X

Liban

À la prochaine rentrée, les élèves du secondaire de Melkart gagneront deux heures de sommeil

Pédagogie

Le collège a récemment lancé Smart, une innovation académique adaptée aux besoins de ses écoliers.

20/05/2019

Dès la rentrée prochaine, le collège Melkart accueillera ses élèves de seconde, première et terminale à partir de 9h20. Une mesure pédagogique inédite au Liban qui va permettre à ces jeunes de satisfaire leur besoin de sommeil, dans la perspective de meilleures performances scolaires.

À la veille de ses 50 ans, l’établissement scolaire fait peau neuve. Au cours d’une cérémonie qui s’est déroulée mercredi à la faculté des sciences à l’Université Saint-Joseph, en présence de Imad Achkar, directeur du département de l’enseignement privé auprès du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, de Serge Tillmann, conseiller culturel adjoint à l’ambassade de France, de Pierre-Yves Roux, responsable de l’unité expertise et qualité du Centre international des études pédagogiques (CIEP) à Sèvres, en France, et des parents d’élèves, l’établissement scolaire a lancé son nouveau logo et présenté Smart, le « Système Melkart adapté au rythme du travail », qui va donc permettre aux écoliers de gagner deux heures de sommeil chaque matin.

« Un changement nécessite une nouvelle image, un nouveau logo, qui représente ce à quoi nous avons toujours cru, mais surtout de nouveaux changements qui répondent aux besoins des enfants et à leur épanouissement », déclare d’emblée Sami Mitri, directeur administratif de Melkart, dans son discours. « L’enseignement a besoin d’ouverture pour s’accomplir différemment. En 2019-2020, un jumelage associera le collège à un établissement scolaire de France, qui immergera les élèves de quatrième et de seconde dans un monde entièrement francophone et leur permettra de développer les échanges culturels, pédagogiques et linguistiques », annonce M. Mitri.

« Tous les matins depuis 20 ans, j’assiste à la même tragi-comédie. Des zombies en costume d’élèves débarquent au lycée, tout juste prêts à s’endormir sur leur pupitre », constate le directeur avec un brin d’humour. « Les étudiants manquent de sommeil. Dans un sondage que nous avions réalisé en février, nous avons appris que certains d’entre eux ne dormaient parfois pas plus de 4 ou 5 heures par nuit. Pourtant plusieurs études montrent que les jeunes entre 14 et 17 ans ont besoin de dormir 8 à 10 heures par nuit pour être en pleine forme », note-t-il. « À partir de l’année prochaine, la journée d’études des élèves de seconde, première et de terminale débutera à 9h20 et se terminera à 16h30, ce qui leur donnera deux heures de sommeil supplémentaires le matin, souligne M. Mitri. La journée sera interchangée : les élèves auront trois heures de cours consécutives le matin, puis quatre autres l’après-midi. »



Rythme classique
« À la puberté, tout le rythme biologique des adolescents est perturbé et un tas de changements corporels et notamment hormonaux s’opèrent en eux », explique à son tour Paul Henri Torbey, pédiatre, maître de conférences, professeur adjoint à la faculté de médecine de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth. Comme le besoin de nourriture, le sommeil est aussi important pour leur croissance et leur bien-être. Or à l’école, on continue de leur imposer un rythme de vie scolaire adapté au rythme de travail des adultes et d’exiger d’eux encore plus d’efforts. Situation qui entraîne souvent dépression, souffrances, pathologie de rythme cardiaque et parfois suicide », précise le Dr Torbey. « Aujourd’hui, Melkart les a écoutés et a agi. Le nouveau système, Smart, a été proposé à cette fin. Il répondra aux besoins des adolescents du cycle secondaire et à leur rythme biologique, pour leur assurer une meilleure performance et un meilleur rendement académique. Quelques lycées à travers le monde ont pris cette initiative et ont changé leur rythme scolaire. Les résultats obtenus ont surpassé les objectifs au niveau de la performance académique des élèves et de l’absentéisme dû à la maladie. Ce sont ces constatations qui ont poussé le collège à faire de même, malgré les défis à surmonter au niveau du transport, de la coordination des différents horaires des cycles, de l’organisation des emplois de temps », dit-il encore.

Pierre-Yves Roux a témoigné à son tour : « De génération en génération, le fait de commencer les journées scolaires à 8h, ici et un peu partout dans le monde, est apparu comme une tradition et une question qui ne se posait même plus, malgré l’épuisement apparent des élèves et leur peu de coopération en début de journée. À l’université de Londres, les cours commencent à 10h avec une hausse très significative des résultats et un taux d’absentéisme en forte baisse. Autant de constats qui poussent à encourager l’excellente initiative, avant-gardiste, du collège Melkart, en espérant, comme l’a affirmé M. Mitri, que cela produise un effet boule de neige auprès des autres établissements libanais, pour le bien-être de l’adolescent et de son épanouissement scolaire. » « Commencer plus tard ne veut pas dire se coucher plus tard pour rester sur son portable. C’est une chance qui est donnée aux écoliers pour être plus en forme », conseille M. Roux.

Des formulaires de sondage ont été distribués à chacun au terme de la cérémonie, afin de mesurer l’enthousiasme des parents au projet. « Certains sont réticents, car ils ont d’autres enfants au collège également. Cela leur demande des efforts supplémentaires de faire des allers-retours pour déposer les collégiens à 7h40 et d’autres à 9h20 », constate Sami Mitri. Car sur les 200 élèves environ que comptent les classes de seconde, première et terminale concernées par cette mesure, 33 % d’entre eux seulement viennent en car. Pour remédier à ce problème, l’administration pense mettre en place un service d’autocar pour les autres élèves.


Pour mémoire
Le collège Melkart se met au vert

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sybille S. Hneine

Personnellement je pense que beaucoup de d'ados se couchent bien plus tard qu'ils le devraient. Et pas parce qu'ils étudient.

Arrêtez vos boxes internet durant la nuit. C'est ce que nous faisons.
Depuis toujours.

J'ai 2 enfants dont un ado de 15 ans qui n'ont pas de problèmes de coucher et de lever.

Ils ont leurs intruments de musique et des livres dans leurs chambres respectives. Et leur téléphone.

Par contre nous ne sommes absolument pas équipés en jeux vidéos et autres consoles PS. C'est un choix assumé.

Il revient à nous parents de savoir faire appliquer les horaires qui sont bons pour nos enfants. Et arrêter les machines passé une certaine heure.

Pas à l'école de décaler ses horaires.

Ce n'est que mon avis certes pas scientifique.

Eddy

Bravo,
Et comme c'est une etude scientifique, alors les autres ecoles doivent suivre, sinon, elles prouvent qu'elles ne veulent pas le bien-etre prouvé scientifiquement de leurs etudiants ou bien autres raisons. Voire meme qu'elles n'operent pas de facon scientifique .....

Tina Chamoun

Du coup ça me donne envie de retourner à l'école :)

lila

Excellente idée pour sortir du cercle vicieux conflictuel entre parents-enfants-direction d'école. Les jeunes se couchent tard et rien ne semble pouvoir les inciter à changer cela. Ils ont du mal à se lever le matin. C'est la torture pour les parents comme pour les jeunes.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

POUR AIGUISER L,ABRUTISSEMENT DANS LES ESPRITS EN LES INCITANT A SE COUCHER TRES TARD. QUI EST L,ENERGUMENE QUI A PONDU CETTE IDEE ?

NAUFAL SORAYA

Les élèves arrivent comme des zombies pas parce qu'ils se lèvent tôt, mais parce qu'ils se couchent à des heures indues... C'est la vraie cause du problème... Pour avoir longtemps travaillé dans un établissement scolaire, j'étais stupéfaite de l'heure extrêmement tardive à laquelle les préados et ados se couchent... avec la bénédiction (ou l'incapacité à réagir) de leurs parents. Alors, qu'à cet âge, leur corps est en pleine révolution et ce sont des heures de sommeil nocturne dont ils ont besoun, pas d'une grasse matinée...

Une fois de plus, plutôt que de traiter le problème à sa source en les astreignant à se coucher à des heures raisonnables, on favorise les nuits de veille sur des bêtises et on les excuse en les laissant dormir plus tard...

De plus, les parents qui doivent être à leur bureau avant 9h15, feront comment????

Chaccal Marie Hélène

Pourquoi ne pas integrer aussi les petits a ce systeme? Et Simplifier ainsi la vie des parents.
J’espere que ces jeunes vont apprecier leur chance et ne pas en profiter pour se coucher plus tard

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants