X

Culture

Yasmina Joumblatt et Gabriel Yared retournent aux sources... musicales

Rencontre

Tous deux ont quitté le Liban jeunes. Tous deux ont trouvé leur voie et tous deux se sont retrouvés après des années grâce à une chanson prémonitoire, Ya habibi ta3ala d’Asmahan. Yasmina Joumblatt, arrière-petite-fille de la grande chanteuse, et le compositeur franco-libanais Gabriel Yared présentent un concert « longuement pensé et senti » au Festival de Beiteddine, ce jeudi 18 juillet. En musique et paroles, ils racontent leur réconciliation avec leur pays, après un long désamour.

16/07/2019

Il n’y a certainement pas de hasard, mais des rencontres, si. Et c’est l’amour de la musique qui a réuni Yasmina Joumblatt et Gabriel Yared. Si ces deux personnes « extrêmement introverties » sont sur la scène du palais de Beiteddine ce jeudi 18 juillet en concert inaugural du festival, c’est parce que, de son côté, elle a réussi à dépasser sa timidité en suivant les conseils de celui qu’elle appelle parfois (tendrement) « le tyran », et que lui, pour sa part, est parvenu à se replonger totalement dans la culture musicale orientale. « Ce que vous allez entendre jeudi n’est pas une superposition de musique occidentale sur des mots arabes mais une assimilation totale de notre passé, culture et émotions, précise Gabriel Yared, car ce n’est pas un simple retour aux sources. C’est un travail sur soi et un désir profond de partager notre moi intime avec les autres, car nous sommes, tous deux, arrivés à maturation ».


(Lire aussi : Une journée avec Gabriel Yared à la Philharmonie de Paris)

Yasmina Joumblatt, vous avez quitté le Liban à 13 ans et vous, Gabriel Yared, à 19 ans. Vous étiez fâchés avec le pays ?

G.Y. : Je n’étais pas fâché du pays mais de ma condition. Je n’avais qu’une seule envie : faire de la musique. Or mes parents s’y opposaient. J’ai dû faire des études de droit avant de me consacrer réellement à ma passion.

Y.J. : Je suis une enfant de la guerre. Et je voulais fuir cette situation-là. Les conditions familiales ont favorisé également mon admission en pensionnat à l’extérieur.

G.Y. : Tu es entrée au pensionnat dès l’âge de 13 ans et moi de 4 à 14 ans.

Y.J. : C’est dire que nous deux, nous avions vécu une rupture avec le pays mais aussi avec la famille.


Ce projet musical marque-t-il donc une réconciliation avec le Liban ?

Y.J. : Cette réconciliation a commencé à la naissance de mes filles. Lorsqu’elles m’ont demandé d’où elles venaient. C’était difficile pour moi de leur dire qu’elles étaient suisses. Il y a eu donc, à travers mes filles, un retour identitaire vers le Liban que j’ai redécouvert et aimé passionnément. Aujourd’hui, cela me fait de la peine quand j’entends certains Libanais dire du mal de leur pays. Je me suis même remise à redécouvrir la langue que j’avais perdue. Quant à Asmahan, mon arrière-grand-mère, que je voyais, petite, comme une diva, je me suis penchée vers elle comme une adulte. C’était donc, également, un retour vers la culture musicale arabe.

G.Y. : Je n’ai jamais aimé la musique arabe. Ce n’est qu’au pensionnat que j’entendais les muezzin et certains effluves de musique orientale qui me parvenaient, mais je n’y étais pas sensible. Avant de quitter le pays, j’avais trouvé chez ma grand-mère maternelle – qui avait épousé un grand érudit – un gros livre qui s’intitulait Conférence sur la musique arabe, 1932. C’était la seule conférence qui avait eu lieu au Caire cette année-là et qui avait réuni tous les musiciens du bassin méditerranéen avec, entre autres, le Yémen, l’Irak, l’Algérie. Pour la première fois, ils avaient mis en notes les mouachahat et les maqamat. Je l’avais donc pris avec moi et je l’ai mis de côté. Au fil du temps, je me suis mis à le feuilleter et puis à acheter des disques d’un muezzin, de Oum Koulthoum ou de Mounir Bachir et puis pour comprendre ce que j’entendais, je le relevais à l’oreille. Je me suis alors rendu compte combien cette musique que j’ignorais était riche. J’ai alors écrit Muezzin pour Michel Jonasz. Ma première composition musicale pour le cinéma (après Godard) était pour Petites Guerres de Maroun Baghdadi. C’est là que je me suis penché à nouveau sur mes souvenirs ainsi que sur ce livre pour flirter ou me fiancer, avant de me marier, avec la musique arabe. Suivirent Hanna K de Costa Gavras (orchestre symphonique avec oud, qanun et nay); Adieu Bonaparte de Youssef Chahine (mélange d’oriental et de musique symphonique) et Azur et Asmar de Michel Ocelot. Yasmina (NDRL : Joumblatt) est arrivée à pic alors que cette histoire de rejet de la musique arabe était devenue une histoire d’amour pour moi.

Mais quand elle vous a proposé le projet musical une première fois, vous l’avez refusé. Pourquoi avoir changé d’avis plus tard ?

G.Y. : Je ne pensais pas que j’étais la personne la plus adéquate pour le projet. Nous sommes quand même restés amis. Trois ans plus tard, j’ai décidé de le reprendre en main. Je lui ai demandé alors de venir dans mon studio pour chanter avec pour seul accompagnement le métronome. C’est ainsi qu’a débuté notre collaboration.

Y.J. : J’avoue que je suis tombée amoureuse de la musique de Gabriel Yared quand j’ai vu le film L’Amant. Je me souvenais même plus de la musique que du film. Étant quelqu’un de très obsessionnel, je tenais à le rencontrer. C’était en 2004. Je lui proposais d’orchestrer pour moi la célèbre chanson d’Asmahan Ya habibi ta3ala. Quand il a refusé, je me suis amusée à enregistrer avec un ami, Ghazi Abdel Baki, des bribes de la chanson.


(Pour mémoire : Yasmina Joumblatt : J’ai l’impression d’avoir eu plusieurs vies)


Pourquoi avoir choisi précisément cette chanson et comment le projet musical a-t-il évolué par la suite ?

Y.J. : Parce que j’avais entendu beaucoup de reprises de cette chanson qui étaient communes et ne faisaient pas honneur à cette grande diva. J’étais un peu révoltée. Je voulais la confier à quelqu’un qui connaisse bien la musique et qui a du « vrai » à apporter à ce morceau. De plus, quand on reprend les compositions d’un artiste qui n’est plus parmi nous pour donner son aval, il faut être fidèle à l’œuvre le plus possible. Nous avons donc repris les chansons que Farid el-Atrache a composé à l’ « occidentale » comme Layali el-onsi fi Vienna, qui est une valse. Je n’ai donc pas l’impression d’avoir trahi Asmahan mais de lui avoir rendu hommage.

G.Y. : Certes, on a commencé par Ya habibi ta3ala et on a recréée d’autres titres chantés jadis par Asmahan. Mais, par la suite, nous avons enregistré quatre inédits que Yasmina a écrits. Pas encore d’album mais les quatre titres sont déjà en digital (NDLR : sur Anghami et iMusic). Nous avions donc approfondi le projet qui allait au-delà de ce que nous avions commencé et je pense que si Farid el-Atrache était vivant, il aurait été heureux du résultat, car nous n’avions aucune fois dénaturé sa musique.

Comment avez-vous travaillé alors que vous deux habitiez un pays différent. De plus, Yasmina est homéopathe...

G.Y. : Pour moi, la musique s’inspire du texte, d’une histoire. Elle écrivait, m’envoyait le texte et venait souvent par la suite pour enregistrer. Comme j’orchestre très vite, nous avancions à grands pas.

Y.J. : J’ai fermé mon cabinet en décembre et je me suis donné neuf mois de répit. Comme une grossesse. D’ailleurs, je reprends en septembre car j’ai des patients que je ne peux abandonner.


Pour mémoire
Gabriel Yared : Je ne pense pas en mots, je ne respire qu’en musique...

Gabriel Yared retourne aux sources d’Asmahane


À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

M.E

Merci à Mr.Abboud. Je me disais bien que cette chanson médiocre puait en effet une sorte de tango. Grâce à vous j'apprends que la Rumba est "une sorte de tango" (comme je déteste les deux cette approximation ne m'est pas trop insupportable)

Chucri Abboud

Gabriel Yared et Yasmina Joumblat le savaient-ils ? Cette chanson que tous les libanais et autres arabes croient être une composition originale de Asmahan et ses acolytes a été purement et simplement copiée d'une rumba cubaine composée en 1930 par le musicien Antonio Machín et intitulée "El Huerfanito , qu'on peut écouter sur Youtube , et dont les paroles originales en espagnol sont les suivantes :

Yo no tengo padre
Yo no tengo madre
Yo no tengo a nadie
Que me quiera a mi
Yo no tengo padre
Yo no tengo madre
Yo no tengo a nadie
Que me quiera a mi
Yo no tengo ni padre ni madre
Que sufran mis penas
Huérfano soy
Solo llevo tristeza y martirio en el alma
El cruel dolor
De no hallar una mujer
Una mujer buena
Que me llene el vacío tan
Grande que ellos dejaron
Con tierno amor
Yo no tengo padre
Yo no tengo madre
Yo no tengo a nadie
Que me quiera a mi

El huerfanito https://www.youtube.com/watch?v=3NLTWBXG4

Lecteurs OLJ

Gaby Yared un nom qui fait honneur à notre pays, en effet il fut d’abord autodidacte en musique quoique durant les fêtes et aux occasions au Collège Notre Dame de Jamhour, c’est lui qui prenait les commandes du piano.
Yasmina elle, a une voix qui vous berce et vous emmène loin dans vos rêves.
Les Libanais brillent toujours à l’etranger.
Bravo Gaby. Bravo Yasmina.
Georges Tyan

Dernières infos

Les signatures du jour

Impression de Fifi ABOU DIB

Cartables

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants