X

À La Une

Israël interdit l'entrée sur son territoire à deux élues américaines

Israël

Trump avait estimé, au cours de la journée, qu'Israël ferait preuve d'une "grande faiblesse" s'il acceptait de laisser entrer Rashida Tlaib et Ilhan Omar.

OLJ/AFP
16/08/2019

Les autorités israéliennes ont interdit jeudi à deux élues américaines d'entrer en Israël et dans les Territoires palestiniens occupés en raison de leur soutien à la campagne de boycott de l'Etat hébreu et à la suite d'une demande du président Donald Trump.

Ilhan Omar et Rashida Tlaib, les deux premières femmes musulmanes élues au Congrès et membres de l'aile gauche du Parti démocrate américain, devaient atterrir ce weekend à Tel-Aviv afin de visiter ensuite les Territoires palestiniens, où elles étaient chaleureusement attendues.

Mais à la suite d'une polémique dans la presse locale et d'une demande du président des Etats-Unis --dont elles sont des adversaires politiques--, le ministère israélien de l'Intérieur a décidé jeudi de leur interdire l'entrée en Israël, estimant que leur visite s'inscrivait dans le cadre "d'activités de boycott anti-israélien". "Ces élues utilisent la scène internationale pour apporter leur soutien aux associations BDS qui appellent au boycott d'Israël", a ajouté le ministère. Il a justifié sa décision par l'existence d'une loi israélienne permettant depuis 2017 d'interdire l'entrée aux partisans du mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) qui appelle au boycott économique, culturel ou scientifique d'Israël afin de protester contre l'occupation des Territoires palestiniens.



(Pour mémoire : Israël bloque l'entrée de la romancière palestino-américaine Susan Abulhawa)



Un "affront"
La colonisation par Israël de la Cisjordanie occupée et de Jérusalem-Est annexée s'est poursuivie sous tous les gouvernements israéliens depuis 1967, mais elle s'est accélérée ces dernières années sous l'impulsion du Premier ministre Benjamin Netanyahu et avec la bienveillance de son allié à Washington, Donald Trump.

Ce dernier a jugé jeudi qu'Israël ferait preuve d'une "grande faiblesse" s'il autorisait Rashida Tlaib et Ilhan Omar à effectuer leur visite. "Elles haïssent Israël et tout le peuple juif et il n'y a rien qui puisse être dit ou fait pour leur faire changer d'avis", a soutenu dans un tweet le milliardaire républicain qui les accuse d'antisémitisme.



Ces propos ont aussitôt suscité une polémique, le président des Etats-Unis étant accusé par ses détracteurs de ne pas avoir pris la défense de deux ressortissantes américaines, élues du Congrès qui plus est. La décision israélienne a aussi été dénoncée jusque dans les rangs des plus fervents soutiens d'Israël aux Etats-Unis.

"Que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, sous la pression de Donald Trump, refuse l'entrée de deux représentantes de l'Etat américain, représente un affront", a rétorqué Ilhan Omar.

Une haute responsable palestinienne, Hanane Achraoui, a dénoncé "un acte d'hostilité scandaleux contre le peuple américain et ses représentants".

Disant "désapprouver" le soutien des deux élues au mouvement BDS, le puissant lobby américain pro-israélien Aipac, d'ordinaire proche de l'administration Trump, a aussi critiqué la décision des autorités israéliennes. "Tout membre du Congrès devrait être en mesure de se rendre chez notre allié démocratique Israël pour le découvrir en personne", a-t-il estimé.

"Ce qu'elles ont dit est honteux, donc je ne peux pas imaginer pourquoi Israël les laisserait entrer, mais s'ils veulent les laisser entrer ils peuvent", a justifié jeudi soir Donald Trump.

"Aucun pays" ne respecte plus les Etats-Unis et son Congrès que l'Etat d'Israël", a assuré pour sa part Benjamin Netanyahu. "Israël est ouvert aux visites à une exception près, celle de gens appelant et militant pour son boycott."



(Pour mémoire : Entre Israël et les juifs américains, chronique d’un divorce assumé)



Au village

Née à Détroit (nord-est des Etats-Unis), Rashida Tlaib est la première élue américaine d'origine palestinienne, ses deux parents ayant grandi en Cisjordanie occupée.

Dans le village de Beit Ur al-Fauqa, sa famille attendait avec impatience la venue de la "fierté locale", qui devait rencontrer à partir de dimanche des organisations locales. "Nous préparons une fête pour elle et Ilhan. Nous voulons sacrifier un mouton à leur arrivée", avait expliqué à l'AFP la grand-mère de l'élue, Muftia Taleb, 85 ans, entourée de membres de la famille dans la cour de la maison en pierre couleur de sable et bordée d'oliviers, peu avant la décision israélienne.

A dix mètres à peine de la propriété, un grillage sépare la Cisjordanie occupée d'une autoroute israélienne menant à Tel-Aviv, ses tours effilées et son aéroport international où Rashida Tlaib et Ilhan Omar n'atterriront pas comme prévu.

Pourquoi lui bloquer l'entrée? "Parce qu'elle défend sa nation et la cause palestinienne", répond du tac au tac son oncle Bassam, 53 ans, qui dit attendre depuis 2006 le retour de sa nièce. "Nous avons été surpris lorsque Trump a récemment demandé à Rashida et Ilhan de retourner dans leur pays d'origine. Aujourd'hui, Rashida veut rentrer chez elle alors pourquoi ils font tout pour l'en empêcher?", ironise Bassam.


Pour mémoire
Accusé de mener une "campagne de haine", Donald Trump se défend

Pour l'élue démocrate Ilhan Omar, Trump est un "fasciste"

Trump dit à des élues démocrates du Congrès de « retourner » d’où elles viennent

En Israël, une étudiante américaine menacée d'expulsion devant la Cour suprême

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

PRÊT TENSION.

Houlala... faut surtout pas toucher à la factice exemplarité de la democratie en usurpie américaine, sinon l'olj ne publiera pas.

PRÊT TENSION.

Le pays usurpateur par excellence, vient de donner sur proposition du clown mis en place aux usa, une leçon EXEMPLAIRE DE DÉMOCRATIE À L'AMÉRICAINE.

QUE LES CRÉDULES DE LA NIAISERIE DORMENT EN PAIX ET SURTOUT NE SE SOUCIENT PAS DE SE POSER DES QUESTIONS QUI RISQUERAIENT DE LEUR EXPLOSER LE CORTEX.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

EN VERITE... COMMENT CES DEUX FURENT-ELLES ELUES CONGRESSWOMEN ? BIZARRE AMERIQUE.

Gros Gnon

"...le président Donald Trump avait estimé qu'Israël ferait preuve d'une "grande faiblesse" s'il acceptait de laisser entrer les deux élues, Rashida Tlaib, représentante américaine d'origine palestinienne, et sa collègue Ilhan Omar..."

Je ne comprends plus rien. Il y a quelques jours, DT a tweeté qu’il conseillait à ces deux personnes de "rentrer chez elles". Eh bien, Rachida rentre chez elle. Qu’est-ce qui a changé en quelques jours? Il s’est fait taper sur les doigts par son bibi ou quoi?

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Élie FAYAD

L’État sourd-muet

Décryptage de Scarlett HADDAD

Trois grands dossiers au menu des rencontres du chef de l’État

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants