Rechercher
Rechercher

Liban - Astronomie

La « Nuit des étoiles » dans la réserve des cèdres du Barouk

Quelque 300 personnes ont pu observer les astres samedi soir, dans une ambiance « feu de camp ».

Porté par son père, un enfant observe les astres. Photo Diane Villemin

Samedi, de 17 heures à minuit, les férus d’astronomie avaient rendez-vous avec la « Nuit des étoiles », dans l’idyllique réserve des cèdres du Barouk, dans le Chouf. Une soirée qui a attiré également des photographes amateurs, des familles, des amoureux de la nature ou tout simplement des groupes venus par curiosité. L’événement, dont le concept a été importé à travers le groupe Ferme des étoiles, en France, s’est déroulé, selon les organisateurs, pour la première fois au Liban, en partenariat avec UniversCiel, Lebanese Astrophotographers et Lebanese Adventure.


Un lieu propice à l’observation du ciel
Située à plus de 1 100 mètres, la réserve naturelle offrait un spectacle sans pareil, loin de la pollution lumineuse de la capitale, lieu idéal pour contempler la faune, la flore et le ciel étoilé. D’ailleurs, les participants avaient tous reçu un filtre rouge qu’ils devaient placer au niveau du flash de leurs appareils photo afin de ne pas troubler l’observation des astres et le travail des photographes. Dans un lieu comme celui-ci, le respect de l’environnement est primordial et tous les participants – près de 300 selon les organisateurs – s’y sont pliés. En effet, le ravitaillement en nourriture et en boissons s’est fait avant d’entrer dans la réserve, aucun déchet n’étant toléré sur le site.

Dans une ambiance « feu de camp », tous se retrouvent autour des explications enrichissantes des organisateurs. « C’est avant tout un moment de convivialité », confie Candice Sloukgi Saghbini, chargée de communication et cofondatrice d’UniversCiel. Jeunes et moins jeunes se retrouvent, « il n’y a pas d’âge pour être fasciné par le ciel, la Lune et les étoiles », ajoute-t-elle.

Peu avant 17h, les organisateurs installent les ateliers de jeux et montent les télescopes, du matériel dernier cri pour observer les astres. L’objectif est de toucher tous les âges, de sensibiliser et instruire le public dans une optique de vulgarisation scientifique.

Munis de leurs appareils photos, les participants affluent à l’entrée de la réserve où une navette les attend, assurant le transport jusqu’en haut de la montagne. « Regarde à droite ! Un télescope ! » s’exclame un jeune homme lorsque la navette arrive à destination.

Au programme : ateliers d’initiation à l’astronomie, observation de la Lune et des étoiles, confectionnement de fusées à eau et de la Grande Ourse en miniature avant de pouvoir réellement l’admirer à la tombée de la nuit. D’ailleurs, la grande majorité des participants attendent avec impatience le coucher du soleil qui laissera place à la Lune, à l’apparition de la Voie lactée, de centaines d’étoiles, de Jupiter et de Saturne et pour les plus contemplatifs, d’étoiles filantes.



(Lire aussi : L’univers peut-il perdre ses étoiles ?)



Des profils diversifiés
Parmi les organisateurs, on retrouve des photographes professionnels comme Maroun Habib – lauréat en juin 2017 pour sa fameuse photographie du cèdre imprimé sur les billets de cent livres libanaises –, des astrophysiciens, des ingénieurs mais aussi des chercheurs. Karl est tout juste diplômé et organisait au préalable, en tant que membre du club astronomie de l’Université Saint-Joseph, des conférences ou encore des sorties de camping sauvage afin d’observer les étoiles. Marc, lui, est enseignant de physique à l’Université de La Sagesse. « Finalement, nous sommes comme une petite famille », confient les organisateurs. De la même manière, des astrophotographes parmi les participants se rencontrent et échangent leurs numéros afin de pouvoir organiser de pareils événements. D’autres sont venus pour s’instruire et admirer le ciel. Un peu plus loin, une famille venue de Dubaï explique qu’elle tenait absolument à prendre part à cet événement. Des étudiants originaires de diverses facultés provenant de tout le Liban y participent également. Les enfants, curieux, se regroupent autour de Marc qui anime l’atelier du système solaire, reconstitué 10 millions de fois plus petit.



(Lire aussi : Apprendre à contempler le ciel, le temps d’une nuit)



L’astronomie, un secteur en pleine expansion
Les origines de l’astronomie remontent à l’Antiquité et les fondements même de cette science des astres prennent racine dans la région, ce qui explique pourquoi les deux tiers des étoiles ont une appellation arabe. Depuis plusieurs années, des filières en astrophysique voient le jour dans les universités libanaises. C’est un secteur qui attire un nombre croissant d’étudiants et l’investissement d’organismes tel qu’UniversCiel depuis sa création en 2016 a permis une plus grande reconnaissance de l’astrophysique comme discipline. En effet, c’est à travers l’organisation d’événements tels que « On the moon again », le Festival d’astronomie dont le marathon des sciences et la journée astro-jeunes qu’UniversCiel a pu promouvoir l’astrophysique. La famille des astrophysiciens s’agrandit et tous attestent à l’unanimité qu’ils se rendront avec enthousiasme à un autre événement autour du thème de l’astronomie. Ainsi, la première édition de la « Nuit des étoiles » fut un beau pari, remporté avec succès et annonciateur du début d’une aventure novatrice au Liban en cette année de célébration des cinquante ans du premier pas sur la Lune de Neil Armstrong.



Lire aussi

Dormir sous une pluie d’étoiles filantes, à Tannourine


Pour mémoire

Vivre des moments magiques, la tête dans les étoiles


Samedi, de 17 heures à minuit, les férus d’astronomie avaient rendez-vous avec la « Nuit des étoiles », dans l’idyllique réserve des cèdres du Barouk, dans le Chouf. Une soirée qui a attiré également des photographes amateurs, des familles, des amoureux de la nature ou tout simplement des groupes venus par curiosité. L’événement, dont le concept a été importé à...
commentaires (1)

"Quand sous mille clous d'or, tout s'endort Loin du monde et du bruit, chaque nuit Je viens à mon rendez-vous, Chanter ce chant si doux, Adieu ma belle étoile Les beaux rêves sont courts Le ciel qui se dévoile Emporte mon amour. La nuit va finir Toi, mon beau saphir Tu n'est qu'un souvenir Adieu ma belle étoile Mon amour va mourir." "Ma belle étoile" - 1943 du film "Le chant de l'exilé" par Tino Rossi.

Un Libanais

14 h 46, le 06 août 2019

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • "Quand sous mille clous d'or, tout s'endort Loin du monde et du bruit, chaque nuit Je viens à mon rendez-vous, Chanter ce chant si doux, Adieu ma belle étoile Les beaux rêves sont courts Le ciel qui se dévoile Emporte mon amour. La nuit va finir Toi, mon beau saphir Tu n'est qu'un souvenir Adieu ma belle étoile Mon amour va mourir." "Ma belle étoile" - 1943 du film "Le chant de l'exilé" par Tino Rossi.

    Un Libanais

    14 h 46, le 06 août 2019

Retour en haut