X

À La Une

Trump limoge Bolton, son conseiller à la sécurité nationale

Etats-Unis

Le départ de l'ancien ambassadeur des États-Unis à l'ONU "pourrait créer de nouvelles opportunités diplomatiques sur l'Iran, l'Afghanistan, la Corée du Nord et le Venezuela", selon un expert.

OLJ/AFP
10/09/2019

Exit John Bolton: le président américain Donald Trump a annoncé mardi, d'un tweet, le limogeage de son conseiller à la sécurité nationale, avec lequel il était en désaccord sur plusieurs dossiers brûlants, de l'Iran à la Corée du Nord en passant par l'Afghanistan.

Cette décision spectaculaire, qui porte sur l'un des postes les plus influents de la Maison Blanche, intervient dans un climat particulièrement tendu entre les Etats-Unis et l'Iran. M. Trump a envoyé sur ce dossier des signaux contradictoires, entre extrême fermeté et volonté de négocier, voire même de rencontrer son homologue iranien Hassan Rohani. S'il est trop tôt pour dire si cette décision marquera un tournant dans la politique étrangère du 45e président des Etat-Unis, le départ de cet ancien ambassadeur à la célèbre moustache et à la réputation de va-t-en-guerre modifiera incontestablement la dynamique au sein de la "West Wing".

"J'ai informé John Bolton hier soir que nous n'avions plus besoin de ses services à la Maison Blanche", a tweeté M. Trump. "J'étais en désaccord avec nombre de ses suggestions, comme d'autres au sein de cette administration". "J'ai demandé à John sa démission, elle m'a été remise ce matin", a ajouté le président, assurant qu'il nommerait son successeur la semaine prochaine.

"Parlons-en demain"
D'un tweet sec, M. Bolton, 70 ans, a présenté une version différente des 24 dernières heures, indiquant qu'il avait proposé au président de lui présenter sa démission lundi soir et que ce dernier lui avait répondu: "Parlons-en demain".

Cette annonce est tombée moins de deux heures avant un point de presse, qui avait été annoncé par la Maison Blanche et auquel devait participer M. Bolton en compagnie du secrétaire d'Etat Mike Pompeo. Ce dernier a sauté sur l'occasion pour souligner qu'il avait souvent été en désaccord avec M. Bolton et insisté sur sa proximité avec Donald Trump. "Nous travaillons de manière très étroite avec le président des Etats-Unis", a-t-il lancé.

Elle intervient également moins de 48 heures après l'annulation d'une rencontre secrète prévue à Camp David entre le président américain et les talibans, avec lesquels Washington négociait depuis plusieurs mois un accord de paix sur l'Afghanistan.

Ancien ambassadeur des Etats-Unis à l'ONU, M. Bolton était notoirement hostile à la main tendue de Donald Trump au dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, et il avait été directement pris pour cible, au printemps 2018, par le régime de Pyongyang. "Nous avons déjà, par le passé, évoqué la personnalité de Bolton et nous ne cachons pas le dégoût qu'il nous inspire", avait lancé le ministère des Affaires étrangères. Au début des années 2000, déjà, son extrême fermeté sur ce dossier lui avait valu d'être traité de "déchet humain" dans la presse nord-coréenne. Peu avant son arrivée à la Maison Blanche, il avait estimé qu'il était "parfaitement légitime pour les Etats-Unis" de répondre à la menace représentée par une Corée du Nord nucléaire "en frappant les premiers".

"Gouverner par le chaos"
Pour le leader des démocrates au Sénat, Chuck Schumer, cette décision de Donald Trump n'est que "le dernier exemple de sa façon de gouverner par le chaos".

Le sénateur républicain Rand Paul a lui salué avec force l'annonce du limogeage de M. Bolton. "Le président a d'excellentes intuitions sur la politique étrangère et sur la nécessité de mettre fin à nos guerres sans fin", a-t-il tweeté. "Il devrait être conseillé par ceux qui partagent sa vision".

"Depuis le début, deux voix murmuraient à l'oreille de Donald Trump: celle recommandant la diplomatie et mettant en garde contre le conflit, et celle poussant à la belligérance et mettant en garde contre le risque d'apparaître faible", résumait Robert Malley, président de l'International Crisis Group. "Avec le départ de Bolton, la deuxième a incontestablement perdu son principal avocat. Cela pourrait créer de nouvelles opportunités diplomatiques sur l'Iran, l'Afghanistan, la Corée du Nord et le Venezuela. Espérons que le président les saisira".

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Fan Phare Rond

Pour ceux qui pratiquent le sport collectif , on dit bien qu'on ne change jamais une équipe qui gagne .

Mieux vent-tard que jamais .

Fan Phare Rond

C'est aux amerloques de changer d'équipe en limogeant les loosers.

En Iran NPR on applique un principe sportif qui fait qu'on ne change jamais une équipe qui gagne.

Faut PRATIQUER le sport pour le savoir.

Le vantard.

HABIBI FRANCAIS

Maintenant c est a l Iran de limoger ses faucons ...a commencer par le sinistre guide supreme.

Chucri Abboud

Les dirigeants iraniens , très satisfaits, ne souffleront pas mot

Fan Phare Rond

Voilà pourquoi l'Iran NPR fera gagner le clown en 2020 .

On arrête pas de le dire, la force et l'entêtement dans ses droits légitimes valent toujours mieux que la soumission et l'écrasement face à quiconque dans le monde.

On vient d'assister à la chute d'un faucon devenu un vautour en attente d'être un charognard.

Bolton YOU ARE FIRED.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UN EPERVIER AUX GRIFFES AIGUES ET ASSOIFE DE SANG... DE MOINS !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants