X

À La Une

Frappes israéliennes près de Damas en réponse à des tirs de roquettes de Syrie

Conflit

Les positions visées par les bombardements israéliens pourraient être tenues par le Hezbollah ou des factions palestiniennes, d'après l'OSDH.

OLJ/AFP
19/11/2019

Israël a mené des bombardements en Syrie près de Damas "en réponse" à des tirs de roquettes venus du pays en guerre, a indiqué mardi une ONG, les médias étatiques ayant évoqué des "explosions" entendues près de l'aéroport de la capitale.

L'armée israélienne n'a pas annoncé avoir mené des frappes en Syrie. Toutefois elle a indiqué tôt mardi matin avoir intercepté quatre roquettes tirées de la Syrie voisine et, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), l'Etat hébreu a mené des raids de représailles.

Depuis le début du conflit syrien en 2011, Israël a mené plusieurs raids en Syrie contre le régime de Damas mais aussi ses alliés indéfectibles, l'Iran et le Hezbollah, des ennemis de l'Etat hébreu.

"Des avions israéliens ont tiré des missiles sur des positions au sud et au sud-ouest de Damas", a précisé le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, indiquant que la défense anti-aérienne du régime syrien avait été activée. "Les bombardements israéliens ont visé des positions tenues par des groupes prorégime, d'où sont partis les missiles ayant visé Israël", a-t-il précisé.

Ces positions pourraient être tenues par le Hezbollah, engagé au côté du pouvoir de Bachar el-Assad, ou des factions palestiniennes, d'après l'OSDH, qui dispose d'un vaste réseau de sources en Syrie.

L'agence officielle syrienne Sana a seulement rapporté "des explosions entendues près de l'aéroport de Damas", sans plus de détails.

Le 12 novembre, une frappe imputée à Israël par l'agence Sana avait visé à Damas la maison d'une figure du groupe armé palestinien Jihad islamique, Akram Ajouri. Deux personnes avaient été tuées dont son fils. Le même jour une attaque israélienne dans la bande de Gaza a tué un haut commandant de l'organisation. Par ailleurs, l'Etat hébreu martèle régulièrement qu'il ne laissera pas la Syrie devenir la tête de pont de Téhéran.

Déclenché par la répression de manifestations par le pouvoir de Bachar el-Assad, le conflit en Syrie s'est complexifié avec l'implication de puissances étrangères. Il a fait plus de 370.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.



Pour mémoire

Des roquettes ont été tirées "sans succès" de la Syrie vers Israël, selon l'armée israélienne

Damas annonce avoir abattu un drone armé dans le sud de la Syrie

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DES ACTIONS ET DES REACTIONS !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le CPL songe sérieusement à rester en dehors du prochain gouvernement

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

Les changeurs, nouveaux rois des dollars

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants