Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Raids aériens

Israël aurait frappé des cibles iraniennes en Irak

Un avion de chasse israélien. Photo d'archives AFP

Israël a bombardé à deux reprises au cours du mois de juillet des cibles iraniennes en Irak, détruisant des stocks de missiles et tuant des « conseillers » militaires, dans le cadre d’un élargissement du spectre de ses opérations contre l’Iran, a annoncé hier le quotidien arabophone al-Chark al-Awsat.

Citant des diplomates occidentaux ayant souhaité rester anonymes, le journal basé à Londres a précisé que les raids ont été menés les 19 et 28 juillet. La première des deux cibles était, selon le journal, la base d’Amirli, dans la province de Saladin, à 160 km de Bagdad.

Le média kurde irakien Rudaw précise de son côté que la frappe a été menée par un drone et a blessé deux membres des forces paramilitaires chiites du Hachd el-Chaabi et détruit un hangar de stockage d’armes. Citant l’agence Associated Press (AP), Rudaw précise que « des conseillers venus du Liban » étaient présents sur les lieux. La coalition menée par Washington pour lutter contre les terroristes du groupe État islamique avait affirmé être au courant de ces frappes, mais ne pas avoir d’informations à leur sujet.

La frappe de dimanche a, quant à elle, été menée par un avion de combat israélien F-35, sur la base militaire de Camp Ashraf, à 40 km au nord-est de Bagdad et 80 km de la frontière iranienne. Des missiles balistiques récemment importés vers l’Irak s’y trouvaient, selon les sources occidentales, et plusieurs conseillers militaires iraniens présents sur la base ont été tués dans l’attaque. Camp Ashraf était auparavant un camp de réfugiés pour les Moujahidine du peuple, milice d’opposants au régime iranien. Si, depuis le début en 2011 de la guerre en Syrie Israël a mené plusieurs frappes contre l’armée syrienne et les forces de l’Iran et du Hezbollah, alliés du régime de Bachar el-Assad et deux grands ennemis de l’État hébreu, les bombardements israéliens en Irak sont rares.

Début juillet, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait mis en garde Téhéran contre la puissance des avions de combat F-35 israéliens, qui « peuvent arriver n’importe où au Moyen-Orient y compris en Iran ».


Israël a bombardé à deux reprises au cours du mois de juillet des cibles iraniennes en Irak, détruisant des stocks de missiles et tuant des « conseillers » militaires, dans le cadre d’un élargissement du spectre de ses opérations contre l’Iran, a annoncé hier le quotidien arabophone al-Chark al-Awsat. Citant des diplomates occidentaux ayant souhaité rester anonymes, le...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut