Rechercher
Rechercher

Gouvernement

Hariri se retire, Baabda prêt à mettre la machine en marche

Les consultations parlementaires devraient avoir lieu vendredi ou samedi; Samir Khatib, dont le nom circule pour la présidence du Conseil, s’est dit prêt à accepter « s’il y a un consensus autour de (sa) personne ».

Samir Khatib et Saad Hariri en septembre 2018. Photo d’archives Dalati et Nohra

Plus de quarante jours après le début du mouvement contestataire et près d’un mois après sa démission, le Premier ministre sortant Saad Hariri s’est enfin décidé : il ne veut pas former la future équipe ministérielle.

Est-ce une manœuvre politique ou un pas en avant vers un gouvernement monochrome en faveur du 8 Mars ? Il est probablement encore tôt pour répondre à cette question. Mais, pour le moment, une chose semble sûre : les consultations parlementaires contraignantes auront lieu cette semaine pour désigner le nouveau Premier ministre, comme le confie une source proche de Baabda à L’Orient-Le Jour, indiquant que ces consultations pourraient se tenir vendredi ou samedi. Cela dépend de la disponibilité des députés, dans la mesure où nombre d’entre eux sont en voyage, précise-t-on de même source.

La décision de M. Hariri intervient au terme d’un long désaccord entre Baabda et le Courant patriotique libre, d’une part, et la Maison du Centre, d’autre part. Pour rappel, aussi bien la présidence que le CPL avaient accusé le Premier ministre sortant de « trahison », dans la mesure où il avait annoncé sa démission le 29 octobre dernier sans les en informer à l’avance. Plus récemment, le parti de Gebran Bassil accusait le Premier ministre sortant d’avoir mis sciemment en échec l’option Mohammad Safadi, afin qu’il soit reconduit à son poste.

Il n’en demeure pas moins que le palais de Baabda a longtemps tergiversé au sujet des consultations parlementaires contraignantes. Il s’agissait pour la présidence d’un moyen de donner à M. Hariri le temps de se décider au sujet de son retour (ou non) au Grand Sérail. À cela s’ajoute le bras de fer opposant Baabda à la Maison du Centre autour de la forme de la future équipe, la présidence et le CPL soutenus par le tandem chiite prônant un cabinet dit techno-politique, à l’heure où M. Hariri était favorable à une équipe composée de spécialistes indépendants.

Tous ces points, Saad Hariri les a détaillés dans un communiqué qu’il a publié hier pour expliquer les motifs de son retrait, tout en décochant ses flèches en direction de la présidence de la République. « Ce n’est pas moi, c’est quelqu’un d’autre qui formera un gouvernement qui répondrait aux aspirations des jeunes et des femmes (…) », a déclaré M. Hariri, déplorant ce qu’il a appelé « le déni chronique qui se manifestait ces dernières semaines », dans ce qui sonne comme une critique au sujet du retard mis par le chef de l’État à fixer la date des consultations parlementaires contraignantes.

« Dans le cadre de ce déni, mes positions et propositions étaient utilisées comme prétexte pour s’attacher aux manœuvres politiques, et refuser d’entendre la voix du peuple et ses demandes justes », a ajouté Saad Hariri, avant de poursuivre : « Quand je déclare que je suis favorable à un gouvernement de spécialistes, dans la mesure où il est le seul capable de sortir le pays de la crise économique, et que j’appuie plusieurs candidatures (au poste de Premier ministre), on me répond que je suis attaché au principe “Moi ou personne d’autre”. » Encore une flèche en direction de Michel Aoun, accusé d’avoir bloqué la présidentielle pendant plus de deux ans pour assurer son élection à la première magistrature.

Répondant aux propos tenus par le chef de l’État lors d’un entretien télévisé, le 12 novembre, le leader du courant du Futur a tancé ceux qui « attendent la décision de l’hésitant Saad Hariri », pour lui faire porter à tort la « responsabilité du retard mis à former le gouvernement ».

« Le chantage » du tandem chiite

Bien au-delà du bras de fer l’opposant au duopole Baabda-CPL, la décision de Saad Hariri intervient au lendemain du dangereux étalage de force auquel se sont livrés le Hezbollah et le mouvement Amal en attaquant les manifestants dans plusieurs points de Beyrouth, ainsi qu’à Tyr. Certains y ont vu un moyen de pousser M. Hariri à céder en faveur d’un cabinet techno-politique. C’est en tout cas par ce « chantage » que Moustapha Allouche, membre du bureau politique du Futur, contacté par L’Orient-Le Jour, explique la décision. « M. Hariri voulait mettre un terme au chantage de la rue », dit-il, ajoutant : « Nous savions depuis une semaine qu’il allait trancher la question. Mais les échauffourées de la rue semblent avoir accéléré sa décision. »

Concernant un règlement de la crise actuelle, M. Allouche est catégorique : « Il faut mettre sur pied un cabinet de spécialistes indépendants. » Selon lui, « Saad Hariri est toujours prêt à diriger une telle équipe, ou, du moins, à appuyer une personnalité qui serait prête à la former ».

Mais, à ce niveau, on est en droit de se poser la question suivante : que fera le parti haririen si un gouvernement dit techno-politique parvient à voir le jour ? Selon une source parlementaire du Futur, le parti accordera sa confiance à un tel cabinet mais sans y prendre part.


(Lire aussi : Échec au muscle, l'éditorial de Issa GORAIEB)


L’option Samir Khatib

Le chef de l’État se serait décidé au sujet des consultations parlementaires, après des contacts visant à conclure une entente autour du nouveau Premier ministre. Mais une source proche de la présidence confie qu’aucun substitut à M. Hariri n’est encore assuré, ou du moins appuyé par le président Aoun. Ce dernier préfère naturellement attendre l’issue des consultations parlementaires contraignantes. Mais, une chose est certaine : Baabda reste toujours attaché à un cabinet techno-politique, contrairement à la volonté du mouvement de contestation, mais aussi de la communauté internationale. D’autant qu’aussi bien Paris et Londres que Moscou semblent favorables à une équipe de spécialistes, telle que demandée par la rue.

À son tour, le CPL insiste pour un cabinet techno-politique, dans la mesure où une équipe de spécialistes ne saurait prendre des décisions à caractère politique. Assurant qu’il ne s’agit pas d’une confrontation avec Saad Hariri, une source parlementaire aouniste fait état de « sérieux contacts » avec une personnalité sunnite dans la perspective de la formation du futur cabinet, sans donner plus de détails.

D’ailleurs, des noms de candidats à la présidence du Conseil circulaient déjà hier, quelques heures après l’annonce de M. Hariri. Un nom, surtout, revenait, celui de Samir Khatib, vice-PDG de Khatib & Alami, une entreprise spécialisée dans les services de conseils en ingénierie, en design, en supervision et gestion de projets dans les secteurs du BTP et des infrastructures. Il est responsable des opérations commerciales pour le Levant et le Qatar. Auparavant, M. Khatib a été directeur pour la région Liban, Arabie saoudite et Syrie. Il est entré à Khatib & Alami en 1972. En 2012, la fille de M. Khatib, Lara, avait épousé le fils du directeur général de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim.

« J’ai été contacté par différentes parties pour que je sois chargé de former un nouveau gouvernement, vu que je suis à égale distance de tous, que je dirige une institution performante au sein de laquelle j’ai réussi en raison de mes compétences et parce que je suis un homme laïc », a déclaré M. Khatib, proche du Futur, à la chaîne MTV hier soir. « Je suis prêt a former un nouveau gouvernement, à servir le Liban dans ces circonstances exceptionnelles et essayer de sauver le pays s’il y a un consensus autour de ma personne et si les différentes parties ont l’intention de sauver le pays », a-t-il encore dit à la LBCI.

Dans certains milieux politiques, on estimait toutefois hier que l’option Khatib était mort-née dans la mesure où le Hezbollah est attaché à la reconduction de Saad Hariri à son poste.

De son côté, le bureau de presse de M. Hariri a publié un communiqué mettant en garde contre les informations selon lesquelles certains candidats au poste de Premier ministre sont proposés par le Premier ministre sortant. « Le choix de M. Hariri sera déterminé lors des consultations parlementaires et sera annoncé dans un communiqué », a précisé le bureau de presse.


Lire aussi

La révolte libanaise est-elle prise en otage par les enjeux régionaux ?

« Nous voulons un gouvernement de technocrates », réitèrent les manifestants sur la route de Baabda

À Tarik Jdidé, c’est la crise économique qui inquiète par-dessus tout

Les parents d’élèves en retard pour les écolages ; déjà des coupes dans les salaires des enseignants

De nombreuses associations en charge d’enfants à handicap sont en grande difficulté


Plus de quarante jours après le début du mouvement contestataire et près d’un mois après sa démission, le Premier ministre sortant Saad Hariri s’est enfin décidé : il ne veut pas former la future équipe ministérielle. Est-ce une manœuvre politique ou un pas en avant vers un gouvernement monochrome en faveur du 8 Mars ? Il est probablement encore tôt pour répondre à cette...

commentaires (11)

Hariri a compris les magouilles du Hezbollah et il s'est retiré de faire un nouveau gouvernement , chapeau Mr. Hariri

Eleni Caridopoulou

17 h 23, le 27 novembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • Hariri a compris les magouilles du Hezbollah et il s'est retiré de faire un nouveau gouvernement , chapeau Mr. Hariri

    Eleni Caridopoulou

    17 h 23, le 27 novembre 2019

  • Rafic Hariri ceux qui t’ont assassiné ont rendu notre Liban orphelin tu es le seul à avoir rassemblé les Libanais et avoir effacé tous les vestiges de la guerre sous une épaisse couche de modernité signe du renouveau du Liban éloignant l’obscurantisme religieux qui peinera à revenir car Karamtil libnani plus personne ne la lui prendra Thaoura!!!

    PHENICIA

    16 h 47, le 27 novembre 2019

  • Wow... Bientôt un mois et demi que le peuple s'agite et finalement Baabda est prêté a mettre la machine en marche. Baabda a-t-elle finalement reçu sont permis de comduire et les instructions à suivre du professeur au doigt levé et dont la présence télévisée rivalise avec lez feuilletons turques lea plus populaires? Esperons, de plus, que cette machine ne roule pas à l'électricité car ce serait embarassant pour Baabda et le doigt!!

    Wlek Sanferlou

    15 h 34, le 27 novembre 2019

  • N'osons pas etre optimiste : il faut admettre que pour le moment c'est un bon débarras de ces responsables depuis 30 ans .La destruction par l'ere Hariri de notre centre ville nous a couté 85 milliards de dollars il faut pas l'oublier.De plus le Borj était le lieu de rencontre de toutes les classes sociales DU LIBAN et qui est reduit aujourd'hui à un parking ,devenu lieu de reunion de cette classe de souris revolutionnaires dansantes....La fin du mois et le nouvel approche !!!Technocrates ou pas on s'en fout et surtout de la confiance qu'on peut recevoir de rats qui quittent le bateau qui coule .

    aliosha

    13 h 22, le 27 novembre 2019

  • Mais, à ce niveau, on est en droit de se poser la question suivante : que fera le parti haririen si un gouvernement dit techno-politique parvient à voir le jour ? Selon une source parlementaire du Futur, le parti accordera sa confiance à un tel cabinet mais sans y prendre part. VOUS N'AVEZ RIEN COMPRIS M HARRIRI NE DONNERA SA CONFIANCE QU'A UN MINISTERE DE TECHNOCRATES LE NOUVEAU MINISTERE SERA UN MINISTERE DU 8 MARS ET SERA LA FIN DE L'ECONOMIE LIBANAISE CAR AUCUN PAYS ETRANGER NE SOUTIENDRA UN MINISTERE PAREIL NE SOUS ESTIMEZ PAS M HARRIRI. LE TEMPS DES COMPROMIS EST FINI

    LA VERITE

    12 h 32, le 27 novembre 2019

  • Le Liban n’appartient pas mais pas du tout au mouvement dit du 8 mars pour qu’il s’adjuge l’exclusivité de gouverner. D’ailleurs quand ce mouvement a perdu les précédentes elections, il a inventé le concept de démocratie consensuelle... Le Liban appartient à tous ses citoyens et citoyennes sous réserve que ces derniers ne prêtent pas allégeance à un pays étranger comme les USA ou l’Arabie Saoudite ou l’Iran ou la Syrie. C’est à ce moment que nous formerons une Nation sinon on a perd notre temps à trouver des solutions qui se terminent toujours par des crises à répétition

    Liberté de Penser

    11 h 57, le 27 novembre 2019

  • Il faut retenir l’Information Reine de cet article “ Nombre d’entre eux sont en voyage “ Le pays brûle,.. au bord de la faillite... et ces Messieurs sont en voyage ! Un recensement permettrait de divulguer la liste des “ vacanciers “ soudain desireux de s'oxygéner ailleurs... Y aurait il un Journaliste assez courageux pour le faire ? Nous le souhaitons tous.

    Cadige William

    09 h 18, le 27 novembre 2019

  • Le Hezbollah n’a plus les moyens de se financer que de l’intérieur du Liban et d’où sinon du port de l’aéroport et de ses magouilleurs émérites qui lui reversent le pécule du citoyen Alors il n y aura pas de solution à brève échéance ni à longue d’ailleurs et si anarchie il y a eh bien le Hezbollah n’aura plus rien à se mettre sous la dent Je n’aimerais pas être à leur place par les temps qui court pour trouver le bon compromis Harira bien qui rira le dernier !

    PHENICIA

    09 h 03, le 27 novembre 2019

  • NOMBRE D,ENTRE EUX SONT EN VOYAGE. LA SUISSE ? ET POUR CAUSE...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    08 h 13, le 27 novembre 2019

  • Un gouvernement monochrome du 8 MARS serait l'occasion rêvée de s'allier avec l'axe CHINE RUSSIE ET SORTIR DU JOUG DES PREDATEURS USURPATEURS. QUE LE CIEL S'OUVRE ENFIN SUR LE LIBAN.

    FRIK-A-FRAK

    06 h 44, le 27 novembre 2019

  • Et voilà, encore un qu’on jette sous les roues de l’autobus, probable pour le brûler et discréditer comme le précédent, avant toute décision officielle... En tous cas, encore probablement un autre milliardaire qui rejoint le club des Mikati, Safadi, Hariri et consorts et les mauvaises langues vont commencer à lui trouver des affaires douteuses puisqu’il participe dans le secteur des BTP et des infrastructures et a déjà travaillé pour la MEA: domaines où on retrouve souvent des délits d'initiés et de magouilles à haut niveau à la Libanaise! Allez, espérons que ce n’est pas le cas et que l’homme est d’une intégrité exemplaire, mais plaira-y-il au HB et au gendre? A suivre!

    Saliba Nouhad

    01 h 59, le 27 novembre 2019