L’édito de Michel TOUMA

Un brin de discernement

L’édito
Michel TOUMA | OLJ
06/08/2019

Ce que l’on pourrait appeler désormais « l’affaire du Festival de Byblos » continuera sans doute de faire couler beaucoup d’encre… Une affaire déplorable à bien des égards, mais qui aura eu au moins le mérite de poser des problèmes de fond qui dépassent de très loin le cadre étroit d’un groupe de rock et qui dépassent même aussi, sous certains aspects, les simples frontières du pays du Cèdre.

La position de principe que la rédaction de L’Orient-Le Jour a adoptée sur ce plan le week-end dernier, et qui va bien au-delà du cas ponctuel qui s’est posé au Festival de Byblos, avait pour but de pointer du doigt une dérive dangereuse qui se traduit par l’émergence d’une sorte de « dictature des réseaux sociaux ». En clair, nul ne devrait agréer qu’un groupe d’internautes, quel qu’il soit, puisse imposer sa volonté par la seule voie de la violence morale et des menaces directes, d’autant que certains habitués de la Toile s’expriment sous le couvert de l’anonymat et donnent ainsi libre cours aux positions les plus extrémistes.

Cela ne signifie nullement qu’il faudrait faire preuve de résignation en cas d’atteintes graves à des croyances sacrées ou à la dignité de l’individu. Mais toute autorité ou personne qui s’estimerait lésée à cet égard se doit de recourir à l’appareil judiciaire en mettant en œuvre les procédures d’urgence adéquates. Toute autre démarche en dehors des lois en vigueur aboutirait inéluctablement, et à court terme, à l’instauration d’une véritable loi de la jungle généralisée et aurait pour conséquences, irrecevables, de saper les fondements de la liberté d’expression – raison d’être du Liban. Tel était l’essence du message transmis par l’équipe rédactionnelle de L’OLJ.

Le ministre français de l’Intérieur Christophe Castaner soulignait dimanche dernier dans son post sur Tweeter que « la liberté de s’exprimer sans entraves et l’ordre républicain ne sont ni négociables ni contradictoires ; protéger l’une et faire respecter l’autre, telle est la mission des forces de police ». Une petite phrase qui résume à la perfection en peu de mots toute la problématique actuelle. Dans le cas spécifique du Liban, « l’ordre républicain » pourrait se traduire par la prise en considération scrupuleuse des spécificités et des susceptibilités locales. Dans le contexte régional présent que nul n’ignore – et ne devrait négliger –, les sensibilités communautaires et religieuses sont à fleur de peau. Se livrer dans une telle situation, en tous points explosive, à des allusions qui portent à équivoque et qui peuvent être perçues comme une atteinte à des symboles religieux relève de la malencontreuse maladresse, pour le moins qu’on puisse dire – sans vouloir se livrer à d’autres interprétations.

Bien au-delà du cadre libanais, ce cas précis apparu à la faveur du Festival de Byblos nous amène à poser un problème beaucoup plus grave à l’échelle internationale. Une question fondamentale mérite d’être soulevée, au risque que l’on soit diabolisé et traité de tous les noms : pour quelles raisons obscures, inavouées et sans doute inavouables, certains groupes de hard rock en Occident se livrent-ils à un zèle excessif et provocateur en prenant du plaisir à traîner dans la boue, de manière parfois répugnante et choquante, des symboles religieux ? S’agit-il de détruire pour détruire un ordre précis, ou le but recherché est-il aussi de paver la voie à d’obscurs desseins, ou cherchent-ils plutôt tout simplement à faire parler d’eux dans les médias en se faisant une publicité gratuite?

Le problème à cet égard ne se pose nullement en termes de morale et d’angélisme primaire. Mais il faudrait avoir le courage, et l’audace, de reconnaître que l’absence totale de valeurs et de repères conduit toute société à sa perte et aboutit à une situation du « n’importe quoi », caractérisée par la logique du plus fort, de la violence aveugle, et par des comportements bassement mercantiles et égocentriques. Les repères en question pourraient être à caractère laïc – pour les non-croyants – tout en rejoignant les valeurs religieuses aux plans de la liberté et de la dignité de l’individu, de l’ouverture à l’autre, du partage, du don de soi, du droit à la différence, sans compter l’éducation des enfants à de telles valeurs dans le cadre de la cellule familiale.

Dans cette optique, l’épisode du Festival de Byblos a peut-être mis en exergue également une faille d’une toute autre dimension et devrait stimuler à cette occasion une réflexion profonde sur une question cruciale : l’efficacité de l’éducation religieuse dans les écoles, en adéquation avec notre époque. Une personne solide dans sa foi, suffisamment imprégnée des repères prônés par sa religion, ne devrait pas pouvoir être ébranlée outre mesure dans ses convictions par les tentatives de dénigrement ou de sabotage. Certes, le doute peut s’emparer parfois de certains croyants, et la foi qui déplace les montagnes n’est peut-être qu’une vue de l’esprit. Mais il reste que les préposés à l’éducation religieuse, ou même laïque, ont le devoir d’inculquer aux générations montantes des valeurs susceptibles de tenir la société moderne à l’écart de la loi de la jungle, dans son aspect le plus sauvage, fondé sur la seule logique du plus fort.

À la une

Retour à la page "L'édito"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Hitti arlette

Enfin quelqu'un qui met un peu d'eau dans le vin aigrelet du terroir de l'OLJ dans l'affaire du quatuor suspicieux .

Yeomans Roger

Et toujours il y a ceux qui répondent à côté de la plaque. Bien sûr qu'il est possible et admissible, dans un État de droit, de critiquer ceux qui critiquent/insultent les religions. C'est la liberté d'expression après tout!

ON DIT QUOI ?

CLAP ! CLAP! CLAP! CLAP! CLAP!

Là où on l'attendait le moins , Mr Touma a frappé fort , bravo d'avoir posé la question dans toute sa simplicité .

On a l'impression que les autres journalistes qui ont fondu droit dans le beurre en accusant , en diabolisant le clergé catholique n'était même plus de ce pays Liban que Touma décrit à juste titre comme étant un pays message certes , mais à l'ombre de valeurs sacrées pour toutes les religions qui le composent .

Ca valait le coup de vous lire Mr Touma , parce qu'on sent que la plume qui a écrit ces lignes étaient tenues entre vos propres doigts , tandis que les autres qui divaguaient totalement sur nos réalités donnaient l'impression d'y avoir seulement apposé leur signature au bas de la page , écrite par des "insensibles" à nos traditions propres, mais combien poreuses à celles des autres.

RESPECTS .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

BRAVO MONSIEUR TOUMA. CERTAINS ESSAIENT DE FAIRE DU MAL AUX RELIGIONS ET D,AUTRES POUR SE FAIRE DISTINGUER ILS INSULTENT LES SYMBOLES SACRES DES AUTRES. CE N,EST PAS DE LA LIBRE EXPRESSION. C,EST DE LA PROVOCATION TOUT SIMPLEMENT. CERTES LES REPONSES AVEC DES MENACES SONT CONDAMNABLES. IL NE FAUT JAMAIS OUBLIER QUE L,ACTION PROVOQUE LA REACTION SURTOUT QUAND C,EST UNE ACTION INSULTANT DES MILLIARDS DE PERSONNES.

Tina Chamoun

Messieurs l'OLJ j'ai un mashrou3 du tonnerre pour vous: Pourquoi ne feriez-vous pas un dossier Spécial Mashrou3 Leila, dans lequel vous regrouperiez tous les papiers qui ressassent les mêmes idées et opinions sans rien apporter de nouveau et qu'on en finisse une fois pour toutes!!

EDDE PAUL


Un Edito claire et précis dans le fond

"la liberté de s’exprimer sans entraves et l’ordre républicain ne sont ni négociables ni contradictoires ; protéger l’une et faire respecter l’autre, telle est la mission des forces de police "
. Mais il reste que les préposés à l’éducation religieuse, ou même laïque, ont le devoir d’inculquer aux générations montantes des valeurs susceptibles de tenir la société moderne à l’écart de la loi de la jungle, dans son aspect le plus sauvage, fondé sur la seule logique du plus fort."

Cependant, et malheureusement Ces deux éléments, substance nécessaire dans la construction d'une société laissent a désirer.

Bery tus

Ok je suis d’accords

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

Macroéconomie

Plus d'un million de pauvres

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants