Rechercher
Rechercher

Diplomatie

Les États-Unis dénoncent les doutes que la Russie jette sur le mouvement de contestation

« Les actions de Washington en faveur d’un avenir meilleur pour le peuple libanais parlent d’elles-mêmes et contrastent nettement avec les paroles creuses de Moscou », assure le département d’État américain.

Morgan Ortagus, porte-parole du département d’État depuis avril 2019. Photo tirée du site du département d’État

La porte-parole du département d’État américain s’est livrée hier à une attaque en règle contre la Russie, l’accusant de vouloir « mettre en doute les revendications » du mouvement de contestation au Liban avec des « paroles creuses », et assurant que les États-Unis se tenaient au contraire « aux côtés du peuple libanais ».Bien que la Russie n’ait pas récemment commenté le mouvement de contestation qui secoue le Liban depuis le 17 octobre, la porte-parole, Morgan Ortagus, a mis en ligne sur Twitter une vidéo de près de trois minutes critiquant la position de Moscou à son égard. « Le gouvernement russe a cherché à mettre en doute l’authenticité des revendications du peuple libanais visant à mettre un terme à la corruption endémique (...), en déformant cyniquement leur volonté de réforme et en la présentant comme une sorte de complot des États-Unis, a-t-elle affirmé dans cette vidéo. Cela est tout simplement incorrect. Nous avons vu les Russes utiliser cette rhétorique à plusieurs reprises dans le monde, là où les gens décident d’exiger davantage de leur gouvernement. »

« Les manifestations populaires auxquelles nous avons assisté au Liban au cours des dernières semaines ont clairement montré qu’il s’agit d’un large échantillon de la population libanaise qui s’unit pour demander des comptes à ses dirigeants, a ajouté la porte-parole du département d’État américain. Toute argumentation contraire est franchement une insulte à l’engagement du peuple libanais en faveur d’un avenir meilleur, avec un gouvernement libre de toute corruption et répondant à ses besoins. »

« Alors que la Russie pourrait prendre plaisir à répandre des mensonges et des propos incendiaires, les États-Unis continueront de se tenir aux côtés du peuple libanais », a-t-elle assuré.

Les milliards investis par les États-Unis

Rappelant que les États-Unis « collaborent étroitement avec le Liban pour renforcer ses institutions, promouvoir la stabilité et accroître la croissance économique par le biais de la sécurité, du développement et de l’aide humanitaire », elle a souligné que Washington avait par exemple investi plus de 2 milliards de dollars pour aider le Liban dans le domaine militaire et de la sécurité, ainsi que « plus de 2 milliards de dollars d’assistance humanitaire pour l’aider à faire face à l’afflux de plus d’un million de réfugiés depuis le début de la crise syrienne ».

« Les États-Unis ont versé 100 millions de dollars au cours des dix dernières années pour aider le Tribunal spécial pour le Liban à mener son enquête sur les personnes impliquées dans l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri et d’autres responsables », a-t-elle encore dit. « Rien qu’en 2018, les États-Unis ont fourni 494 millions de dollars d’aide au développement et d’aide humanitaire au Liban, résume-t-elle. Combien le gouvernement russe a-t-il fourni pendant la même période ? Un total de 500 000 dollars ! »

« Les actions des États-Unis en faveur d’un avenir meilleur pour le peuple libanais parlent d’elles-mêmes et contrastent nettement avec les paroles creuses de la Russie. La Russie tente d’exploiter la situation au Liban pour défendre ses propres intérêts, mais le monde le sait », a conclu la porte-parole du département d’État américain.

Rappelons que le président iranien, Hassan Rohani, avait accusé jeudi dernier les États-Unis de vouloir transformer les manifestations contre le pouvoir au Liban en guerre civile.


La porte-parole du département d’État américain s’est livrée hier à une attaque en règle contre la Russie, l’accusant de vouloir « mettre en doute les revendications » du mouvement de contestation au Liban avec des « paroles creuses », et assurant que les États-Unis se tenaient au contraire « aux côtés du peuple libanais ».Bien que la Russie...

commentaires (3)

Surtout pas l'affection des Etats-Unis pour nous , on s'en passe ! Elle est toujours destructrice cette affection !

Chucri Abboud

19 h 20, le 20 novembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Surtout pas l'affection des Etats-Unis pour nous , on s'en passe ! Elle est toujours destructrice cette affection !

    Chucri Abboud

    19 h 20, le 20 novembre 2019

  • JEUX DE GRANDS JEUX DE MECHANTS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    15 h 33, le 19 novembre 2019

  • Je me demande si la charmante Morgan Ortagus (un nom de mechante dans James Bond) saurait placer le Liban sur une carte.

    Lebinlon

    12 h 23, le 19 novembre 2019