X

À La Une

Crise au Liban : campagne de rapatriement des travailleurs philippins

Main d’œuvre étrangère

"Plus de 1.000 Philippins, en majorité des femmes accompagnées de quelques enfants sont arrivés à l'ambassade des Philippines à Beyrouth pour s'inscrire au (programme de) rapatriement gratuit prévu en février prochain", a indiqué l'ambassade des Philippines sur son site.

OLJ/AFP
05/12/2019

Des centaines de Philippins, pour la plupart des employées de maison, se sont rués jeudi à l'ambassade des Philippines à Beyrouth pour s'inscrire à une campagne de rapatriement proposé par leur pays, sur fond de marasme politique et économique au Liban.

L'ambassade a publié un communiqué liant cette campagne, qui propose un billet d'avion gratuit, à la crise que traverse le Liban, secoué depuis le 17 octobre par un mouvement de contestation populaire sans précédent. "Plus de 1.000 Philippins, en majorité des femmes accompagnées de quelques enfants sont arrivés à l'ambassade des Philippines à Beyrouth pour s'inscrire au (programme de) rapatriement gratuit prévu en février prochain", a indiqué jeudi l'ambassade sur son site.

Environ 250.000 travailleurs migrants, venus en grande majorité d'Ethiopie, des Philippines ou du Sri Lanka, travaillent au Liban dans des conditions maintes fois décriées par leur pays d'origine et des groupes de défense des droits humains. Un système de parrainage appelé "kafala" laisse les femmes de ménage et les gouvernantes en dehors du champ d'application du droit du travail libanais et à la merci de leurs employeurs. Des cas de violations sont signalés chaque année, les travailleurs étant souvent dans l'impossibilité de faire valoir leurs droits, voire même de changer d'emploi ou de quitter leur employeur, dans un pays où les passeports et les documents officiels sont souvent confisqués par leurs employeurs.

La dévaluation rapide ces dernières semaines de la livre libanaise, indexée au billet vert, sur le marché parallèle a touché les revenus de ces travailleurs et leur pouvoir d'achat, alors que de nombreux employeurs continuent de les payer en monnaie locale. Dans son communiqué, l'ambassade des Philippines indique que certains travailleurs "ont récemment perdu leurs emplois en ces temps difficiles".

Mohanna Ishak, avocate au sein de l'ONG Kafa chargée des travailleurs migrants, dit s'inquiéter d'une recrudescence des abus dans le contexte actuel. "La pression financière et psychologique que les Libanais subissent risque de se répercuter sur les travailleurs migrants et se traduire par le non paiement des salaires (...) voire par de la violence verbale ou physique", affirme-t-elle à l'AFP.

Un mouvement de protestation sans précédent secoue le Liban depuis sept semaines, exigeant la fin de la corruption et le départ de l'ensemble de la classe dirigeante alors que l'économie du pays est désormais au bord de l'effondrement. La campagne pour l'abolition du système de la "kafala" au Liban est largement soutenue par les manifestants.


Lire aussi
Crise du dollar : la main-d’œuvre migrante touchée de plein fouet

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES PAUVRES DES MINCES SALAIRES QU,ILS TOUCHENT ILS DOIVENT PERDRE UNE BONNE PARTIE POUR TRANSFERER LEURS SALAIRES A LEURS FAMILLES.

Cedrus Fidelis

L’ « agenda » américain ne veut même pas permettre aux libanais d’avoir des employées de maison.

Chucri Abboud

C'est bon , bietît les seules à travailler dans nos ménages seront les réfugiées syriennes qui voudront devenir laibanaises , c'est dans l'agenda américain !

SOUS LES PAVÉS LA PLAGE

Même la kafala a été réglée par la "revolution" ?

Y a pas à dire cette révolution a pensé à tout sauf à mettre en taule les voleurs de l'état.

On est très impatient de voir cette " révolution" nous sortir du trou. Peut-être la semaine prochaine.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants