X

À La Une

Un "cheikh" du Hezbollah tué au combat, vraisemblablement en Syrie

Conflit

Le parti chiite annonce la mort du "cheikh Mahmoud Mounir Maatouk, alias +cheikh Thaër+, originaire du village de Sir al-Gharbiyé au Liban-Sud, tué en accomplissant son devoir jihadiste", sans toutefois indiquer le lieu ou la date du décès.

OLJ
24/08/2019

Le Hezbollah a annoncé vendredi la mort au combat de l'un de ses cadres militaires, sans toutefois spécifier la date ou le lieu de sa mort, plusieurs sites d'informations évoquant toutefois la probabilité qu'il ait été tué durant les combats en cours dans la province syrienne d'Idleb, alors que le parti chiite se bat officiellement depuis 2013 aux côtés des forces du régime de Bachar el-Assad.

Dans l'avis de décès du Hezbollah, repris par des sites libanais tels que Janoubia et Ya Sour, ou encore le site d'information syrien d'opposition Orient News, le parti chiite annonce la mort du "cheikh Mahmoud Mounir Maatouk, alias +cheikh Thaër+, originaire du village de Sir al-Gharbiyé au Liban-Sud, tué en accomplissant son devoir jihadiste". Selon l'avis de décès, la date des funérailles "sera annoncée ultérieurement".

Si le Hezbollah s'abstient de dire où et quand a été tué son cadre militaire, le site Janoubia fait le lien avec les combats en cours dans la province d'Idleb, sans toutefois étayer ses affirmations. Le site Orient News cite pour sa part "des sites d'informations qui affirment qu'il (Mahmoud Mounir Maatouk) a été tué dans le sud de la province d'Idleb, par les roquettes des factions rebelles". La journaliste britannique basée à Beyrouth Lizzie Porter évoque également la probabilité que le cadre du Hezbollah ait été tué à Idleb.


 


Le Hezbollah a officiellement annoncé en 2013 qu'il combattait en Syrie aux côtés du régime syrien de Bachar el-Assad et a perdu plusieurs centaines de ses hommes dans la guerre civile qui ravage depuis 2011 ce pays voisin du Liban. Avec l'appui de la Russie, de l'Iran et du Hezbollah, le régime a réussi à reprendre près de 60% du territoire.


(Pour mémoire : Un cadre militaire du Hezbollah aurait été assassiné en Syrie, Israël pointé du doigt)


La province d'Idleb et des secteurs adjacents sont dominés par les jihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche syrienne d'el-Qaëda). Des groupes rebelles moins puissants y sont également présents. Ces derniers jours, la zone de Maaret al-Noomane a été la cible de raids du régime, qui se sont poursuivis samedi sur des villages des environs, rappelle l'AFP. Les forces de Bachar el-Assad massaient samedi des renforts près de la ville stratégique de Khan Cheikhoun, récemment conquise dans la province d'Idleb, cherchant manifestement à poursuivre leur progression.

Depuis le 8 août, le régime a repris des secteurs du sud d'Idleb et du nord de Hama, après plus de trois mois de bombardements meurtriers qui ont tué 900 civils, selon l'OSDH. Vendredi, en prenant le contrôle de la localité de Morek et de ses environs, dans le nord de Hama, les forces du régime ont encerclé le principal poste d'observation des forces turques.

Déclenchée en 2011 après la répression par le régime de manifestations pro-démocratie, la guerre en Syrie a fait plus de 370.000 morts et des millions de déplacés.


Lire aussi

Le Hezbollah a acquis en Syrie les capacités d'éliminer seul Israël, selon le chef des pasdarans

Nasrallah : Le Hezbollah qu’on essaye d’éliminer est devenu « une force régionale »

Le Hezbollah va-t-il s’inviter dans la danse régionale ?


Pour mémoire

Le Golan et les possibilités d’une nouvelle guerre

Quand le Hezbollah joue à cache-cache avec Israël sur le Golan

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Atalante fugitive

"A tchao, bonsoir!"

Yves Prevost

Pas de regrets. Il n'avait rien à faire là-bas.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

EST-IL APRES LES 72 VIERGES CELUI-LA AUSSI ?

BOSS QUI BOSSE

ho ho ho … oppression palestinienne de 69 à 82 et OPPRESSION USURPATRICE DE 82 A 2000 …


Pourquoi avoi eu peur de le dire ??????

LA VERITE

je ne comprend vraimt pas pourquoi un Libanais doit se faire tuer au nord de la Syrie dans des combats qui ne concernent pas le Liban

Un seul mort annonce mais combien d'autres Libanais son morts avec lui dans la meme guerre et dont le nombre n'a jamais ete annonce officielement de peur pour HB de perdre son soutien populaire

Pauvres Libanais de Sud qui apres l'oppression Palestiniennes de 1969 a 1982 doivent vivre aujourdh'ui l'oppression Iranienne apres le depart des Israelieens du Liban

BOSS QUI BOSSE

Quand on se décide d'aller au combat , on a vocation à se faire tuer .

La guerre est moche mais elle est la continuation de la politique par d'autres moyens .


PAIX A TON AME GRAND GUERRIER . A VOIR LES RESULTATS DE VOTRE COMBAT , ON REALISE QUE VOUS NE MOURREZ PAS POUR RIEN .

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

Éditorial

Pour une révolution économique

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants