X

À La Une

Les Kurdes "ne nous ont pas aidés en Normandie", dit Trump...

Etats-unis

"Nous avons dépensé énormément d'argent pour aider les Kurdes, que ce soit en munitions, en armes, ou en argent". "Ceci étant dit, nous aimons les Kurdes", affirme le président américain.

OLJ/AFP
10/10/2019

Donald Trump "aime" les Kurdes, mais il tient à apporter quelques précisions... Interrogé mercredi sur la possibilité que les Américains construisent une alliance avec les Kurdes, contre qui la Turquie a lancé une offensive en Syrie, le président américain a répondu que ces derniers n'avaient "pas aidé" les Etats-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale et le débarquement en Normandie.

"Les Kurdes se battent pour leur terre, il faut que vous compreniez", a expliqué le président républicain depuis la Maison Blanche. Affirmant s'appuyer sur un article "très puissant", vraisemblablement publié par le site internet conservateur Townhall, il a développé son argumentaire: "Ils ne nous ont pas aidés pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils ne nous ont pas aidés en Normandie, par exemple". "Nous avons dépensé énormément d'argent pour aider les Kurdes, que ce soit en munitions, en armes, ou en argent". "Ceci étant dit, nous aimons les Kurdes", a-t-il conclu.



La Turquie a lancé mercredi, malgré plusieurs mises en garde internationales, son offensive contre les forces kurdes du nord-est de la Syrie, alliées des Occidentaux dans la lutte contre le groupe Etat islamique (EI). Cette offensive intervient après la décision de Donald Trump de retirer des troupes américaines de secteurs frontaliers en Syrie.


"Guerres ridicules et sans fin"
Dans la foulée d'un coup de fil entre Donald Trump et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, la Maison Blanche avait en effet créé la surprise dimanche soir en annonçant le retrait des forces américaines stationnées dans cette région et en semblant donner le feu vert à une opération turque. "Il est temps pour nous de sortir de ces guerres ridicules et sans fin, dont beaucoup sont tribales, et de ramener nos soldats à la maison", avait ensuite tweeté, tôt lundi matin, le président Trump, accréditant l'idée d'un retrait plus vaste, sinon total, de Syrie.

Après ce feu vert implicite donné à Ankara, Donald Trump, sous le feu des critiques jusqu'au sein de son propre camp, avait renversé la vapeur, promettant, lundi, d'"anéantir" l'économie turque si Ankara allait selon lui trop loin en Syrie. "Si la Turquie fait quoi que ce soit dont j'estime, dans ma grande et inégalable sagesse, que cela dépasse les bornes, je détruirai et anéantirai complètement l'économie de la Turquie", avait tweeté le locataire de la Maison Blanche.

Mercredi, le milliardaire républicain a dit espérer que son homologue turc agisse de manière "rationnelle" et aussi "humaine" que possible en Syrie. "S'il le fait de manière injuste, il paiera un énorme prix économique", a-t-il mis en garde. "J'anéantirai leur économie si cela arrive", a-t-il répété.

Peu avant le début de l'offensive turque, M. Trump avait également affirmé qu'"intervenir au Moyen-Orient fut la pire décision de l'histoire des Etats-Unis". "Les Etats-Unis n'auraient jamais dû aller au Moyen-Orient", a-t-il jugé. "Les guerres sans fin stupides sont terminées pour nous!" "Nous ramenons désormais lentement et sûrement nos formidables soldats et militaires à la maison", a ajouté dans un autre tweet matinal le milliardaire républicain, selon lequel les conflits au Moyen-Orient ont coûté aux Etats-Unis quelque "8.000 milliards de dollars" et des milliers de vie.


Lire aussi

À la frontière syro-turque, « c’est la panique générale »

Les menaces US pourraient être contre-productives

La doctrine du jetable, l'édito de Issa Goraieb

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Gros Gnon

"Les Kurdes "ne nous ont pas aidés en Normandie""

Cette phrase est d’un comique succulent lorsque l’on se rend compte qu’elle est dite par une personne qui a produit un faux dossier médical pour éviter l’armée et donc d’aider les USA au Vietnam...

Eleni Caridopoulou

Après les kurdes c'est Chypre que la Turquie va attaquer

Amère Ri(s)que et péril.

Par contre les turcs vous ont aidé... hahahahaha...

I WANT HIM FOR 2020.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PAROLES D,UN PSYCHO QUI A BESOIN D,URGENCE DE SOINS.

Wlek Sanferlou

Le règne des oranges: apparement, reussi mal, manque de logique et vieillit aigrement

Le point

La Turquie avait signé un pacte de non-agression avec l'Allemagne et elle est restée neutre pendant le dernier conflit mondial. Personne n'a expliqué au Président Trump que si la Turquie devait être présente en Normandie elle serait présente pour combattre les alliés !!!

Je pense que le Président ne doit pas s'aventurer à raconter des histoires qui n'ont pas été relatées par Fox news, afin de ne pas paraître à ce point léger.

Atalante fugitive

Il est très gravement atteint.

Irene Said

Le comble du ridicule est atteint !
Jusqu'à quand le pays qu'il est censé diriger, ainsi que le reste du monde vont-ils supporter cela ?
Irène Saïd

HABIBI FRANCAIS

Mon Dieu quel vocabulaire celui de Trump ...on dirait un enfant retarde mental...il est urgent de le destituer et que PENCE le remplace.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants