Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Un cambrioleur abattu au domicile de Nancy Ajram par l'époux de la chanteuse

Le mari de la star libanaise, qui a ouvert le feu sur le malfaiteur, arrêté pour les besoins de l'enquête.

La chanteuse libanaise Nancy Ajram et son époux, Fady Hachem. Photo tirée de la page Facebook de Nancy Ajram

Un cambrioleur qui s'est introduit dans la nuit de samedi à dimanche dans le domicile de la chanteuse libanaise Nancy Ajram à New Sehailé, dans le Kesrouan, a été abattu par le mari de la star alors qu'il se dirigeait, muni d'un pistolet, vers la chambre d'enfants.

M. H. M., un Syrien de 31 ans, était entré par effraction à l'aube dans la villa de Nancy Ajram, dans l'intention de cambrioler sa résidence. Il s'est alors retrouvé nez à nez avec le mari de la star, le dentiste Fady Hachem. Ce dernier a affirmé à la chaîne MTV, images de vidéosurveillance à l’appui, qu’il a vu le voleur muni d’un sac appartenant à Nancy Ajram. "J’ai alors saisi une chaise pour le frapper, mais il a brandi son pistolet et m’a demandé de l’argent, assurant qu’il ne voulait pas me faire de mal." M. Hachem a obtempéré et il est revenu avec de l’argent, au moment où les gardes chargés de surveiller la résidence accouraient.

L’époux de la star précise que le cambrioleur s’est alors dirigé vers la chambre des trois petites filles du couple, ce qui l’a poussé à se saisir d’une arme et à tirer sur lui. Le malfaiteur a été tué et son pistolet s'est finalement avéré être un faux,   ce que M. Hachem ne savait pas avant de tirer, ont rapporté les médias locaux.

Selon une photo circulant sur les réseaux sociaux, Nancy Ajram apparaît avec un pansement sur la jambe, couvrant ce qui semble être une blessure légère. Elle a refusé de commenter l'incident, se contentant de déclarer aux médias locaux que le plus important pour elle c'est que sa famille se porte bien. Selon son père, la star a fait une crise de nerfs peu après l'incident.

Son mari a, quant à lui, été arrêté pour les besoins de l'enquête, sur ordre de la procureur près la Cour d'appel du Mont-Liban, la juge Ghada Aoun. Dans la soirée, il a été transporté à l'hôpital suite à malaise mais il reste en état d'arrestation jusqu'à mardi, lundi étant un jour férié au Liban.

L'ordre des dentistes a publié un communiqué dans lequel il exprime sa solidarité avec le Dr Hachem, demandant aux autorités judiciaires de le relâcher. L'époux de la chanteuse a également reçu plusieurs messages de solidarité de la part d'artistes libanais. 



Pour mémoire

Nancy Ajram : vous pouvez l’appeler « Nannouss » !

Nancy Ajram à « L’OLJ » : On ne peut pas accepter qu’il y ait encore cela dans le monde...

Quand Nancy, Elissa et Haïfa se donnent rendez-vous à Dubaï

Nancy Ajram et Carole Samaha font honneur au Liban

Un cambrioleur qui s'est introduit dans la nuit de samedi à dimanche dans le domicile de la chanteuse libanaise Nancy Ajram à New Sehailé, dans le Kesrouan, a été abattu par le mari de la star alors qu'il se dirigeait, muni d'un pistolet, vers la chambre d'enfants.M. H. M., un Syrien de 31 ans, était entré par effraction à l'aube dans la villa de Nancy Ajram, dans l'intention de...
commentaires (4)

Des " gardes de corps "nuls" Un homme qui defend sa femme et ses enfants au risque de sa vie dans sa propre maison BRAVO Que ce cambrioleur ait ete atteint de dos ou de face, peu importe. Que son arme doit factice ou vraie, peu importe. Il venait arme a la main cambrioler une maison habitee L'epoux de Nancy Ajram a fait prevue d'un courage examplaire en s'attaquant a ce combrioleur qui allait menacer ses enfants Heureusement pour lui qu'on l'a laisse aller dans un hopital plutot que dans une prison ( le video montre est tres clair que l'epoux etait convaincu que le revolver etait un vrai vu son action apres avoir pris la chaise ) mais le juge qui doit statuer sur sa remise en liberte ou son inculpation aurait pu l'entendre des aujourdh'ui meme si c'est un jour de vacance legal Si l'arme utilise avait un licence legale d'apres les regles de M Abou Saab du 2 Decembre , il ne devrait pas savoir un probleme sinon il y aura quand meme une penalite pour usage d'une arme non autorisee ON AURA TOUT VU AU LIBAN EN CE DEBUT D'ANNEE M Hayek avait-il aussi predit cela?

LA VERITE

12 h 57, le 06 janvier 2020

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Des " gardes de corps "nuls" Un homme qui defend sa femme et ses enfants au risque de sa vie dans sa propre maison BRAVO Que ce cambrioleur ait ete atteint de dos ou de face, peu importe. Que son arme doit factice ou vraie, peu importe. Il venait arme a la main cambrioler une maison habitee L'epoux de Nancy Ajram a fait prevue d'un courage examplaire en s'attaquant a ce combrioleur qui allait menacer ses enfants Heureusement pour lui qu'on l'a laisse aller dans un hopital plutot que dans une prison ( le video montre est tres clair que l'epoux etait convaincu que le revolver etait un vrai vu son action apres avoir pris la chaise ) mais le juge qui doit statuer sur sa remise en liberte ou son inculpation aurait pu l'entendre des aujourdh'ui meme si c'est un jour de vacance legal Si l'arme utilise avait un licence legale d'apres les regles de M Abou Saab du 2 Decembre , il ne devrait pas savoir un probleme sinon il y aura quand meme une penalite pour usage d'une arme non autorisee ON AURA TOUT VU AU LIBAN EN CE DEBUT D'ANNEE M Hayek avait-il aussi predit cela?

    LA VERITE

    12 h 57, le 06 janvier 2020

  • Il y a la loi et l'esprit de la loi...au motif que l'on à un jour férié ce "héros" du quotidien est maintenu en détention en dépit du fait que l'on sait qu'il ne quittera pas le Liban, encore un petit effort et les autorités pourront décorer à titre posthume le cambrioleur...

    C…

    07 h 20, le 06 janvier 2020

  • Malgré la mort et la tragédie de l’événement il convient de dire bravo au père de famille d'avoir fait, à priori, ce qu'il fallait faire et que chacun aurait fait s'il avait les moyens et le courage ! A présent c'est lui qui est la victime qui va devoir vivre au quotidien avec son acte de bravoure encore longtemps.

    Shou fi

    23 h 55, le 05 janvier 2020

  • Les trois gardes du corps n'ont pas vu entrer le cambrioleur ou, à plus forte raison, n'ont pas pu m'empêcher d'entrer "par effraction". Les sbires ne sont plus ce qu'ils étaient

    M.E

    18 h 18, le 05 janvier 2020

Retour en haut