Associations

Animals Lebanon : un combat de chaque jour

L’ONG, fondée en 2008, poursuit sa lutte contre la maltraitance animale et est à l’origine d’un bon nombre d’avancées. Elle organise son dîner annuel de levée de fonds le 19 juin.

D’impressionnantes photos avant-après prises par Animals Lebanon de chiens secourus, notamment ce chien dont la transformation est impressionnante...

Le bien-être animal est un sujet grave qui fait globalement consensus actuellement. Pourtant, quand Animals Lebanon a été fondée, la tâche semblait irréalisable. « Quand nous avons débuté en 2008, nous étions souvent l’objet de moqueries, une situation qui a radicalement changé aujourd’hui, preuve que nos actions ont entraîné un changement réel auprès du public », déclare à L’Orient-Le Jour Maguy Chaaraoui, vice-présidente de l’association.

En effet, bien que la situation des animaux soit encore critique au Liban, la population semble bien plus concernée par la cause animale qu’auparavant. Outre la loi sur la protection animale signée par le président de la République Michel Aoun et entrée en vigueur en 2017, Animals Lebanon constate de plus en plus un soutien de la part du public libanais et de la police également, qui apporte une aide incontournable dans le sauvetage d’animaux sur les routes. Ce changement dans les comportements est porteur d’espoir d’autant plus que, contrairement à d’autres pays où la maltraitance est pénalisée depuis plusieurs décennies, le Liban ne suit cette voie que depuis quelques années à peine.

Cependant, il reste encore un énorme retard à rattraper. Chaque jour, des milliers d’animaux sont laissés à l’abandon et errent dans les rues, promis à une mort certaine. L’association arrive, malgré tout, à en sauver quelques-uns, « d’une dizaine à une cinquantaine par jour ». Pour lutter contre ces abus, Animals Lebanon a choisi de combattre sur plusieurs fronts et de plusieurs manières. Premièrement, elle compte sur un travail de lobbying qui affecte directement la législation : en faisant promulguer des lois tout d’abord, mais aussi en poussant le Liban à adhérer à des conventions internationales comme, par exemple, la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (Cites). Deuxièmement, elle vise à éduquer la population dès le plus jeune âge sur la manière de se comporter avec les animaux.


(Pour mémoire : Arrestation du tortionnaire d’un chat dans le Akkar)


Soutenir la cause animale

L’ONG a cherché à intégrer la notion de bien-être animal dans les programmes de l’éducation nationale. « Nous souhaitons fournir une éducation qui serait un point de référence principal pour toute personne intéressée par les animaux, nous avons d’ailleurs signé un protocole avec le ministre de l’Éducation à cette fin », précise Maguy Chaaraoui. Faire comprendre l’importance de la bienveillance envers les animaux dès le plus jeune âge relève de l’urgence, dit-elle, car c’est durant cette période que tout se joue. Il s’agit de faire assimiler des notions fondamentales et les inscrire durablement dans l’esprit de l’enfant. Toutefois, le gros du travail se fait sur le terrain, lorsqu’il faut secourir directement les animaux ou aider le public à en prendre soin. « Cela se traduit généralement par l’amélioration des normes de certaines animaleries, ou par le transfert d’animaux en état critique dans nos refuges afin de les nourrir, les soigner et les remettre en confiance, poursuit-elle. Mais il s’agit également de lutter contre le trafic illégal et de protéger les espèces menacées. »

Ainsi, l’association est fière de constater qu’elle a pu déjà sauver « des milliers d’animaux, chats, chiens, tigres, lions, ours, chimpanzés », devenant ainsi l’une des organisations de défense des animaux les plus reconnues du Moyen-Orient, avec une croissance rapide.


(Pour mémoire : Une chouette effraie libérée par les « Green Southerners »)



Cependant, des obstacles restent à surmonter, notamment celui du financement de toutes ces activités coûteuses. Pour assurer la pérennité de son action, Animals Lebanon a besoin de fonds et de l’aide des donateurs. C’est pourquoi elle organise cette année l’une « des plus grandes levées de fonds » de toutes ses années d’existence. Un somptueux dîner de gala auquel chacun peut participer, soit en achetant des billets, soit en devenant un « partenaire coopératif ». « Nous proposons un package de sponsoring complet adapté à chaque situation », explique Mme Chaaraoui.

Pour ceux qui sont intéressés à soutenir la cause animale, le dîner de gala se déroulera le 19 juin au O by Michel Fadel*. Le programme s’annonce de toute beauté : DJ, bar ouvert, dîner complet où au moins 500 personnes sont attendues. Parmi les invités, des ministres, des parlementaires, des chefs d’entreprise et plusieurs personnalités locales. Tous seront là pour soutenir ensemble la cause animale et prouver que celle-ci a de beaux jours devant elle.

*Pour plus d’informations, consulter le site www.animalslebanon.org, ou la page Facebook de l’association, ou appeler le 01/751678.


Pour mémoire

Un chien torturé à mort à Tripoli, le mohafez se mobilise

Une vingtaine de chats empoisonnés dans le port de Jounieh, accuse une activiste


Le bien-être animal est un sujet grave qui fait globalement consensus actuellement. Pourtant, quand Animals Lebanon a été fondée, la tâche semblait irréalisable. « Quand nous avons débuté en 2008, nous étions souvent l’objet de moqueries, une situation qui a radicalement changé aujourd’hui, preuve que nos actions ont entraîné un changement réel auprès du...

commentaires (1)

Sauver une ame qel qu elle soit.bravo animals lebanon

Nayla khoury

08 h 46, le 12 juin 2019

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Sauver une ame qel qu elle soit.bravo animals lebanon

    Nayla khoury

    08 h 46, le 12 juin 2019