Rechercher
Rechercher

À La Une - Nations unies

L'ambassadeur israélien à l'ONU dénonce la « passivité » du gouvernement libanais face au « programme d'armement » du Hezbollah

L'ambassadeur israélien à l'ONU, Danny Danon. Photo d'archives Reuters.

Le représentant permanent d’Israël auprès de l’ONU, Danny Danon, a envoyé deux lettres identiques datées du 7 septembre 2019, rendues publiques hier, adressées au secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, et au Président du Conseil de sécurité de l’ONU pour le mois de septembre, Vassily Nebenzia, représentant de la Russie auprès des Nations unies, pour les informer « dans la plus grande urgence » « de nouveaux faits alarmants concernant le programme de missiles à guidage de précision du Hezbollah » sur le sol libanais. Dans sa missive, le diplomate israélien pointe du doigt, sans surprise, l’Iran. Des faits, ajoute-t-il, « en violation flagrante des résolutions 1559 (2004), 1701 (2006) et 2231 (2015) du Conseil de sécurité ». Dans sa lettre, l’ambassadeur Danon demande donc au Conseil de sécurité de « condamner le Hezbollah et l’Iran pour ces actes de déstabilisation, et de signifier clairement au gouvernement libanais, «qui ne fait rien pour le juguler », qu’il doit prendre « toutes les mesures nécessaires pour mettre fin à ce programme sans délai ».

Le diplomate israélien note également que « depuis 2016, l’Iran et le Hezbollah s’emploient à convertir des roquettes en missiles de guidage de précision sur le sol libanais. A cette fin, le Hezbollah a mis en place des installations partout au Liban, notamment à Beyrouth. Ce projet est encadré par le commandant du corps libanais de la Force Al-Qods, Muhammad Hussein-Zada Hejazi, sous la direction du haut commandant de la Force Al-Qods, Qassem Suleimani », note-t-il. « Les éléments nécessaires à la fabrication et à la conversion de missiles à guidage de précision sont acheminés de l’Iran vers la Syrie de trois manières : par voie terrestre, de la Syrie vers le Liban; par voie aérienne, via des vols civils à destination de l’aéroport international Rafic Hariri à Beyrouth ; par voie maritime, par l’intermédiaire du port de Beyrouth. Au cours des derniers mois, l’Iran et le Hezbollah ont multiplié ces activités, en violation flagrante des résolutions 1559 (2004), 1701 (2006) et 2231 (2015) du Conseil de sécurité. »

Ces accusations avaient déjà été émises, par le passé, par Israël.


Participation active de l’Iran
Le représentant israélien rappelle également que « le 3 septembre, les Forces de défense israéliennes (FDI) ont découvert, près de Nabi Chit, dans la plaine de la Békaa, une installation appartenant au Hezbollah et destinée à la fabrication de missiles à guidage de précision ». « Pour appuyer le Hezbollah dans son entreprise, l’Iran participe toujours très activement aux opérations qui ont cours dans l’installation, puisqu’il fournit aux équipes de production des équipements de pointe ainsi que son expertise », est-il encore écrit.

Dans ce courrier, l’ambassadeur Danon assure aussi que « le Hezbollah et l’Iran y ont récemment intensifié la fabrication de missiles à guidage de précision. Ils ont notamment mis en place une chaîne de montage destinée à fabriquer des armes de précision et y ont transféré du matériel sensible et spécialisé. Cette usine est d’une grande valeur stratégique pour le Hezbollah et l’Iran », écrit-il encore. « C’est pourquoi le Hezbollah, craignant des frappes, a dissimulé dans des lieux civils de Beyrouth une partie du matériel précieux et unique qu’elle abritait. »

Le représentant d’Israël estime enfin que « bien qu’il soit pleinement au courant de l’existence de ce programme, le gouvernement libanais ne fait rien pour le juguler ». Il « demande donc au Conseil de sécurité de condamner le Hezbollah et l’Iran pour ces actes de déstabilisation, et de signifier clairement au gouvernement libanais qu’il doit prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre fin à ce programme sans délai », insiste-t-il.



Le représentant permanent d’Israël auprès de l’ONU, Danny Danon, a envoyé deux lettres identiques datées du 7 septembre 2019, rendues publiques hier, adressées au secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, et au Président du Conseil de sécurité de l’ONU pour le mois de septembre, Vassily Nebenzia, représentant de la Russie auprès des Nations unies, pour les informer «...

commentaires (4)

L,ETAT... S,IL NE PEUT S,IMPOSER... AU MOINS IL DEVRAIT CONDAMNER FUT-CE EN PAROLES... CAR IL NE PEUT RIEN FAIRE D,AUTRE ACTUELLEMENT... LES MILICES ETRANGERES MANIPULEES PAR L,ETRANGER SUR SON TERRITOIRE.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

19 h 07, le 14 septembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • L,ETAT... S,IL NE PEUT S,IMPOSER... AU MOINS IL DEVRAIT CONDAMNER FUT-CE EN PAROLES... CAR IL NE PEUT RIEN FAIRE D,AUTRE ACTUELLEMENT... LES MILICES ETRANGERES MANIPULEES PAR L,ETRANGER SUR SON TERRITOIRE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    19 h 07, le 14 septembre 2019

  • Sans vouloir dénigrer l'armée libanaise qui ne manque pas de courage certes, mais aucune armée arabe super équipée soit elle, n'a pu donner la fessée aux usurpateurs comme l'a fait la résistance du hezb libanais. À plus forte raison une armée libanaise de surcroît, à qui on n'a jamais donné le droit de s'équiper efficacement comment le pourrait elle ? SAUF SI CERTAINS ADMETTENT CE FAIT. LES RESISTANTS LIBANAIS NE LE VOIENT PAS COMME ÇA .

    FRIK-A-FRAK

    18 h 01, le 14 septembre 2019

  • Quand l’armée libanaise aura autre chose que son courage et les seuls lance-pierres qui lui sont autorisés de posséder , elle pourra avoir les moyens de protéger le territoire national. En attendant, qu’on soit pour ou contre le Hezbollah, qui d’autre pour défendre nos frontières ?

    EL RIZ Mohamed

    17 h 34, le 14 septembre 2019

  • "Les silences de la honte" est le titre de l'éditorial de Issa Goraieb ce matin samedi 14/9/2019. Le contenu a fait troubler mon coeur comme jamais auparavant depuis Emile Eddé jusqu'à Michel Sleiman. Le chef d'une formation "made in Pasdara" au Liban qui fait étalage de son allégeance totale à l'Iran, pays étranger, et ce, à partir de son bunker sous les yeux et lkes oreilles de nos trois Présidents muets comme des sphinx. C'est le comble de la lâcheté au niveau le plus bas de la bassesse patriotique. FIN

    Honneur et Patrie

    17 h 29, le 14 septembre 2019

Retour en haut