Énergie

Importation d’essence : l’appel d’offres remporté par ZR Energy suscite des questions

Les importateurs accusent la ministre Boustani de faire assumer à l’État, et donc au contribuable, de manière indirecte la variation du taux de change.

La ministre sortante de l’Énergie et de l’Eau, Nada Boustani, lors d’une conférence de presse hier. Photo tirée de son compte Twitter

La société libanaise ZR Energy a remporté hier l’appel d’offres pour l’importation de 150 000 tonnes d’essence 95 octanes, qui seront achetées directement par l’État, suite à une procédure inédite au Liban. L’ouverture des plis a été retransmise en direct à la télévision depuis le siège de la Direction des installations pétrolières, à Hazmieh. La ministre sortante de l’Énergie et de l’Eau, Nada Boustani, a indiqué que les premiers bateaux transportant de l’essence « doivent arriver dans 15 jours ». L’État assurera ensuite sa vente aux distributeurs indépendants et aux stations-service.

Trois offres ont été finalement recueillies : outre ZR Energy DMCC, appartenant aux frères Teddy et Raymond Rahmé, et dont l’offre financière a été jugée la plus compétitive, deux autres sociétés, Lebneft FZE et Oman Trading International LTD, ont également déposé leurs offres hier matin. ZR Energy DMCC et Lebneft FZE avaient déjà fait le déplacement la semaine dernière en vue de remettre leurs dossiers, mais la ministre Boustani avait finalement décidé de reporter d’une semaine de délai d’ouverture des plis afin de donner l’opportunité « à d’autres sociétés de déposer leurs candidatures et de permettre une plus grande concurrence qui assurerait de meilleurs tarifs pour l’État ». « L’État fait désormais son entrée sur le marché de l’essence, en acquérant 10 % des parts de ce marché », a déclaré la ministre. Car la quantité qui sera importée par ZR Energy permettra d’assurer « environ 10 % de la demande locale », ce qui viendra ainsi concurrencer la douzaine d’importateurs privés qui se partagent jusqu’à aujourd’hui le marché.

Cet appel d’offres découle en effet d’un long bras de fer qui oppose depuis des mois la ministre de l’Énergie aux importateurs privés, ainsi qu’aux distributeurs de carburants et aux propriétaires de stations-service.

Depuis le début de la crise de liquidités en dollars et la création d’un taux de change parallèle auprès des bureaux de change, fin août, l’ensemble des acteurs de cette chaîne font pression sur les autorités afin qu’elles trouvent une solution leur permettant de ne pas assumer le coût de change supplémentaire. Les importateurs refusent le mécanisme mis en place en octobre par la circulaire n° 530 de la BDL qui leur permet de débloquer 85 % du montant de leur commande en dollars, à condition de (1) déposer un mois à l’avance 100 % de ce montant en livres à la BDL, (2) d’apporter 15 % du montant en dollars (qu’ils doivent donc acheter sur le marché parallèle à un prix supérieur au cours officiel de plus de 25 %), et (3) de payer à la BDL une commission de 0,5 % pour chaque lettre de crédit.

Les professionnels du secteur qui ne souhaitent pas assumer le surcoût provoqué par la crise du change pour les 15 % restants du montant, s’étaient heurtés au refus de Mme Boustani d’augmenter le prix des 20 litres d’essence d’environ 700 livres (0,50 dollar au taux officiel), ce qui les a conduits à lancer à plusieurs reprises des grèves ouvertes des stations-service.

Pour fixer le prix de l’essence à la vente publié de manière hebdomadaire, le ministère de l’Énergie calcule la moyenne des prix internationaux sur les quatre dernières semaines, à laquelle il ajoute une marge de 5 % pour les importateurs, le coût du transport maritime, le coût du transport interne, la part des stations d’essence, et la TVA. « Le problème est que le ministère se base toujours sur un taux de change de 1 507,5 livres pour un dollar. Si on avait pris en compte la variation du taux de change sur les 15 % du montant que nous devons apporter en dollars, cela aurait entraîné une hausse des prix à la pompe d’environ 600 à 700 livres pour un bidon », a expliqué une source au sein de l’Association des importateurs de pétrole au Liban (APIC). « C’est face aux menaces de pénurie exercées par les professionnels du secteur, et de par notre volonté de ne pas faire assumer aux citoyens ce surcoût, que nous avons décidé de lancer cet appel d’offres », a affirmé à L’Orient-Le Jour le conseiller de Mme Boustani, Dany Samaha.

Bien que ZR Energy bénéficie des mêmes conditions édictées par la circulaire n° 530, et que son contrat avec l’État soit exclusivement en livres, les importateurs accusent à présent la ministre Boustani de faire assumer à l’État, et donc au contribuable, de manière indirecte la variation du taux de change. « L’État va acheter en livres de l’essence auprès d’un commerçant (ZR Energy) qui n’a pas de coûts opérationnels, mais à un prix qui couvre en fait la variation du taux de change. Au lieu d’augmenter le prix à la pompe, elle masque les pertes dans les dépenses publiques, et les fait donc assumer au contribuable », a dénoncé la source proche de l’APIC précitée. Celle-ci souligne que les importateurs, eux, assument les risques de financement, les variations des prix du brut et les risques de transport et de stockage, « alors que ZR Energy a décroché 10 % du marché, sans avoir eu à investir dans les installations, ni recruter de personnel, puisque l’État mettra à leur disposition les réservoirs de stockage de Tripoli et Zahrani pour stocker la quantité importé », poursuit-elle.

Dans la soirée, la ministre de l’Énergie a publié un communiqué dans lequel elle détaille notamment la structure des prix qui s’applique aux importateurs privés et celle résultant de l’appel d’offres remporté hier par ZR Energy. En se basant sur le prix de l’essence de la semaine dernière, il y apparaît que l’offre de ZR Energy est de 20 dollars inférieure au prix pratiqué par les importateurs privés pour une tonne d’essence.

À la question de savoir en quoi ZR serait gagnante en prenant ce marché et si ses coûts opérationnels sont véritablement inférieurs à ceux supportés par les importateurs privés, Dany Samaha estime que ce sont des arbitrages qui concernent uniquement ZR Energy, avant de confirmer que celle-ci bénéficiera des réservoirs de stockage de de Tripoli et Zahrani. « Ce qui nous importe en tant qu’État, c’est de pouvoir assurer de l’essence aux citoyens aux mêmes prix, quitte à ce que cela requiert une charge supplémentaire. Mais nous n’assumons aucune perte », ajoute M. Samaha. Quant à ZR Energy, elle avait indiqué la semaine dernière à L’Orient-Le Jour que cet appel d’offres n’était pas « forcément une bonne opportunité commerciale » pour la société, mais que c’était « une manière de rendre service à la Direction des installations pétrolières avec laquelle (elle) a d’autres contrats, dont un pour l’importation de diesel ».


Derrière ZR Energy, les frères Teddy et Raymond Rahmé

La société ZR Energy est détenue par Teddy et Raymond Rahmé, deux frères originaires de Bécharré, qui investissent à tour de bras depuis quelque années au Liban, et qui ont fait couler beaucoup d’encre au pays du Cèdre comme à l’étranger. Leur société, ZR Holding, est notamment entrée au capital de Byblos Bank et Bankmed, et a racheté Faqra Club Holding. Selon nos informations, les deux frères seraient également impliqués dans le projet de construction de la deuxième centrale de Deir Ammar. Ce contrat BOT, dont ni les termes ni les bénéficiaires n’ont encore été rendus publics, a été attribué en septembre par le Conseil des ministres sans appel d’offres, ce qui avait soulevé alors de nombreuses questions. D’autant que la réputation des frères Rahmé n’est pas irréprochable. Le nom de Raymond Rahmé est en effet cité dans deux affaires de corruption en Irak. La première concerne un contrat de réhabilitation de l’équipement militaire, conclue entre le ministère irakien de la Défense et un entrepreneur américain, qui s’est terminée de manière tragique par l’assassinat de ce dernier en 2004. Son nom a également figuré dans le procès intenté par l’opérateur français Orange et la société koweïtienne Agility contre l’opérateur irakien Korek, dans lequel Raymond Rahmé est associé à l’homme d’affaires kurde Siwan Barzani, pour mauvaise gestion et opérations frauduleuses.

Pour mémoire

Importation de gasoil : Boustani accorde un délai supplémentaire d’une semaine

Boustani lance deux appels d’offres pour l’importation directe de carburants, une première au Liban



La société libanaise ZR Energy a remporté hier l’appel d’offres pour l’importation de 150 000 tonnes d’essence 95 octanes, qui seront achetées directement par l’État, suite à une procédure inédite au Liban. L’ouverture des plis a été retransmise en direct à la télévision depuis le siège de la Direction des installations pétrolières, à Hazmieh. La ministre sortante de...

commentaires (7)

Mme Boustani SVP Quitter ce CPL des que possible

Jack Gardner

14 h 08, le 10 décembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Mme Boustani SVP Quitter ce CPL des que possible

    Jack Gardner

    14 h 08, le 10 décembre 2019

  • ON N,A PAS ACHETE DIRECTEMENT D,UN PRODUCTEUR MAIS D,UN IMPORTATEUR CONTRAIREMENT A CE QUI ETAIT PROMIS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    14 h 01, le 10 décembre 2019

  • Mme Boustani, vous devez faire attention, non seulement votre réputation est en jeu mais surtout et avant tout celle de toutes ces femmes et jeunes filles qu'on aimerait, voudrait et encouragerait vivement à s'engager dans la vie politique active pour reconstruire cette Patrie que nous tous Libanais adorons. Soyez l'exemple qu'elles doivent suivre et respecter. Êtes vous donc vraiment convaincue par ce contrat et par la méthode suivie??

    Wlek Sanferlou

    13 h 33, le 10 décembre 2019

  • UNE PETITE QUESTION NOUS CONNAISSONS LE PRIX AUQUEL L'ETAT ACHETERA L'ESSENCE AUJOURDH'UI A COMBIEN EST LIVRE L'ESSENCE AUJOURDH'UI AUX STATIONS CAR LE FLOU EST TOTAL SUR LES FRAIS SUPPLEMENTAIRES AUQUELS LES IMPORTATEUIRS FONT FACE ET CELUI QUE L'ETAT SUPPORTERA POUR FAIRE ARRIVER L'ESSENCE DANS LES STATIONS D'ESSENCE D'AUTRE PART LE FAIT QUE L'ADJUDICATION A ETE GAGNE PAR UN DES IMPORTATEURS DEJA SUR LE MARCHE VEUT SURTOUT DIRE QU'IL N'Y A PAS EU DE RENOUVELLEMENT DE FOURNISSEURS MAIS JUSTE UN SHOW DE TRANSPARENC QUI FERA PERDRE DE L'ARGENT AU PAYS A CAUSE DES FLUCTUATION DU DOLLAR ALORS QUE LE PRIX A LA POMPE EST FIXE ET QUE LES COUTS SUPPLEMENTAIRES DE DISTRIBUTION SERONT MAINTENANT A LA CHARGE DE L'ETAT DE QUI SE MOQUE T'ON?

    LA VERITE

    11 h 21, le 10 décembre 2019

  • Quelle vaste comédie. On dirait du Feydeau de mauvais goût

    Liberté de Penser

    10 h 28, le 10 décembre 2019

  • C’est ça, on retrouve toujours les mêmes hommes d’affaires qui, d’un seul coup, se mettent à investir à tour de bras au Liban, achètent et rachètent des compagnies à gauche et à droite, un conseil des ministres qui leur donne carte blanche sans questions posées et, soudain, on découvre que leur réputation n’est pas irréprochable! Et voilà que, notre ministre de l’énergie leur refile le contrat d’importation de l’essence car leur offre était la plus compétitrice: donc, par les temps qui courent, c’est toujours « business as usual » dans notre république bananière... On veut lutter contre la corruption, mais aucune question n’est posée sur l’origine de leur fortune, de sa légalité, ni d’enquête judiciaire ouverte sur l’histoire de leurs sociétés etc... Ah oui, maintenant, il y’a urgence, car les prix de l’essence pourraient augmenter légèrement et que c’est la priorité absolue de nos politiciens alors que les gens dans les rues sont au bord de la famine et on continue d'expédier les affaires courantes comme si de rien n’était! Allez, il n’y a que le ridicule qui ne tue pas!

    Saliba Nouhad

    02 h 55, le 10 décembre 2019

  • PREMIERE ET SEULE QUESTION : SONT-ILS UNE RAFFINERIE ET L,ON Y ACHETE L,ESSENCE DIRECTEMENT DU PRODUCTEUR COMME ANNONCE ? EH BIEN NON !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    00 h 46, le 10 décembre 2019