Avis de méforme

Cet angélisme niais de certains Libanais qui croient encore que ce gouvernement de peu va bientôt engager des réformes ! Piloté par un grand dadais au sourire flapi qui balance son optimisme décontracté à toutes les sauces, alourdi d’une majorité de ministres en dessous du niveau de la mer dont la force de travail se limite au massage d’un index ankylosé par la rafale de tweets ineptes et sans intérêt, le cabinet n’a plus que les impôts sur les os et se biodégrade doucettement aux premiers rayons de soleil du printemps naissant.

En fait, fallait pas se fatiguer dès le départ : la classe politique locale est incompatible avec les réformes, quelles qu’elles soient. L’État téléphoniste, électricien, marchand d’eau et distributeur de tabac, les ministères transformés en bureaux de placement, la truellée d’instituteurs ignares à l’Éducation nationale, l’Administration publique gangrenée par des fonctionnaires planqués avec des salaires de misère poussant à la corruption… Bref, le nirvana pour les vieux canassons de la République ! Le tout dans des horaires de club Pierre & Vacances, avec pas même 20 heures de turbin par semaine, pour un pays endetté jusqu’au trognon.

Paris I, II et III, conférence de Rome, puis Paris à nouveau, enfin pince-fesse encore à Bruxelles pour remettre sur pattes cet État fainéant. Depuis le temps qu’on nous organise des agapes internationales, si tout le pognon promis avait été balancé d’un avion, il aurait eu plus de chance d’atteindre les Libanais.

Lesquels s’apprêtent à savourer le nouveau plan pour l’électricité. Un papyrus accouché par césarienne avec force cymbales et trompettes, et dont les maîtres d’œuvre sont plus pressés de gonfler les factures que de réactiver la production. On voit ça d’ici : quelques minutes supplémentaires de courant par jour, et bingo ! 300 % d’augmentation à cracher au bassinet. Faut bien que le Trésor public se refasse une santé !

Et voilà ! Ne reste plus qu’à admirer la carcasse constitutionnelle formée par Orangina 1er, le Futuroscope et Istiz Nabeuh : le premier promet des miracles, le deuxième n’est pas en situation d’en faire ; quant au troisième, sa carrière politique interminable en est déjà un…

gabynasr@lorientlejour.com


Cet angélisme niais de certains Libanais qui croient encore que ce gouvernement de peu va bientôt engager des réformes ! Piloté par un grand dadais au sourire flapi qui balance son optimisme décontracté à toutes les sauces, alourdi d’une majorité de ministres en dessous du niveau de la mer dont la force de travail se limite au massage d’un index ankylosé par la rafale de tweets...

commentaires (7)

La critique est aisée , mais l'art est difficile ... En plus , où trouver des hommes d'État chez nous ? Ils ne pullulent pas !

Chucri Abboud

16 h 16, le 12 avril 2019

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • La critique est aisée , mais l'art est difficile ... En plus , où trouver des hommes d'État chez nous ? Ils ne pullulent pas !

    Chucri Abboud

    16 h 16, le 12 avril 2019

  • Il n’y a pas photo ! Malgré les situations économique, politique et sociale catastrophiques et les avertissements qui deviennent de plus en plus pressants de la communauté internationale, agir de la sorte relève de l’abrutissement total et du suicide ....ce qu’ils savent faire c’est un geste unique : tendre la main ... Quand on fera danser les demeurés, le gouvernement ne sera pas à l’orchestre. Ça c’est sûr !

    L’azuréen

    14 h 57, le 12 avril 2019

  • Que vous soyez au dessus ou au dessous du niveau de la Mer Morte... Que vous soyez des barbichus, des chauves avec ou sans mèche, des dedans ou des dehors, il vous suffit de dire : Je lis tous les vendredis le billet de Gaby Nasr pour qu'on vous réponde : Voilà un brave !

    Honneur et Patrie

    11 h 49, le 12 avril 2019

  • Gaby au gouvernail du gouvernement, il en parle tellement bien que c'est sûr il a les solutions en main .

    FRIK-A-FRAK

    10 h 41, le 12 avril 2019

  • BIEN DIT ! MAIS NOS ABRUTIS CORROMPUS, IGNORANTS, INCOMPETENTS ET M,ENFOUTISTES ONT L,OREILLE SOURDE ET LA DIGNITE ANKYLOSÉE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 16, le 12 avril 2019

  • "Le bonheur n'est plus un rêve" Tino Rossi 1935. Le retour de l'enfant prodigue. Alléluia.

    Honneur et Patrie

    07 h 41, le 12 avril 2019

  • Merci Gaby pour dire si bien ce qui nous ronge les entrailles! Mais qui entend????

    Wlek Sanferlou

    03 h 44, le 12 avril 2019