Rechercher
Rechercher

Liban - Société

Sur les réseaux sociaux ou à travers les applis, l’entraide se développe

Grâce à des initiatives qui ont récemment vu le jour sur les réseaux sociaux, on échange par exemple des vêtements, de la nourriture ou des services.


Liban Troc collecte de nombreuses donations à travers le pays. Photo DR

Dans un contexte de précarisation rapide de la société libanaise, les initiatives d’entraide et de solidarité se multiplient. Certaines passent par des associations, ou des initiatives individuelles. D’autres s’appuient essentiellement sur les réseaux sociaux et les technologies.

Grâce à des initiatives nées dernièrement sur les réseaux sociaux, de simples citoyens se retrouvent à créer de vastes chaînes d’échange de vêtements, de nourriture ou de services. Une façon de pallier aux manquements d’un État aux abonnés absents tandis que les associations caritatives sont de plus en plus débordées. Créée sur Facebook il y a une vingtaine de jours, la page « Liban Troc » compte déjà 25 000 abonnés. Si les internautes proposaient au départ de simples échanges de services, la page a rapidement dû faire face à des demandes beaucoup plus urgentes. Hala Dahrouge, publicitaire de 40 ans, est à l’origine de cette initiative citoyenne. « J’ai créé cette page après avoir eu vent de cas de suicide à caractère économique dans le pays, et après avoir vu en ligne la photo d’une femme qui proposait un de ses reins à la vente afin de pouvoir survivre », confie-t-elle à L’Orient-Le Jour.

Des dizaines de messages sont postés tous les jours sur la page par des personnes qui demandent à recevoir un médicament, une poussette, une machine à laver, du lait en poudre pour leurs enfants, ou qui essaient simplement de trouver un emploi. Les réactions des internautes ne tardent pas. Sitôt une demande formulée, il se trouve toujours un volontaire, quelque part dans le pays, prêt à venir en aide.

« De nombreuses personnes qui nous contactent se disent incapables de payer leur loyer. Beaucoup d’autres demandent des emplois de concierge, car ils savent qu’ils seront logés sur place et éviteront ainsi d’avoir à payer des loyers, explique-t-elle. Une offre publiée récemment sur notre groupe pour un emploi de concierge payé 600 000 LL par mois a récolté 1 400 réponses. »

Grâce à la mobilisation des internautes, Liban Troc a pu aider sept sans-abri, dont un professeur d’anglais qui s’était retrouvé à la rue dernièrement. « On lui a d’abord loué une chambre pour deux semaines dans un foyer, grâce à une généreuse donation. Il vient de trouver son premier élève pour des cours privés », raconte Hala Dahrouge. Sauf que la situation n’est pas toujours facile quand il s’agit d’aider des sans-abri, certains refusant tout bonnement de quitter la rue, souvent pour des raisons d’ordre psychologique. « Nous n’avons pas réussi à convaincre un des sans-abri avec qui nous sommes en contact. Mais nous lui avons donné des couvertures et de la nourriture », explique la jeune femme à L’OLJ.

Le groupe a par ailleurs été confronté à plusieurs cas de personnes qui menaçaient de mettre fin à leurs jours, à cause de leur incapacité à joindre les deux bouts. Fort heureusement, les volontaires de Liban Troc se sont rendus auprès d’eux et ont pu leur apporter un soutien à temps. Pour rappel, une ligne verte, le 1564, pour la prévention du suicide existe au Liban.


(Lire aussi : Les valises solidaires des Libanais de Montréal)


« On ne s’attendait pas à voir autant de misère »

C’est dans le même état d’esprit que Daniel Akl, développeur informatique de 27 ans, a lancé il y a une semaine l’application Khayyak (Ton frère), disponible sous Android et iOS. Grâce à une interface facile à utiliser, l’appli se propose de mettre en contact les personnes qui ont besoin d’aide et celles qui sont disposées à les aider.

« Il y a des gens qui n’arrivent plus à se nourrir, il fallait que je puisse aider à ma manière. On savait tous qu’il y avait des personnes dans le besoin, mais on ne s’attendait pas à voir autant de misère », indique M. Akl à L’OLJ. Il a fini alors par créer cette application, grâce au soutien technique de la société qui l’emploie.

« Nous avons environ 7 000 utilisateurs actifs et au moins 1 000 d’entre eux ont déjà publié des demandes d’aide via notre plateforme », confie le jeune homme. Parmi les demandes les plus récurrentes, des appels à l’aide pour payer un loyer, se procurer de la nourriture, du mazout pour se chauffer, des couvertures ou encore des médicaments.


(Lire aussi : Les Libanais n’ont jamais été aussi pauvres, ni non plus aussi solidaires)



L’application est par ailleurs conçue de façon à mettre en avant les demandes d’aide géographiquement les plus proches de la personne qui la consulte. Une façon pratique pour favoriser l’entraide dans une même région et éviter ainsi les déplacements.

Pour l’instant, Daniel Akl reçoit beaucoup de retours positifs, même s’il continue d’appeler les utilisateurs de son application à la vigilance. « Je suis en train de contacter les personnes qui avaient demandé de l’aide, pour voir si tout s’est bien passé. Les gens sont réceptifs, ils aident autant qu’ils peuvent. Bien sûr, il peut y avoir des arnaques, mais il faut que chacun se fie à son bon sens pour pouvoir faire la part des choses », explique le développeur.

Alors que les initiatives se multiplient, la station de radio Light FM a récemment lancé le site www.anakamen.com qui recense des dizaines d'associations et d'initiatives venant en aide aux plus démunis. Les internautes peuvent y effectuer leurs recherches selon le type d'aide requise, le caza, la ville ou le mohafaza où ils résident. Parmi les aides offertes sur ce site, des donations de vêtements, de couvertures, de jouets, des livres, des matelas ainsi que des aides alimentaires et médicales.


Lire aussi

« Nous vivons le vrai esprit de Noël »

#UnCadeauPourTous : 3 500 cadeaux aux enfants démunis

Dans un contexte de précarisation rapide de la société libanaise, les initiatives d’entraide et de solidarité se multiplient. Certaines passent par des associations, ou des initiatives individuelles. D’autres s’appuient essentiellement sur les réseaux sociaux et les technologies.Grâce à des initiatives nées dernièrement sur les réseaux sociaux, de simples citoyens se retrouvent à...

commentaires (2)

C,EST CA LA VRAIE FACE DU LIBAN SI ELLE N,AVAIT PAS ETE DEFORMEE PAR LES DEUX MILICES IRANIENNES ET LEUR SERVITEUR LE CPL.

LA LIBRE EXPRESSION

11 h 43, le 28 décembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • C,EST CA LA VRAIE FACE DU LIBAN SI ELLE N,AVAIT PAS ETE DEFORMEE PAR LES DEUX MILICES IRANIENNES ET LEUR SERVITEUR LE CPL.

    LA LIBRE EXPRESSION

    11 h 43, le 28 décembre 2019

  • This is so heartwarming. These young people creating these initiatives are the future of Lebanon. I have no doubt we will get through this crisis. I want to help as much as possible.

    Mireille Kang

    05 h 13, le 28 décembre 2019

Retour en haut