X

À La Une

Washington accuse de "terrorisme" les Gardiens de la Révolution, Téhéran riposte

Etats-Unis

Netanyahu remercie son "cher ami" Donald Trump d'"avoir répondu positivement" à sa "demande".

OLJ/AFP
08/04/2019

Les Etats-Unis ont placé lundi les Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique du régime iranien, sur leur liste noire des "organisations terroristes étrangères", un geste "sans précédent" pour accroître leur campagne de pression qui n'a pas réussi pour l'instant à faire fléchir Téhéran.

L'Iran a immédiatement riposté contre cette décision jugée "illégale et insensée", en affirmant considérer désormais "le régime des Etats-Unis comme un + Etat parrain du terrorisme+" et les forces américaines au Moyen-Orient comme des "groupes terroristes".

C'est "la première fois" qu'une organisation "faisant partie d'un gouvernement étranger" est ainsi visée par Washington, a déclaré Donald Trump dans un communiqué au sujet de cette décision qui sera effective le 15 avril.

L'Iran figure déjà depuis 1984 sur la liste américaine très restreinte des "Etats soutenant le terrorisme", avec la Corée du Nord, le Soudan et la Syrie. L'idée de mettre plus clairement à l'index les "pasdaran", armée spéciale créée en 1979 dans le but de protéger la Révolution islamique iranienne des menaces étrangères et intérieures, planait depuis l'arrivée du milliardaire républicain à la Maison Blanche.

Selon le président des Etats-Unis, il s'agit de reconnaître "que les Gardiens participent activement au terrorisme, qu'ils financent et promeuvent".

La force Qods est également placée sur la liste noire américaine des "organisations terroristes". Cette unité d'élite des "Gardiens" est leur branche extérieure qui soutient les forces alliées de l'Iran au Moyen-Orient, comme les troupes du président syrien Bachar el-Assad, le Hezbollah au Liban, ou encore les autorités irakiennes dans la lutte antijihadistes. Son chef, Kassem Souleimani, est régulièrement dépeint par l'administration américaine comme l'un des principaux responsables de la "déstabilisation" de la région qu'elle reproche à l'Iran.

Depuis deux ans, Donald Trump a fait du régime de Téhéran son ennemi numéro un. Première conséquence spectaculaire de ce changement de cap, il a retiré en mai 2018 les Etats-Unis de l'accord international de 2015 censé empêcher l'Iran de se doter de la bombe atomique, signé sous son prédécesseur démocrate Barack Obama mais jugé trop laxiste par l'homme d'affaires républicain.

Dans la foulée, Washington a rétabli toutes les sanctions levées en échange de l'engagement nucléaire iranien, et a promis une "pression maximale" avec des mesures punitives "les plus fortes de l'histoire".


Netanyahu remercie Trump

Tout en assurant que l'objectif n'était pas un changement de régime mais "un changement de comportement de la part du régime iranien", le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo avait alors énoncé une liste de 12 conditions draconiennes pour relâcher la pression et conclure un "accord global" avec Téhéran.

Mais pour l'instant, même si les sanctions économiques nuisent à l'économie iranienne, les deux pays ennemis campent sur leurs positions. Les Etats-Unis tentent de forger une "coalition" anti-iranienne, mais avec des résultats mitigés, les Européens étant toujours furieux du retrait américain de l'accord nucléaire.

Seuls certains pays arabes du Golfe, comme l'Arabie saoudite, et Israël sont totalement derrière la démarche américaine. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, à la veille d'élections législatives délicates, a remercié lundi son "cher ami" Donald Trump d'"avoir répondu positivement" à sa "demande".

Face à cette impasse, l'administration américaine espère que la mise à l'index des "pasdaran" augmente "significativement l'échelle et la portée" de leur "pression maximale contre le régime iranien".

"Si vous faites affaire avec les Gardiens de la Révolution, vous financez le terrorisme", a prévenu le président des Etats-Unis.

Mike Pompeo a ainsi appelé toutes les "entreprises et banques à travers le monde" à couper tout lien financier avec l'armée idéologique. Ses conseillers ont expliqué vouloir rendre "radioactifs" les Gardiens de la Révolution, qualifiés de "mafia" adepte du "racket" et qui contrôle au moins "la moitié de l'économie iranienne". Concrètement, tout soutien matériel à cette unité gouvernementale iranienne sera considéré comme un crime fédéral.

Pour Mark Dubowitz, du cercle de réflexion Foundation for Defense of Democracies qui porte une ligne dure contre l'Iran, "le gouvernement américain peut désormais vraiment mettre toute sa puissance économique, judiciaire et politique à contribution pour punir" l'Iran.

Mais d'autres, comme l'ex-diplomate Richard Nephew, estiment que cette mesure est avant tout symbolique, étant données les nombreuses sanctions déjà en vigueur. "Les risques sont élevés que cela ne fasse que contribuer à une situation vraiment dangereuse, surtout pour nos militaires dans la région", a-t-il prévenu.

Le Pentagone a reconnu avoir pris "des mesures de précaution pour garantir la sécurité" des forces américaines dans le monde.


Pour mémoire
Les ultraconservateurs iraniens « au service » de Trump contre les Européens

Iran-Occident : comment mettre fin à 40 ans d’hostilité ?

Commerce, Iran, Syrie, énergie : l'UE et les Etats-Unis étalent leurs divisions

Washington presse les Européens de rompre avec l'Iran



À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES ETATS UNIS PEUVENT IMPOSER DES SANCTIONS COMMERCIALES, ECONOMIQUE ET SURTOUT FINANCIERES AUX PASDARAN,. QUELLES SANCTIONS L,IRAN PEUT-IL IMPOSER AUX ETATS UNIS ? DE LA BLAGUE D,EN PARLER !

HABIBI FRANCAIS

Je suis etonne que les USA n ait pas pris cette decision bien avant.

Chady

L’Iran attend simplement que le mandat de trumpette s’écoule pour savoir s’il faut véritablement changer de stratégie ou simplement laisser passer la tempête.
Dans le cas de l’option numéro 1, aux américains et à leurs chers amis, je dis une chose, un animal blessé en vaut 2.

BOSS QUI BOSSE

Et l'armée américaine sur la LISTE DES ORGANISATIONS TERRORISTES DES GARDIENS DE LA REVOLUTION IRANIENNE.

BOSS QUI BOSSE

Bravo les gardiens de la révolution iranienne pour avoir déclaré les soldats américains comme armée de terroristes soutenant les terroristes wahabites et leur boss israélien.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C,EST UN PEU ALLER TRES FORT ET TRES LOIN !

BOSS QUI BOSSE

C'est la preuve que les américains qui ont l'armée la plus terroriste du monde qui soutient les armées les plus criminelles du monde au moyen-Orient , bensaoudie et israel, n'ont pas réussi à corrompre les vaillants gardiens de la révolution.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Tractations gouvernementales : retour à la case départ

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants