Moyen Orient et Monde

Des miliciens pro-iraniens déferlent sur la place Tahrir

OLJ
06/12/2019

La campagne d’intimidation s’est intensifiée hier en Irak avec le déferlement de milliers de partisans de paramilitaires pro-iraniens sur la place Tahrir à Bagdad, suscitant l’inquiétude des manifestants qui y conspuent depuis deux mois le pouvoir irakien et son parrain iranien. Le même jour, le père d’une manifestante avec qui il distribuait à manger aux milliers d’Irakiens campant sur la place Tahrir, épicentre de la contestation, a affirmé avoir retrouvé le corps torturé de sa fille Zahra Ali, 19 ans, quelques heures après son enlèvement. Les partisans du Hachd al-Chaabi, une coalition de paramilitaires dominée par des groupes pro-Iran et désormais intégrée à l’Etat irakien, ont débarqué hier sur la place Tahrir sous les regards interloqués des manifestants antigouvernementaux.

Ils brandissaient des bâtons, des drapeaux irakiens, des drapeaux de leur mouvement et des portraits de combattants tués face aux jihadistes du groupe État islamique (EI), mais aussi du grand ayatollah Ali Sistani, figure tutélaire de la politique irakienne, à l’appel duquel le Premier ministre Adel Abdel Mahdi a démissionné la semaine dernière. Ils ont également déployé des banderoles contre le Baas du président Irakien Saddam Hussein, renversé en 2003 après l’invasion américaine puis jugé et exécuté. Et ils ont scandé des slogans hostiles aux États-Unis, toujours influents en Irak, et à l’Arabie saoudite, rival régional sunnite de l’Iran chiite. Dans l’après-midi, seulement quelques dizaines de partisans du Hachd restaient visibles sur la place.

À Tahrir, les protestataires s’interrogent sur les intentions des partisans du Hachd après l’appel de certaines factions de cette coalition à « déloger les saboteurs » infiltrés, selon elles, dans les manifestations. Tamim, la trentaine et portant un gilet pare-balles, en est persuadé : « Ils sont venus ici pour nettoyer et en finir avec la protestation. »

En attendant, il affirme que les barrages filtrant les manifestants seront renforcés. Les forces de l’ordre sont déployées dans des rues et sur des ponts attenants à Tahrir, où des affrontements ont lieu, mais pas directement aux abords de la place. Pour Harith Hasan, spécialiste de l’Irak, « ce pourrait être le début d’une compétition ou d’un conflit pour l’occupation de l’espace public ». « Une nouvelle tactique pour vider (les places) ou réduire l’espace disponible pour les manifestants », renchérit le politologue Toby Dodge. Outre les centaines de morts dans la contestation, des dizaines de manifestants ont été enlevés plus ou moins brièvement, souvent par des hommes en uniforme que l’État dit ne pouvoir identifier. Quatre d’entre eux au moins sont toujours portés disparus, selon Human Rights Watch.

Source : AFP

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants