X

À La Une

A 50 ans, Sonia Yammine vient de décrocher son bac

Liban

Enceinte à 17 ans, cette mère libanaise de trois enfants atteint son but 33 ans plus tard.

Nour BRAIDY | OLJ
10/07/2019

A 17 ans, Sonia Yammine quitte l’école et se marie avec l’homme qui deviendra le père de ses trois enfants. C'était en 1986, dans un Liban en plein guerre civile. A 50 ans, elle décroche son baccalauréat libanais. Une réussite qu'elle a célébrée mardi, le jour de son anniversaire.

"Lorsque je me suis mariée, je pensais que je retournerai rapidement à l’école, mais je suis tombée enceinte très vite", confie Sonia Yammine à L’Orient-Le Jour. En effet, sa fille Carole naît en 1987, l’année qui suit celle de son mariage. En 1990, la jeune mère donne naissance à Yammine et en 1994 à Mario. Si l’envie de poursuivre ses études ne la quitte pas, la jeune maman se retrouve obligée de se concentrer sur l'éducation de ses propres enfants.

Une fois ses enfants lancés dans la vie active, Sonia Yammine décide de se donner une deuxième chance.
"Lorsque mon benjamin a fini l’université, j’ai senti que je pouvais désormais me concentrer sur mes études", explique-t-elle. Celle qui avait été la première de sa classe durant toutes ses années scolaires reprend alors ses cahiers et crayons avec pour seul objectif : réussir son baccalauréat, section socio-économie. Pour atteindre son but, elle passe cette dernière année à se préparer, de la maison, pour son bac.

"Chaque jour, le réveil matin sonnait à 5h30. J’étudiais toute la journée, parfois jusqu’à 22h, raconte-t-elle.  Ce n’était pas facile, j’avais peur de ne pas pouvoir tout comprendre ou retenir", reconnaît cette mère qui a toutefois bénéficié du soutien de son fils Mario, qui l'a aidée dans les matières scientifiques, et de l’amie de son fils qui lui a donné des cours en mathématiques.

En se souvenant de son premier jour d’examen, Sonia Yammine ne peut cacher son amusement. "J’essayais de prétendre d’être calme mais alors que j’écrivais avec ma main droite, ma main gauche tremblait, raconte-t-elle. Mes enfants essayaient de me rassurer, mais j’avais très peur d’être déçue parce que je savais que je méritais de réussir".


Une moyenne de 13,6
Le jour où les résultats étaient censés être publiés, le ministère de l’Education ayant choisi de les diffuser tard dans la nuit, elle décide, pour calmer son anxiété, d’aller se coucher tôt. "Mes enfants ont attendu les résultats toute la nuit et le lendemain matin ils m’ont annoncé que j’avais réussi avec une moyenne de 13,6, raconte-t-elle, sans cacher sa fierté. J’étais très heureuse, j’ai senti que l’été pouvait enfin commencer !"

Si Sonia Yammine se dit aujourd'hui "comblée", elle affirme ne jamais regretter d'avoir privilégié ses enfants sur son épanouissement personnel. "J’ai toujours dit à mes enfants que si je devais refaire ma vie, je la revivrai exactement de la même manière. C’est eux qui m’ont toujours soutenue et j’ai préféré les élever avant de me concentrer sur mon baccalauréat".

Ses deux fils confient à L'Orient-Le Jour avoir été "plus stressés que lorsqu'ils ont présenté leur propre bac". "Je savais qu’elle avait dépensé beaucoup de son énergie et de son temps, confie Yammine. Je voulais qu'elle réussisse et que ce soit une motivation pour elle. Ce qui est drôle c’est qu’elle a obtenu de meilleures notes que nous tous", poursuit-il sur un ton taquin. Mario, qui a enseigné la chimie, la physique et la biologie à sa maman est, lui, très fier de voir qu'elle a réussi haut la main ces matières avec respectivement deux 18/20 et un 14/20. 

"J’ai été surprise par le nombre de gens qui m’ont encouragée, poursuit Mme Yammine. J’ai senti une très grande responsabilité et beaucoup m’ont dit que je les ai inspirés. Mais ce que j’ai fait, je l’ai fait pour moi, ajoute-t-elle. L’éducation est ce qu’il y a de plus important dans la vie". Elle prévoit aujourd’hui de faire des études universitaires. "Je n’ai pas encore décidé en quoi je veux me spécialiser", dit-elle. 

De cette expérience, Sonia Yammine retient que "lorsque l'homme décide de faire quelque chose, il peut le faire grâce à sa volonté et il peut surmonter tous les obstacles qui se présentent à lui".

Pour honorer son courage et ses efforts, l'ancienne école de Mme Yammine, l’école officielle secondaire de Mazraat Yachouh, tient à ce qu’elle soit diplômée avec les lycéens. Lors de la cérémonie de remise des diplômes, il lui est demandé de prononcer un discours devant les jeunes bacheliers. C'est par ces mots que Sonia Yammine choisit de s'adresser à eux : "Pourquoi passer mon bac maintenant ? Pourquoi pas ? Le savoir a-t-il un âge ? L’ambition a-t-elle une date d’expiration ? Sûrement pas".



Lire aussi

Un bachelier d’origine libanaise premier en France en section scientifique

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Raminagrobis

C'est pathétique. Il y a de quoi écrire un beau roman ou de produire un film splendide.

Eddy

Il n'y a pas d'age pour apprendre (la neuroscience en decourvre cela).

Aref El Yafi

Quelle nouvelle rafraichissante et tonique en ce matin. Bravo Sonia !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

3A 2BEL UN DOCTORAT !

Yazbek Ronald

Bravo ?

C.K

Bravo Sonia, belle et intelligente.

Georges Abou-Jamra

Très belle histoire ! Félicitations Madame

NAUFAL SORAYA

Mabrouk!!!! C'est fantastique!!!!!!!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Salam, Mikati et Siniora en Arabie : un rééquilibrage face à l’influence iranienne grandissante

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants