Transactions

Liban : Les banques adoptent des mesures « temporaires » pour pouvoir rouvrir leurs agences

L’ABL et la Fédération des syndicats des employés de banque n’ont toujours pas adopté de décision ferme concernant la réouverture des agences. Ali Hashisho/Reuters

L’Association des banques (ABL) a annoncé hier soir une série de mesures visant à préparer le secteur à rouvrir les portes de ses agences fermées depuis plusieurs jours.

Ces mesures visent à uniformiser les procédures liées aux transactions bancaires et permettre au personnel des agences de gérer la pression qui pèse sur le secteur depuis que ce dernier a instauré un contrôle de facto des capitaux – variable en fonction des établissements – dans un contexte de crises économique, financière et sociale, le Liban vivant depuis plus d’un mois au rythme des manifestations contre les dirigeants politiques. L’ABL a précisé que ces procédures seront « temporaires » et visent à faciliter (…) le travail quotidien des employés, vu la situation exceptionnelle que traverse le pays.

Elle a en outre ajouté que la Banque du Liban (BDL) avait été consultée.

Selon le communiqué publié par l’association, les banques n’imposeront « aucune restriction » pour les « nouveaux transferts » vers le Liban. Les transferts vers l’étranger seront en revanche limités pour couvrir les « dépenses personnelles urgentes ». Selon une source bancaire, la définition de l’urgence sera définie au cas par cas à travers l’historique de chaque client, qu’il s’agisse de virements pour payer les frais d’un enfant scolarisé à l’étranger, régler des loyers ou encore assurer des dépenses médicales.

Ouverture mardi

Il n’y aura en revanche pas de restriction visant les chèques, les virements et les paiements par carte sur le territoire, qu’ils soient effectués en livres ou en dollars. Mais une personne qui possède un compte en livres ne pourra donc pas en principe effectuer des règlements en dollars à travers ces moyens de paiement. Les chèques libellés en devises ne pourront pas être décaissés, et les plafonds de facilités bancaires des entreprises seront ramenés au niveau atteint avant le 17 octobre, une mesure dont les modalités n’ont pas été davantage définies. Les banques sont enfin appelées à encourager leurs clients à utiliser davantage les paiements par carte bancaire, notamment en livres, pour assurer leurs transactions quotidiennes. Les retraits d’espèces (guichet et par carte) sont illimités en livres, mais plafonnés à 1 000 dollars par semaine pour les titulaires de comptes courants dans cette devise.

L’ABL n’a en revanche toujours pas adopté de décision ferme concernant la réouverture des agences bancaires, mais prévoit de rencontrer aujourd’hui les représentants de la Fédération des syndicats des employés du secteur, en grève ouverte depuis le début de la semaine dernière, en vue de permettre la réouverture des agences dès demain.

Les établissements bancaires ont fermé leurs portes dans le sillage du début des manifestations qui ont commencé le 17 octobre à travers tout le Liban contre la classe dirigeante. Fermées du 18 au 31 octobre, puis du 9 novembre à aujourd’hui, elles n’ont finalement ouvert qu’entre ces deux périodes, mettant au passage d’importantes mesures de contrôle de facto des capitaux qui, conjuguées à la baisse de la quantité de dollars injectés par la BDL sur le marché, a contribué à augmenter la pression sur le secteur. Certains services ont néanmoins été maintenus pendant cette période, comme l’approvisionnement des distributeurs automatiques ou le virement des salaires.

Si c’est l’ABL qui avait assumé la fermeture des agences jusqu’au 1er novembre, le syndicat des employés avait pris la relève au début de la semaine, craignant pour la sécurité des salariés et demandant la mise en place de procédures spécifiques pour répondre aux demandes des clients. Samedi, le président de la Fédération des syndicats des employés de banque, Georges el-Hajj, a dévoilé les grandes lignes d’un plan de sécurité préparé à l’issue d’une concertation avec le ministère de l’Intérieur.Selon lui, le plan consiste à déployer devant chaque agence deux agents issus des différents services de sécurité de l’État, ainsi que des patrouilles mobiles autour du siège de la Banque du Liban à Beyrouth et de ses antennes dans les autres régions du pays, entre autres. Un dispositif qui obligerait de fait l’État à mobiliser plus de 2 000 hommes pour couvrir plus de 1 000 agences (pour une cinquantaine d’enseignes), sans compter les bâtiments de la BDL.


L’Association des banques (ABL) a annoncé hier soir une série de mesures visant à préparer le secteur à rouvrir les portes de ses agences fermées depuis plusieurs jours.

Ces mesures visent à uniformiser les procédures liées aux transactions bancaires et permettre au personnel des agences de gérer la pression qui pèse sur le secteur depuis que ce dernier a instauré un...

commentaires (3)

Ce qui fait rire , c'est qu'il n'y a aucune restriction pour les transferts de devises à l'intérieur du pays! Mais savez- vous messieurs que nul n'est si naïf pour ne pas comprendre qu'il s'agit d'une >,et qu'il ne pourra pas refaire le trajet inverse s'il le veut? Le capital control que vous faites serait nuisible et pourrait assécher les rentrées de devises ,et faire hésiter les investisseurs. En tout cas, avec l'amélioration politique attendue et souhaitée , il faut renoncer rapidement à ces mesures.

Chahine

20 h 03, le 18 novembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Ce qui fait rire , c'est qu'il n'y a aucune restriction pour les transferts de devises à l'intérieur du pays! Mais savez- vous messieurs que nul n'est si naïf pour ne pas comprendre qu'il s'agit d'une >,et qu'il ne pourra pas refaire le trajet inverse s'il le veut? Le capital control que vous faites serait nuisible et pourrait assécher les rentrées de devises ,et faire hésiter les investisseurs. En tout cas, avec l'amélioration politique attendue et souhaitée , il faut renoncer rapidement à ces mesures.

    Chahine

    20 h 03, le 18 novembre 2019

  • Alors quand ouvriront les banques? Ils a des gens qui n'ont pas de cartes bancaires (Debit ou Credit). Allez-donc, ouvrez.

    Eddy

    10 h 37, le 18 novembre 2019

  • CE SERA LE CHAOS. LES GENS ONT PERDU CONFIANCE EN LES GOUVERNANTS ET CRAIGNENT POUR LES BANQUES.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    05 h 46, le 18 novembre 2019