Liban

Conspué par les volontaires et accusé de sexisme, le ministre des Déplacés au centre d'une polémique multiple

L'affaire a commencé lorsque Ghassan Atallah a été empêché par des activistes de se rendre dans un centre balnéaire de Damour, transformé en base d'opérations pour les membres de la Défense civile et un groupe de volontaires venus s'y rafraîchir et se nourrir avant de retourner lutter contre les incendies dans la région.

La députée libanaise Paula Yacoubian et le ministre d'État pour les Déplacés, Ghassan Atallah. Photos d'archives et ANI

Jugé indésirable par des volontaires impliqués dans la lutte contre les incendies et accusé de sexisme après s'en être pris à "l'honneur" de la député Paula Yacoubian, le ministre libanais des Déplacés, Ghassan Atallah (Courant patriotique libre), se trouve depuis mardi au centre d'une polémique qui fait effet de boule de neige.  

L'affaire a commencé lorsque M. Atallah a été empêché par des activistes de se rendre dans un centre balnéaire de Damour, transformé en base d'opérations pour les membres de la Défense civile et un groupe de volontaires venus s'y rafraîchir et se nourrir avant de retourner lutter contre les incendies dans la région. 

"Va-t'en ! Va-t'en !", ont scandé les activistes dès l'arrivée du ministre, ce qui, selon des vidéos postées sur les réseaux sociaux, a poussé ses gardes du corps à s'en prendre aux protestataires, les frappant puis dégainant leurs armes. Cynthia Sleimane, une des volontaires présentes sur place, affirme via son compte Facebook que le ministre l'a traitée de "fille des rues", et qu'elle s'est retrouvée mise en joue par l'un des gardes du corps. Elle explique que les volontaires, présents "pour faire le travail de l’État", n'avaient pas besoin de la présence d'un ministre sur les lieux. 

Pour sa part, Ghassan Atallah a souligné dans un communiqué qu'il effectuait "une tournée des villages et localités touchées par les incendies dans le caza du Chouf et souhaitait saluer le travail des jeunes lorsqu'il a été accueilli par des personnes en manque d'éducation, des cris et des tentatives d'attaques contre sa personne". Il a dénoncé "une tentative bon marché de détournement politique" de la situation, soulignant que ses gardes du corps "ont assuré sa protection et empêché que les +gangsters+ puissent l'atteindre". 



(Pour mémoire : « Vous méritez qu’on vous viole » : Dima Sadek, violemment agressée sur Twitter)



L'honneur se trouve "dans la tête, pas entre les jambes"
Quelques heures plus tard, lors d'une émission de la chaîne locale al-Jadeed consacrée aux incendies ayant frappé de nombreuses régions du Liban et à laquelle participaient l'activiste Cynthia Sleimane et la députée Paula Yacoubian (issue de la société civile), M. Atallah a été invité par téléphone à réagir à l'incident. Au cours de la discussion, le ministre a pris Mme Yacoubian à partie, l'accusant d'avoir obtenu son siège de députée "de façon immorale". 

"Il est inacceptable que chaque fois que l'on évoque la performance des responsables du CPL, ils répondent en portant atteinte à l'honneur et la dignité", a réagi cette dernière. Elle a rétorqué que "l'honneur ne se trouve pas entre les jambes d'une personne mais dans sa tête", avant d'accuser le parti aouniste d'avoir "pillé le pays". 

Répondant à ces critiques, Ghassan Atallah a déploré mercredi matin que "ses propos aient été détournés de manière inadéquate et compris comme une attaque contre les femmes et leur honneur". "Je voulais simplement parler de morale dans un cadre politique et dénoncer les prises de position populistes", a-t-il souligné, sur son compte Twitter. "Je respecte les femmes et regrette que Mme Yacoubian ait considéré mes propos sous un angle qui n'avait pas lieu d'être", a-t-il ajouté.

En début de soirée, Paula Yacoubian a accusé le "Courant des déchets" d'avoir lancé une campagne de diffamation contre elle. "Ils reviennent à la charge, exactement comme la dernière fois lorsque j'ai dit que Gebran Bassil était corrompu, en parlant du dossier des navires, a-t-elle écrit sur son compte twitter. Prenez vos aises, mais souvenez-vous que les insultes et les diffamations ne couvriront pas vos actes criminels contre la patrie. Nous continuerons à travailler pour chaque citoyen libanais". La députée a accompagné son tweet des hashtags (mots-clés) "Liban" et "Courant sans honneur", en référence au Courant patriotique libre.

Pour sa part, Cynthia Sleimane a annoncé sur les réseaux sociaux qu'elle avait été convoquée par les enquêteurs des Forces de sécurité intérieure (FSI) à Beiteddine à la demande de la procureure générale, la juge Ghada Aoun. De son côté, le ministre Atallah a annoncé sur Twitter avoir contacté la juge Ghada Aoun et lui avoir demandé de "n'arrêter aucun activiste". Il a rappelé avoir déjà affirmé la veille qu'il ne portera pas plainte même "s'il existe un rapport médical confirmant que j'ai été victime d'agression".

Ce n'est pas la première fois que Mme Yacoubian est victime de remarques sexistes. L'année dernière, le journaliste Joseph Abou Fadel avait proféré des propos de même nature à son encontre lors d'une émission sur la chaîne OTV. Évoquant l’affaire de l’avion de la MEA en partance pour Le Caire, qui avait été évacué de ses passagers à la dernière minute pour accueillir les membres de la délégation présidentielle se rendant à New York, Paula Yacoubian avait écrit sur son compte Twitter : "Notre père à tous en est arrivé à faire descendre les gens des avions". Dans sa réponse, Joseph Abou Fadel avait dit sur l’antenne de la chaîne OTV, en s’adressant à Mme Yacoubian : "En ce qui te concerne, nous ne savons pas à combien de personnes tu as donné la tétée".


(Pour mémoire : Vague de soutien à Paula Yacoubian après l’insulte d’un journaliste de l’OTV)



"Virilité malade"
Les accusations contre la députée, qui avait contribué la veille à l'approvisionnement des volontaires et de la Défense civile déployés sur les lieux des incendies, ont provoqué une levée de boucliers. 

Le ministre des Affaires sociales Richard Kouyoumjian a affiché sa solidarité avec Paula Yacoubian "malgré leurs divergences politiques". "Je me tiens aux cotés de Paula, des femmes et de la dignité humaine, je me tiens aux côtés de Paula contre les prises de position arriérées, les distinctions, l'ignorance et les esprits stériles", a twitté le ministre. 

Le ministre du Travail, Camille Abousleiman, s'est également solidarisé avec Paula Yacoubian. "Il est inacceptable qu'un collègue et ministre s'adresse de la sorte à une députée de la nation", a-t-il dit, avant le début d'une réunion du cabinet.

La journaliste Dima Sadek a quant à elle accusé implicitement le CPL d'être caractérisé par "l'oppression sexuelle et une manière de penser arriérée", un message accompagné des hashtags (mots-dièses) : "Laissez la dignité de la femme tranquille" et "Laissez nos corps tranquilles". 

L'ONG Kafa, qui se consacre aux droits de la femme, a dénoncé "le niveau très bas" des propos du ministre des Déplacés. Dans une publication sur sa page Facebook, l'organisation a regretté le fait que cette "virilité maladive" se répète inlassablement, lorsque des responsables "au lieu de débattre sur le plan politique, utilisent des propos portant atteinte à l'honneur". "Il s'agit d'une forme d'attaque bon marché contre les femmes", a accusé Kafa, qui a affiché son soutien à Paula Yacoubian.


Pour mémoire

Joseph Abou Fadel présente ses excuses à « toutes les Libanaises »


Jugé indésirable par des volontaires impliqués dans la lutte contre les incendies et accusé de sexisme après s'en être pris à "l'honneur" de la député Paula Yacoubian, le ministre libanais des Déplacés, Ghassan Atallah (Courant patriotique libre), se trouve depuis mardi au centre d'une polémique qui fait effet de boule de neige.  

L'affaire a commencé lorsque M....

commentaires (11)

Le Liban devrait s'enorgueillir de posséder l'unique exemplaire du Proto-Cro-Magnon en bon état de conservation. Il devrait être conservé avec beaucoup d'égards au rayon du Musée réservé au Mésolithique.

Moussalli Georges

01 h 19, le 17 octobre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • Le Liban devrait s'enorgueillir de posséder l'unique exemplaire du Proto-Cro-Magnon en bon état de conservation. Il devrait être conservé avec beaucoup d'égards au rayon du Musée réservé au Mésolithique.

    Moussalli Georges

    01 h 19, le 17 octobre 2019

  • Si on met en place un observatoire national des diffamations et de l’impolitesse dans les milieux politiques libanais, il est sûr que le CPL tiendra la palme d’or!! La liste est longue... très longue! Courage Madame Yacoubian, tenez bon, nous espérons que la majorité de nos parlementaires auront un jour le courage de faire ce que vous faites pour sauver notre pays!

    Joseph KHOURY

    23 h 23, le 16 octobre 2019

  • C’est koi ce CPL de malade?!!

    TrucMuche

    20 h 11, le 16 octobre 2019

  • CHOU 3AYB QUE DES MINISTRES ET DES RESPONSABLES USENT DE MOTS COMME LES VOYOUS CONTRE DES DEPUTEES ELUES PAR LE PEUPLE. HEDOL BALA AKHLA2 !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    16 h 07, le 16 octobre 2019

  • Si un politician ne comprend pas pourquoi il n'est pas le bienvenu la ou il se rend c'est qu'il ne merite meme pas d'etre ministre ou deputes ou meme politiciens Faire intervenir ses gardes de corps revolver en main au lieu de tourner le dos et s'en aller me semble la seule solution dans ce cas ( comme l'a fait d'ailleur le gendre au Chouf ) S'en prendre a Paula Yacoubian en l'insultant car c'est une femme montre un manque d'education certaine Malheureusement la plus part de nos politiciens sont comme cela. Mais nous les avons elu et reelu en votant ou meme en s'abstenant donc c'est bien notre faute Le plus dramatique c'est que nous allons les reelire aux prochaines elections TEL VA LE LIBAN

    LA VERITE

    15 h 54, le 16 octobre 2019

  • On disait que les Libanais, à cause de leurs fréquents voyages en Occident, avaient évolué envers l'égalité entre les hommes et les femmes. Il s'avère qu'il n'en est rien. Chasser le naturel, il revient au galop. L'Oriental reste Oriental et l'esclavage sexiste aussi. PS : Je ne connais pas Paula Yacoubien ni Ghassan Atallah mais je connais bien mon pays depuis 90 ans.

    Honneur et Patrie

    15 h 48, le 16 octobre 2019

  • Si nous avions plus de femme au pouvoir, le pays se porterai mieux. En tout cas plus equitable.

    Thawra-LB

    15 h 31, le 16 octobre 2019

  • Libanais, vous vous étonnez encore après ce genre de cirque médiatique, que les vrais et urgents problèmes de notre pays ne soient jamais résolus à temps ? Pourquoi toujours insulter l'adversaire à travers son identité féminine...cela montre-t-il une mauvaise éducation...ou de profonds complexes...ou les deux à la fois ? Ne voyez-vous donc pas que nos responsables de tous les bords passent leur temps à se chamailler...au lieu de s'occuper vraiment de ce pauvre pays qui titube déjà au bord du gouffre ? Irène Saïd

    Irene Said

    15 h 20, le 16 octobre 2019

  • suis un peu étonné que le CPL représente une bonne partie des électeurs chrétiens, alors que certains de leur leaders semblent être cassants, clivant, obtus, nerveux, etc. L'un d'eux s'est attaqué au Président Hariri l'autre jour, rien que ça, alors qu'il est censé, comme tous les autres chrétiens du Liban d'ailleurs, accrocher la photo du Président Martyrs Hariri dans son salon. Grâce à Taëf pendant lequel Hariri a soufflé au Roi Fahd "on arrête de compter" il a sculpté dans le marbre le partage du pouvoir constitutionnel 50/50 entre musulmans et chrétiens. Je comprends mieux à présent pourquoi l'autre gendre, très respectable et très respecté, refuse l’immersion avec les autres.

    MGMTR

    14 h 54, le 16 octobre 2019

  • Bon courage a Paula Yacoubian! Décence contre stupidité, logique contre démagogie!

    Wlek Sanferlou

    14 h 54, le 16 octobre 2019

  • Et pourtant le Saint-Siège n'arrête pas de béatifier et de caconiser des Saints et des Saintes qui ont la même nationalité que tous ces primitifs de tous bords qui s'entrechoquent au moidre zéphyr sans jamais savoir ce contrôler . A voir ce que Trump appelle "des guerres tribales éternelles" ,comment peut-on continuer à se sentir à l'aise dans sa peau de libanais moyen bien éduqué ? Le libanais manque de civisme (et de patience)

    Chucri Abboud

    14 h 21, le 16 octobre 2019