Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Diplomatie

Poutine se pose en pacificateur en Arabie saoudite

« La Russie attache une importance particulière au développement de liens amicaux et mutuellement avantageux avec l’Arabie saoudite », a assuré hier le maître du Kremlin.


Le président russe, Vladimir Poutine, et le roi Salmane d’Arabie saoudite, hier, à Riyad. Alexander Zemlianichenko/Pool/AFP

La Russie et l’Arabie saoudite ont scellé leur entente pétrolière hier et prôné une coopération renforcée tous azimuts, à l’occasion d’une visite à Riyad du président russe Vladimir Poutine. Espace, culture, santé, hautes technologies et agriculture : une vingtaine d’accords et de contrats, prévoyant des investissements pour des milliards de dollars, ont été signés dans la capitale saoudienne à l’issue de pourparlers entre M. Poutine et le roi Salmane.

Parmi eux figure la charte de coopération « OPEP+ » – appellation rassemblant les 14 pays du cartel et dix pays non membres – dont la signature a officialisé un accord approuvé il y a plusieurs mois. Ce document crucial vise à « renforcer la coopération et soutenir davantage la stabilité sur les marchés pétroliers », s’est félicité le ministre de l’Énergie saoudien, le prince Abdel Aziz ben Salmane, lors d’une cérémonie solennelle, devant le roi Salmane et Vladimir Poutine.

L’Arabie saoudite, chef de file de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), et la Russie, bien que non membre du groupe, coopèrent étroitement ces dernières années pour limiter l’offre de l’or noir et tenter d’en faire remonter le prix. La dernière prolongation des réductions de la production, décidée par « OPEP+ », expire fin mars 2020.

Coups de canon

« La Russie attache une importance particulière au développement de liens amicaux et mutuellement avantageux avec l’Arabie saoudite », a assuré le maître du Kremlin, accueilli en grande pompe par les Saoudiens. Salué par des coups de canon à son arrivée à l’aéroport de Riyad, il s’est notamment vu accompagner par des cavaliers saoudiens portant des drapeaux russes, jusqu’au palais royal.

« Nous sommes impatients de travailler (ensemble) sur toutes les questions qui permettront d’aboutir à la sécurité, la stabilité et la paix, de lutter contre l’extrémisme et le terrorisme et de renforcer la croissance économique », a affirmé le roi Salmane devant son interlocuteur russe.

Ce dernier avait déjà fait l’éloge de « ses très bonnes relations avec le roi, comme avec le prince héritier » Mohammad ben Salmane, dans un entretien à des chaînes de télévision arabophones diffusé à la veille de sa visite. Moscou et Riyad, allié traditionnel des États-Unis, ont affiché ces dernières années un rapprochement spectaculaire, marqué par une visite en Russie du roi Salmane en octobre 2017, une première historique. Un an plus tard, alors que Mohammad ben Salmane était sous le feu des critiques après l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi au consulat de son pays en Turquie, Vladimir Poutine a salué le prince héritier saoudien d’une poignée de main enthousiaste et très remarquée à une réunion du G20.

« Dynamique positive »

Forte de ses relations avec Riyad et en même temps alliée à l’Iran, ennemi juré du royaume saoudien, la Russie pourrait chercher à « jouer le rôle de pacificateur » dans les tensions irano-saoudiennes, estime l’analyste politique russe Fiodor Loukianov. Ces tensions se sont exacerbées en septembre après des attaques contre des installations pétrolières saoudiennes, attribuées par Riyad et Washington à l’Iran qui a démenti et mis en garde contre une « guerre totale » en cas d’attaque sur son territoire.

Les attaques contre les installations saoudiennes avaient été revendiquées par les rebelles du Yémen, soutenus par Téhéran, que combat l’Arabie saoudite. La Russie avait alors balayé les « conclusions hâtives » visant l’Iran. « Nous allons tout faire pour créer les conditions nécessaires pour une dynamique positive » visant à calmer les tensions, a souligné M. Poutine, dans son entretien aux chaînes arabophones.

Le conflit en Syrie, où les Russes soutiennent le régime de Bachar el-Assad, et les Saoudiens l’opposition politique, devait aussi être à l’agenda des discussions de M. Poutine, selon le conseiller du Kremlin. « Il est important pour la Russie qu’un pays arabe participe au règlement politique en Syrie », a-t-il expliqué, car jusqu’ici « seuls trois pays non arabes » sont impliqués, la Turquie, la Russie et l’Iran. En 2017, la Russie et l’Arabie saoudite avaient signé un protocole d’accord ouvrant la voie à l’achat par Riyad des S-400, de puissants systèmes de missiles antiaériens russes. Mais le royaume a finalement opté pour l’achat du système américain. Après l’Arabie saoudite, Vladimir Poutine doit se rendre aujourd’hui aux Émirats arabes unis.

Source : AFP


La Russie et l’Arabie saoudite ont scellé leur entente pétrolière hier et prôné une coopération renforcée tous azimuts, à l’occasion d’une visite à Riyad du président russe Vladimir Poutine. Espace, culture, santé, hautes technologies et agriculture : une vingtaine d’accords et de contrats, prévoyant des investissements pour des milliards de dollars, ont été signés...

commentaires (2)

IL PROFITE DES BETISES DU POLICHINELLE.

ABOLIR LA CENSURE = REABONNEMENT ET SOUTIEN.

12 h 17, le 15 octobre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • IL PROFITE DES BETISES DU POLICHINELLE.

    ABOLIR LA CENSURE = REABONNEMENT ET SOUTIEN.

    12 h 17, le 15 octobre 2019

  • INCONTOURNABLE POUTINE ! IL TROUVE UNE SOLUTION A TOUT ! C'EST AVEC LUI QUE NOUS DEVRIONS NOUS ALLIER !

    Chucri Abboud

    11 h 13, le 15 octobre 2019

Retour en haut