X

Liban

Le directeur de l’AIB promet plus de fluidité dès août

Aéroport

Dans la nuit de mercredi à jeudi, neuf avions ont atterri presque en même temps. Il en est résulté une congestion devant les comptoirs de la Sûreté générale.


05/07/2019

« Dès le mois d’août, les voyageurs pourront constater les aménagements effectués à l’Aéroport Rafic Hariri de Beyrouth (AIB), afin de rendre le trafic des passagers plus fluide et réduire les longues files d’attente. La transformation sera particulièrement remarquable pour les voyageurs en partance, à leur entrée à l’aéroport et jusqu’à leur montée dans l’avion. Ils découvriront un espace aménagé comme neuf. » C’est la promesse qu’adresse aux usagers le directeur général de l’AIB, Fady el-Hassan, à travers L’Orient-Le Jour, après plusieurs mois de travaux pour améliorer la capacité d’accueil du seul aéroport du Liban, alors que la saison estivale bat son plein et que les passagers s’impatientent aux guichets de contrôle.

« Le confort des voyageurs est primordial, insiste-t-il. Pour ce faire, non seulement le nombre de comptoirs de la Sûreté générale a été augmenté à l’arrivée de 36 à 48 (24 de chaque côté) et au départ de 22 à 34, mais le trafic des passagers a été totalement réorganisé. Et les voyageurs étrangers sont désormais exemptés de remplir la carte d’étrangers, le système ayant été informatisé. » Pour rappel, l’AIB, qui peut accueillir 6 millions de passagers par an, a dépassé ce seuil depuis 2013. En 2018, il a accueilli 8 842 442 voyageurs, entre les arrivées, les départs et les transits, selon les chiffres officiels.


(Pour mémoire : Encore un bon mois de travaux à l’AIB : les voyageurs invités à faire preuve de patience)


Colère de Nancy Ajram et réponse de l’AIB
« Rien que la nuit de mercredi à jeudi, en l’espace d’une heure, entre 23 heures et minuit, neuf avions ont atterri et les agents de la SG ont eu à traiter 1 769 formalités. Ce qui a forcément provoqué une certaine congestion », reconnaît le responsable. Debout dans la queue avec son bébé de cinq mois, la chanteuse libanaise Nancy Ajram qui arrivait de Chypre n’a pas manqué de dénoncer sur Twitter « le manque de respect » des autorités pour les voyageurs, et plus particulièrement pour les femmes enceintes ou avec des enfants en bas âge. « Partout au monde, les femmes enceintes et les nourrissons font l’objet d’exceptions, sauf au Liban », a-t-elle regretté. « Aujourd’hui, je ne suis pas une chanteuse, mais une citoyenne libanaise. Ma fille a cinq mois. Elle a pleuré pendant une heure sur mon épaule, à l’aube, dans l’aéroport de mon pays. Et nombre d’autres femmes ont vécu la même chose », a-t-elle ajouté, qualifiant ce « manque de considération d’inadmissible ». Et pour confirmer ses dires, la chanteuse s’est filmée portant sa fillette dans la file d’attente devant les guichets de la SG.

Le DG de l’aéroport refuse de répondre personnellement à Nancy Ajram. Mais selon un communiqué du service de la sécurité aéroportuaire, qui a affirmé avoir visionné l’enregistrement des caméras de surveillance, « l’attente de la jeune femme n’a pas dépassé 12 minutes, entre le moment de son arrivée dans la section de la SG (à 23h29) et le moment où son passeport a été tamponné (23h41) ». Ce qui n’a pas empêché la ministre de l’Intérieur, Raya el-Hassan, de contacter la chanteuse pour écouter sa version des faits.

« L’attente des arrivants n’était pas particulièrement longue, observe de son côté Fady el-Hassan. Et les plaintes ne sont pas justifiées. » Invitant les Libanais à un brin de patience, il rappelle que « l’attente à l’AIB est largement inférieure à l’attente dans les aéroports internationaux ».


Pour mémoire
Inauguration d’un premier pan de l’agrandissement de l’AIB

Raya el-Hassan annonce des mesures de sécurité plus efficaces et plus rapides à l’AIB

Agrandissement de l’AIB pour 18 millions de dollars


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le point

A l'aéroport de Heathrow où passent 100 millions de voyageurs par an, il y a moins de guichets du "UK Border" que des guichets de la SG chez nous.

Par ailleurs, personne ne peut empêcher un libanais de rentrer chez lui. Les fugitifs sont repérables avant leur passage par l'aéroport.

Un contrôle des mouvements de passagers efficace se fait en amont avant que les voyageurs n'arrivent et avant qu'ils ne partent.

Dans les années 60 quand les bateaux, remplis de touristes, arrivaient au Liban, la SG dépêchait ses agents sur les bateaux mêmes, des heures avant l’accostage, pour contrôler les passagers, et les laisser ainsi débarquer au plus vite sans encombre !

Georges Lebon

Est-ce que l'affirmation de Fady el-Hassan selon laquelle « l’attente à l’AIB est largement inférieure à l’attente dans les aéroports internationaux » repose sur des études chiffrées ?

Eddy

Les enfants (avec ceux qui les accompagnent) ainsi que les personnes agées et enceintes devraient avoir de files à eux.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DE PARTIE REMISE A PARTIE REMISE ET LES SALAIRES SONT AU COMPTANT.

Chaccal Marie Hélène

nous avons tous besoin de savoir...c’etait une heure ou 12 mns?

NAUFAL SORAYA

Ce qu'il faudrait en période d'arrivées (et de départs) massives, c'est ajouter une file "Familles avec enfants en bas âge", pour leur permettre de sortir plus vite.

Ces petits enfants et leurs parents arrivent épuisés d'un voyage souvent assez long et cette attente est un cauchemar.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants