Agriculture

L’Association des agriculteurs exige un gouvernement compétent pour faire face à la crise

Le président de l’Association des agriculteurs libanais, Antoine Hoyek, a publié hier dans un communiqué les demandes aux « responsables du gouvernement tant attendu » en rappelant que ce dernier « ne sera pas accepté par la révolution et devra démissionner s’il ne respecte pas les conditions dictées » par le secteur.

Pour l’AA, la nouvelle équipe dirigeante devra se distinguer par son professionnalisme – avec au moins « vingt ans d’expérience professionnelle » dans des domaines liés aux fonctions que ses membres occuperont – et sa probité, « aucun soupçon de corruption ne devant peser sur eux ».

Plusieurs syndicats d’agriculteurs se sont plaints en début de semaine des blocages de routes organisés en marge des manifestations contre le pouvoir qui ont démarré le 17 octobre. Mais les agriculteurs sont également nombreux à considérer que les dirigeants du pays ont négligé le secteur, qui pèse en moyenne moins de 4 % du PIB et dont les acteurs doivent faire face à plusieurs difficultés aussi bien pour écouler leurs produits sur le marché local que pour les exporter vers les autres pays de la région.



Le président de l’Association des agriculteurs libanais, Antoine Hoyek, a publié hier dans un communiqué les demandes aux « responsables du gouvernement tant attendu » en rappelant que ce dernier « ne sera pas accepté par la révolution et devra démissionner s’il ne respecte pas les conditions dictées » par le secteur.

Pour l’AA, la nouvelle équipe...

commentaires (0)

Commentaires (0)