Rechercher
Rechercher

Liban - Infrastructures

Une nouvelle usine de traitement des eaux usées à Zahlé pour réduire la pollution

L’inauguration s’est déroulée en présence de Nada Boustani et Massimo Marotti.

De gauche à droite : Nabil Jisr, directeur du CDR, Nada Boustani, ministre de l’Énergie et de l’Eau, et Massimo Marotti, ambassadeur d’Italie.

Une cérémonie d’inauguration d’une station de traitement des eaux usées a eu lieu, vendredi, dans la Békaa, en présence de la ministre de l’Énergie et de l’Eau Nada Boustani et de l’ambassadeur d’Italie Massimo Marotti. Le but de ce projet est de réduire l’impact environnemental lié aux eaux usées domestiques et industrielles dans la région.

La ville de Zahlé et les villages alentour de Kaa el-Rim et Hazzerta bénéficient d’un réseau de récupération des eaux usées sophistiqué de 12 km de long. Ces eaux usées, provenant d’une population de 205 000 habitants, sont amenées vers l’usine de traitement située dans la zone industrielle de Zahlé. À terme, le projet contribuera à éliminer la pollution de deux rivières : le Litani et le Berdawni. L’usine de traitement a la capacité de traiter 37 000 m3 par jour d’eaux usées. « Normalement, cette station traite en priorité les eaux usées de la maison. En réalité, nous recueillons aussi des eaux industrielles et les eaux pluviales de la région », a expliqué Blondie Mirad, la directrice de l’usine.

Ce projet avait été lancé en 2007 par l’entreprise Suez et le Conseil de développement et de la reconstruction (CDR). L’usine a vu le jour grâce au financement du gouvernement italien à hauteur de 22,4 millions d’euros. « Dans un contexte de paix et de sécurité politique, la filière de l’eau est très importante. La sécurisation de l’eau est associée à la sécurité sanitaire des aliments, qui est liée à la santé de l’environnement et de la personne. Il faut faire en sorte que l’eau ne devienne pas une source de conflit », a déclaré l’ambassadeur d’Italie Massimo Marotti pour expliquer les raisons d’un tel financement.

Blondie Mirad détaille pour L’Orient-Le Jour le fonctionnement de la station. « Les eaux usées collectées arrivent dans la station. Un prétraitement enlève les éléments non organiques, puis l’eau passe par différents bassins où des micro-organismes vont extraire la pollution et modifier sa structure pour en faciliter la décantation. L’essentiel est de séparer les éléments polluants de l’eau. » Ces derniers sont par la suite récupérés et transformés en matière solide, appelée boue. Celle-ci est alors stockée à côté de la station ou envoyée en décharge, « en attendant une solution plus durable », précise à son tour Hassan Abdallah, directeur de coopération de Suez sur la zone Afrique-Proche-Orient.

Les eaux usées passent par trois traitements différents. « C’est la seule station au Liban qui a poussé aussi loin le traitement des eaux pour qu’elles puissent être utilisées dans l’agriculture. Cette station va permettre aussi de dépolluer la rivière », insiste Hassan Abdallah. En effet, l’eau filtrée est reversée dans la rivière Litani, mais aussi réutilisée pour l’irrigation des nombreuses terres agricoles de la Békaa. Massimo Lamperti, un responsable de l’entreprise Suez, affirme pour sa part que « c’est une démarche d’économie circulaire : réutilisation et valorisation des ressources pour essayer de préserver l’environnement ».



Lire aussi

Un hydrogéologue répond au CDR : Pourquoi stocker de l’eau superficielle sur un réservoir d’eau propre ?

Gestion de l’eau au Liban : des efforts, de l’argent, des résultats décevants



Une cérémonie d’inauguration d’une station de traitement des eaux usées a eu lieu, vendredi, dans la Békaa, en présence de la ministre de l’Énergie et de l’Eau Nada Boustani et de l’ambassadeur d’Italie Massimo Marotti. Le but de ce projet est de réduire l’impact environnemental lié aux eaux usées domestiques et industrielles dans la région.La ville de Zahlé et les...

commentaires (1)

Un immense MERCI !!! de tout coeur à cette chère et si belle Italie d'où je tiens quelques racines précieuses Irène Saïd

Irene Said

21 h 30, le 22 juillet 2019

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Un immense MERCI !!! de tout coeur à cette chère et si belle Italie d'où je tiens quelques racines précieuses Irène Saïd

    Irene Said

    21 h 30, le 22 juillet 2019

Retour en haut