X

À La Une

Un nouveau choc pétrolier est-il envisageable ?

Arabie saoudite

"Le monde est bien mieux équipé pour faire face aux chocs pétroliers qu'il ne l'était dans les années 1970", assure Harry Tchilinguirian, spécialiste des matières premières chez BNP Paribas.

OLJ/AFP/ Juliette MICHEL
22/09/2019

La soudaine flambée des prix du baril de pétrole cette semaine a fait vaguement resurgir le spectre de la pénurie d'or noir. La probabilité d'un nouveau choc pétrolier forçant les automobilistes à faire la queue aux stations-essence reste toutefois ténue, selon plusieurs analystes.

Il a suffi, le 14 septembre, d'attaques contre des infrastructures pétrolières en Arabie saoudite ayant temporairement réduit de moitié la production du pays pour que le cours du Brent bondisse de 15% en une seule journée.

Il est depuis redescendu et évoluait vendredi autour de 65 dollars. Au vu du ralentissement de l'économie mondiale et de l'abondance de brut produit dans le monde, la perspective d'un baril à 100 dollars reste dans l'immédiat très hypothétique.

Mais même si ce scénario se réalisait, "le monde est bien mieux équipé pour faire face aux chocs pétroliers qu'il ne l'était dans les années 1970", assure Harry Tchilinguirian, spécialiste des matières premières chez BNP Paribas.

En 1973, à la suite d'un embargo de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) contre les alliés d'Israël en pleine guerre du Kippour, et en 1979, dans la foulée de la révolution iranienne, les prix du brut avaient bondi en quelques mois, mettant à genoux les économies développées.


(Lire aussi : Tensions dans le Golfe : l'Iran met une nouvelle fois en garde contre une attaque sur son sol)

Dépendance réduite

"Un choc pétrolier n'aurait pas les mêmes effets dévastateurs aujourd'hui" car les pays "se sont habitués" à de tels événements et que les banques centrales "ne réagiraient pas (...) en faisant bondir les taux d'intérêt pour lutter contre l'inflation", assurent les économistes de Commerzbank. Surtout, les économies "ont réduit leur dépendance au pétrole", ajoutent-ils.

La consommation aux Etats-unis par exemple a augmenté, passant de 17,3 millions de barils par jour (mbj) en 1973 à 20,5 mbj en 2018, une hausse de 18% quand le produit intérieur brut réel du pays s'est envolé de 230%. En Allemagne, les ménages n'ont consacré en 2018 que 2,6% de leur budget aux carburants.

Les économies sont devenues moins gourmandes en pétrole, grâce aux transports et aux industries moins énergivores ainsi qu'aux sources alternatives comme le gaz ou les énergies renouvelables.

Quand les prix du pétrole se sont installés durablement au-dessus des 100 dollars le baril entre 2011 et 2014, cela n'a pas conduit à un effondrement de l'économie. Le monde est aussi devenu moins dépendant de quelques pays producteurs. 

Le premier choc pétrolier a conduit à la création, en 1974, de l'Agence internationale de l'Energie, qui exige des pays de l'OCDE qu'ils gardent en réserve l'équivalent d'au moins 90 jours de leurs importations nettes de brut. Les réserves françaises correspondaient en juin à 111 jours.

"Les sites de production vont bien au-delà du Moyen-Orient", souligne Harry Tchilinguirian en mentionnant le pétrole de la Mer du Nord, exploité depuis les années 1980, l'exploitation en mer profonde au large des côtes d'Afrique de l'Ouest et du Brésil, ou les sables bitumineux du Canada.


(Lire aussi : Plaidoyer pour un accord irano-saoudien)

Hausse à la pompe

Surtout les Etats-Unis, grâce au pétrole de schiste, sont devenus les premiers producteurs de brut au monde et commencent à exporter massivement leur propre or noir. De quoi compenser assez facilement à court et moyen terme les barils perdus en cas de perturbation majeure.

Les Etats-Unis sont "bien moins sensibles aux chocs pétroliers qu'il y a quelques décennies", a d'ailleurs affirmé vendredi la vice-président de la banque centrale américaine Richard Clarida.

Dans ce contexte, un pays comme l'Arabie saoudite ne déciderait probablement plus de suspendre volontairement ses exportations "car il pourrait perdre son statut de fournisseur fiable", affirme Alan Gelder, spécialiste des produits raffinés pour le cabinet Wood Mackenzie.

Même si un choc pétrolier est improbable, "on ne peut jamais dire que le risque est nul", remarque Andrew Lebow, spécialiste du marché pétrolier pour Commodity Research Group. "En cas par exemple de guerre majeure qui conduirait à la fermeture du détroit d'Ormuz" par où transite un tiers des produits pétroliers acheminés par voie maritime.

Les effets d'un éventuel choc pétrolier ne devraient toutefois "pas être sous-estimés", jugent les économistes de Commerzbank. "De nombreuses économies font déjà face à des problèmes et les banques centrales ont peu de marge de manoeuvre (...) pour aider les économies affectées".


Lire aussi

Attaques en Arabie : scènes de destruction sur l'un des sites pétroliers touchés


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

C- F- Contributions et Interprétations


"Le monde est bien mieux équipé pour faire face aux chocs pétroliers qu'il ne l'était dans les années 1970"

C’est l’après-pétrole qui se prépare !
Dans les pays gros consommateurs en pétrole (en Europe), tout est mis en place pour ""réduire la facture pétrolière"", avec l’incitation à l’achat de voitures électriques, l’installation de panneaux solaires, et les campagnes faites contre la pollution et les effets sur la santé. Des villes interdisent déjà les voitures diesel etc, etc. et la dépendance au pétrole va se réduire, et l’offre et la demande, et la crise qui s’installe chez les pays producteurs… On prend les devants, mais qui peut prévoir l’avenir ?

Amère Ri(s)que et péril.

Ben écoutez, si les houtis en remettent une couche je pense que oui .

A plus forte raison si les prédateurs d'occident venaient à commettre l'erreur d'entrer en guerre contre l'axe de la résistance , Allah yestor !

Si JAMAIS on déclenchait une guerre contre l'Iran NPR, dites vous bien que le monde UNIPOLAIRE SERA MORT ET ENTERRÉ.

Poutine et Xi n'attendent que ça .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UN AUTRE CHOC PETROLIER EST TRES PROBABLE MAIS NON TROP PERTURBATEUR DES GRANDES ECONOMIES.

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

La faillite du modèle de gouvernement libanais ou le réveil d’une nation

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants