X

Culture

Karen Chekerdjian s’empare de la Quarantaine

L’artiste de la semaine

Dans son nouvel espace mi-showroom, mi-atelier, la designer déploie vingt ans de créations qui ont balisé la voie aux jeunes pousses du design local, tout en ne cessant de tomber les frontières entre beau et brut, dans une quête de sens et de pérennité.

10/04/2019
Aujourd’hui, à regarder la scène du design libanais, fleurissant de jeunes pousses comme de figures majeures aux racines bien ancrées – précisément en cette semaine du Salone del Mobile où un grand nombre de Libanais exposent leurs créations à Milan –, on se demanderait presque comment, et surtout grâce à qui, nous en sommes arrivés là. Parmi les jardiniers obstinés de ce qui fut un terrain vague halluciné, miné de plaies mal cicatrisées au lendemain de la guerre civile, on ne peut s’empêcher de songer à Karen Chekerdjian, l’une des premières, si ce n’est la première, à avoir balisé la voie du design libanais à une époque où, se souvient-elle, « personne ne comprenait vraiment ce que je faisais. Certains pensaient même que je créais des machines. C’était très difficile de fonctionner à cause de l’industrie qui n’existait pas et du manque de ressources pour la production. Mais je n’ai jamais lâché ». Et la voilà, deux décennies plus tard, dans son nouvel espace qu’elle vient d’inaugurer dans le secteur de la Quarantaine, toujours bouillonnante de projets, continuant à labourer un sillon pas vraiment tracé d’avance.

Le virage

S’il fallait dénicher, dans son histoire personnelle, le sésame qui l’a menée inconsciemment vers le métier de designer – domaine où elle s’est réalisée et imposée comme l’une des figures de proue locales et régionales –, ce serait sans doute ce cadeau offert par Raymonde Abou, la directrice du Collège Louise Wegmann, où elle a fait ses classes : « Mme Abou avait l’habitude d’offrir, à chacun des bacheliers, un livre dédicacé. Bien que je ne rêvais que de cinéma à cette époque, c’est drôle, mais elle m’avait offert un livre sur le design que je viens de retrouver. »

Bien qu’elle ait toujours cultivé une fascination pour les « meubles forts, notamment un fauteuil Elda du designer Joe Colombo acquis par mon père », Chekerdjian avait trop de cinéma dans sa tête, de personnages à imaginer, de scénarios à fantasmer pour s’envisager dans un autre bain que celui du film et de la publicité. Si, bac en poche, elle se dirige d’abord vers l’ESRA (École supérieure de réalisation audiovisuelle) à Paris pour un diplôme en réalisation puis cofonde l’agence Mind the Gap à Beyrouth, la publicitaire de profession voit son destin opérer un virage lorsqu’elle décide d’accompagner une copine qui devait rejoindre la Domus Academy de Milan. « Cette visite impromptue a provoqué un choc en moi, comme si tout s’éclairait en cet instant. J’avais compris que c’était ce que je voulais faire, confie-t-elle avec une gourmandise qui semble aujourd’hui, plus que jamais, inassouvie. Je voulais tout apprendre, je me sentais presque affamée, alors je n’avais pas installé de téléviseur et je dévorais un livre par semaine. » L’étudiante reconvertie éclot dans les sous-bois d’un mentor d’exception, l’architecte italien Massimo Morozzi, grâce auquel non seulement elle verra sa première création, un porte-manteau baptisé Mobil, éditée par Edra, mais qui l’aiguillonnera surtout grâce à ses conseils éclairants. Elle raconte : « Un jour, il m’avait dit, comme ça, de but en blanc : “Karen, tu n’es pas un outil. Tu dois démarrer ta propre entreprise, développer tes propres créations. Exister de par toi-même”. »

Une chronologie de vingt ans

Chose dite, chose faite. Refusant de se plier au déterminisme de la guerre et de ses séquelles, Karen Chekerdjian rentre à Beyrouth en 2000, cette ville qui, estime-t-elle, « s’est révélée être le miroir de mes œuvres, quelque part entre poésie et brutalité ». Cette ville qu’elle aime et qui le lui rend bien, alors qu’elle apprivoise son nouvel espace dans le secteur de la Quarantaine, mi-showroom et mi-atelier, entourée de vingt ans de créations, « conçues coûte que coûte à partir du Liban » et qui se déploient telle l’ultime rétrospective d’une œuvre qui n’a cessé de tomber les frontières entre pur et brut. Tout de noir vêtue, derrière ses sempiternelles lunettes d’aviatrice qui ne cessent de darder l’avenir de son regard bleu acier, la designer fait donc parcourir la chronologie qui est la sienne en se régalant : « Ce qui me fait le plus plaisir, c’est quand on a du mal à mettre une date sur mes objets. » De sa lampe Hiroshima, aux allures de champignon futuriste, qui a déjà 15 ans d’âge, à ses Totems en marbre entrés au Musée des arts décoratifs, en passant par sa table Icar en forme d’avion en papier, sa série Transform partie du Beirut Art Center en 2014 vers (entre autres) Art Basel ou Design Miami, ou sa série d’objets en cuivre pour lesquels elle s’associe les services d’artisans du Liban-Nord, Chekerdjian précise que chacune de ces pièces « est venue sans plans, chaque fois définie par où elles devaient se trouver, que ce soit mon showroom du port ouvert en 2009, un musée qui requérait que j’explose mes dimensions, ou, aujourd’hui, mon nouvel espace où tout se réunit et prend forme ». Dans son nouveau QG d’où démarreront ses projets d’architecture d’intérieur et où se déroule la bobine d’une œuvre aussi protéiforme que reconnaissable parmi mille, la créatrice insiste sur l’idée que « sur la durée, le challenge pour moi, par-delà l’esthétique, c’est de garder une trace et créer du sens ».

Pari gagné...

18 mai 1970

Naissance à Beyrouth.

1996

Rencontre avec la Domus

Academy, un pur hasard qui lui fait changer de carrière en un instant.

1998

Rencontre avec Massimo

Morozzi du studio Archizoom, qui lui permet d’avoir sa pièce

« Mobil » éditée chez Edra.

2000

Retour à Beyrouth, un grand tournant.

2009

Création de sa marque éponyme.

2014

L’exposition Trans-Form au Beirut Art Center qui voyage ensuite à Art Basel, Design Miami et l’Institut du monde arabe

de Paris.

2019

Inauguration du nouvel espace dans le quartier de la Quarantaine, un changement de cap.




Dans la même rubrique

Georgia Makhlouf : Beyrouth, Haïti et mon grand-père

Roberto Kobrosli, Dr. Strangelove à Beyrouth

Zeina Abirached, une touche hors champ




http://galeriecherifftabet.com/fr/alterner-home/


À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

MIRAPRA

Je suis touchée par le trajectoire qu'elle a vécu car moi aussi, une ancienne du Collège, je rêvais de devenir designer à une époque où cela n'existait pas à l'Alba et je suis partie ailleurs et ma vie m'a fait traverser de nombreux pays.
Bravo Karen de tenir bon ... j'espère vous rencontrer un jour et vous dire la chance qu'a votre génération. Il est nettement plus facile à présent de fonctionner comme artiste et créatrice dans un monde plus ouvert aux femmes même au Liban.

MAKE LEBANON GREAT AGAIN



OBVIOUSLY YOU WERE NOT IN LEBANON AT THE START OF THE 1975 WAR THAT I DONT ACCEPT TO CALL IT A CIVIL WAR BUT A PALESTINIENNE INVASION OF LEBANON WITH AT CERTAIN TIMES HELP FROM VARIOUS LEBANESE FRACTIONS.
YOU WOULD HAVE LIVED THE TERRIBLE EVENTS OF THE QUARANTINA ( AS WE ALL CALLED IT )
IT IS SO GOOD TO SEE YOU TODAY INVOLVED IN MAKING THIS AEREA LIVE AGAIN

BRAVO

Zahar Nicolas

Nous (mon frère et moi) skiions avec elle (nous avons le même âge elle et moi:49 ans dans une paire de mois), et son frère, l'aîné, le plus guerrier et nationaliste d'entre nous tous (les Libanais du de cet École de frères de #Florimont à Genève. Nous étions internes, et étions nombreux et solidaires.
Et les filles chez les sœurs.
Je me souviens d'une jeune ado extrêmement ravissante, charmante et brillante

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les messages internes de Nasrallah et leurs différentes interprétations

Pause verte de Suzanne BAAKLINI

Déchets : de l’urgence de sortir de l’improvisation et d’instaurer un vrai débat

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants