Massoud Barzani (le chef du Parti démocratique kurde et ancien président, ndlr) tremblait de peur", avait ajouté le leader chiite. 

Lors d'un point presse lundi, le porte-parole du gouvernement kurde, Jotyar Adil, a critiqué les déclarations "puériles" du chef du Hezbollah "qui n'ose même pas sortir la tête de son tunnel souterrain", selon l'agence de presse kurde irakienne Rudaw.

"Pourquoi attaquez-vous une nation qui n'a rien à voir avec vous ? Ce sont les peshmerga (combattants kurdes, ndlr) qui ont protégé Erbil et le Kurdistan, et personne d'autre", a déclaré le responsable. Il a estimé "étrange" que Hassan Nasrallah s'en prenne "à une nation et à son chef de manière aussi puérile". "Au lieu de nous insulter, vous auriez dû soutenir une nation qui n'a connu que l'injustice pendant des années", a-t-il ajouté.



(Lire aussi : Nasrallah : Nous sommes au début d'un long chemin menant au départ des troupes US)



"Occuper le Kurdistan"
Et le porte-parole d'accuser le Hezbollah et le général Soleimani d'avoir "rêvé d'occuper le Kurdistan". Il faisait référence au déploiement en 2017 d'unités du Hachd al-Chaabi, les milices chiites pro-iraniennes dans des zones dans lesquelles les combattants kurdes s'étaient déployés contre l'avis de Bagdad, en vue du référendum kurde pour l'indépendance. Le numéro deux du Hachd, Abou Mehdi al-Mouhandis, se trouvait d'ailleurs avec le général iranien dans le convoi qui a été atteint par Washington.

Samedi, le Premier ministre irakien démissionnaire Adel Abdel Mahdi était en tournée au Kurdistan irakien pour rassurer les dirigeants locaux sur le fait qu'il ne recherche pas "les hostilités" avec Washington, dont il réclame le départ des troupes. Ces déclarations interviennent alors que de nombreux Kurdes plaident pour le maintien des troupes étrangères pour affronter les cellules clandestines que conserve le groupe État islamique (EI) malgré sa défaite territoriale. Dans ce contexte, les députés kurdes du Parlement fédéral à Bagdad n'avaient pas participé au vote qui réclamait au gouvernement d'expulser les troupes étrangères du pays.

Depuis plusieurs jours, les factions pro-iraniennes menacent de répondre aux raids américains. Les autorités fédérales de Bagdad s'activent pour leur part à expulser les soldats américains et leurs diplomates multiplient les protestations contre Washington. Mais le Kurdistan irakien, lui, est resté à l'écart. Cette région du nord de l'Irak doit son autonomie aux États-Unis mais partage des centaines de kilomètres de frontière avec l'Iran. Les combattants kurdes ont participé à la guerre contre l'EI aux côtés de la coalition emmenée par Washington comme des miliciens du général Soleimani.


Lire aussi
Pour ou contre Soleimani ? Telle n’est pas la question

Le Moyen-Orient post-Soleimani : 10 points pour comprendre les enjeux

Pour mémoire
Nasrallah veut venger Soleimani, mais sans impliquer le Liban


Le gouvernement du Kurdistan irakien a violemment réagi lundi aux propos du secrétaire général du Hezbollah libanais, Hassan Nasrallah, qui avait estimé dans un discours la veille que le général iranien Kassem Soleimani, tué...

commentaires (9)

Quelqu'un devrait tenir un blog avec tous les mensonges proférés lors de ces discours fleuves, un peu comme il se fait pour Trump. Ce serait très édifiant et peut-être certains verraient la lumière du jour.

Michael

12 h 53, le 14 janvier 2020

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Quelqu'un devrait tenir un blog avec tous les mensonges proférés lors de ces discours fleuves, un peu comme il se fait pour Trump. Ce serait très édifiant et peut-être certains verraient la lumière du jour.

    Michael

    12 h 53, le 14 janvier 2020

  • A entendre Nasrallah parler de son feu copain d'armes, on a l'impression qu'il parle d'un libérateur alors qu'il s'agit d'un imposteur Il pense motiver ses troupes qu'il envoie au casse-pipe de continuer à se sacrifier pour qu'il puisse rester tranquille dans son trou à menacer et vociférer en racontant des énormités insultantes et mensongères telles que son feu ami a libéré le Liban, la Syrie, l'Irak etc... Au moins le porte parole de l'exécutif Kurde a eu le courage de défendre son honneur en rappelant à HN que ce sont les kurdes qui ont défendu leur pays et leur territoire contre Soleimani et ses troupes alors qu'ils menaient une guerre parallèle contre les Daesh. Au Liban personne n'a jugé utile de contredire ce gros menteur qui a insulté les libanais en mettant son ami mort sur la liste des sauveurs du Liban. Quelle bande de nuls, vendus et sans aucun honneur. Vous faites honte à notre nation.

    Sissi zayyat

    10 h 48, le 14 janvier 2020

  • De pauvres mythomanes qui se veulent un destin méssianique, justes bons à assassiner leurs compatriotes contre des liasses bien vertes. Ya Haram!

    Je partage mon avis

    22 h 39, le 13 janvier 2020

  • De pauvres mythomanes qui se veulent un destin méssianique, justes bons à assassiner leurs compatriotes contre des liasses bien vertes. Ya Haram!

    Je partage mon avis

    22 h 13, le 13 janvier 2020

  • En bref, depuis la conférence de la paix de Paris en 1919, date le projet de la création d'un Etat kurde. En 1923 lors de traité de Lausanne, Mustafa Kemal annula le projet. Aujourd'hui, Johar Adil, porte-parole du gouvernement kurde déclare : " Le chef du Hezbollah n'ose même pa

    Honneur et Patrie

    19 h 50, le 13 janvier 2020

  • Ce gouvernement kurde s'en prend aux résistants et oublie que celui qui l'a utilisé et jeté aux turques par la suite , c'est bien le gouvernement américain. Et on entend des neuneus applaudir à tout va ! Y'a HARAM.

    FRIK-A-FRAK

    15 h 19, le 13 janvier 2020

  • C'est tout simplement que notre grand "chef souterrain" s'imagine déjà être un jour couvert de gloire comme Soleimani et y travaille avec acharnement en parlant beaucoup...pendant des heures, par écran interposé, c'est plus sûr, par les temps qui courent ! Tout comme son petit copain très ambitieux chez nous rêve en couleurs d'occuper bientôt le fauteuil de son beau-papa...et compte sur l'appui inconditionnel de Ammo Hassan. Qui se ressemble, s'assemble ! Irène Saïd

    Irene Said

    15 h 07, le 13 janvier 2020

  • LA TAUPE NE SAIT PLUS CE QU,ELLE DIVAGUE UNE FOIS QU,ELLE SORTE SA TETE POUR UN MOMENT D,UN TROU DU QUATRIEME ETAGE DE SOUS TERRE POUR RESPIRER UN PEU.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    14 h 55, le 13 janvier 2020

  • Bravo aux kurdes qui en aucun cas ne meritent le mepris ignoble du hezb. Nous devenons hais et rejetés de toutes et tous dans la region, tout sa a cause de hassan nasrallah qui perd encore et encore de son image. Au point ou tout le monde se retournera contre le hezb un jour inshallah.

    Thawra-LB

    14 h 49, le 13 janvier 2020