X

À La Une

Netanyahu affirme vouloir annexer les colonies de Cisjordanie

Proche-Orient

"J'appliquerai la souveraineté (israélienne) sans faire de distinction entre les (plus grands) blocs de colonies et les colonies isolées", déclare le Premier ministre israélien.

OLJ/AFP
07/04/2019

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a indiqué vouloir annexer les colonies israéliennes de Cisjordanie, une prise de position jugée "irresponsable" par son principal rival Benny Gantz, à deux jours d'élections législatives qui pourraient s'avérer serrées.

M. Netanyahu a déclaré samedi soir vouloir annexer des colonies israéliennes en Cisjordanie occupée en cas de réélection. "J'appliquerai la souveraineté (israélienne) sans faire de distinction entre les (plus grands) blocs de colonies et les colonies isolées", a-t-il affirmé sur la chaîne de télévision israélienne 12.

Interrogé sur sa propre position dans le cadre d'une interview au site d'information Ynet, Benny Gantz, le meneur de la coalition centriste "Bleu-Blanc", s'est demandé pourquoi M. Netanyahu n'était pas passé à l'acte "pendant les 13 années durant lesquelles il était au pouvoir", si telle était son intention.

"Je pense que s'exprimer sur un choix stratégique et historique dans le cadre d'une campagne électorale (...) est irresponsable", a-t-il ajouté, avant de se dire pour sa part opposé à toute décision "unilatérale". "Nous ferons tout notre possible pour parvenir à un accord de paix régional et global tout en restant fidèles à nos principes", a expliqué l'ancien chef d'état-major. Ces principes sont, selon lui : la souveraineté israélienne sur la vallée du Jourdain, dont une partie se trouve en Cisjordanie occupée, ainsi que sur les blocs d'implantations en Cisjordanie et l'ensemble de Jérusalem. Par le passé, M.Gantz s'est en revanche dit favorable à l'évacuation de certaines colonies.

Commentant la déclaration du Premier ministre israélien, un haut dirigeant de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), Saëb Erakat, a estimé qu'elle n'était pas "surprenante". "Israël va continuer à violer cyniquement la loi internationale aussi longtemps que la communauté internationale laissera l'Etat hébreu passer outre ses obligations en toute impunité, particulièrement avec le soutien de l'administration (américaine de Donald) Trump", a-t-il écrit sur Twitter.

Les colonies installées sur les territoires palestiniens occupés par Israël depuis 1967 sont illégales au regard du droit international et une grande partie de la communauté internationale voit en elles un obstacle majeur à la paix. Leur annexion par Israël pourrait sonner le glas de la solution dite à deux Etats, c'est-à-dire la création d'un Etat palestinien qui coexisterait avec Israël.

La Turquie a vigoureusement dénoncé les déclarations de M. Netanyahu. "La Cisjordanie est un territoire palestinien occupé par Israël en violation du droit international", et ces propos qui "visent à glaner quelques voix (...) n'y changeront rien", a dit le chef de la diplomatie turque, Mevlüt Cavusoglu, sur Twitter.



(Lire aussi : Benjamin Netanyahu, candidat sans limites)


Appel du pied
A trois jours des législatives, les propos du Premier ministre israélien semblent être un appel du pied aux électeurs de droite qui ne croient pas en la faisabilité de cette solution.

M. Netanyahu avait affirmé vendredi avoir dit à Donald Trump qu'Israël refuserait, dans le cadre d'un futur plan de paix, d'évacuer "ne serait-ce qu'une personne" des colonies en Cisjordanie. Il a cependant dit douter que cela serait préconisé par le plan américain, qui doit être proposé dans la foulée des législatives. "Et si (le plan propose le retrait des colonies), alors Israël n'y souscrira pas", avait-il prévenu.

Plus de 400.000 Israéliens vivent dans des colonies en Cisjordanie occupée, tandis que 200.000 autres habitent à Jérusalem-Est, secteur palestinien de la ville sainte occupé et annexé par Israël.

Benjamin Netanyahu se targue régulièrement d'être proche du président Trump, tandis que le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a rompu ses relations avec Washington après la reconnaissance américaine fin 2017 de Jérusalem comme capitale d'Israël.

Les Palestiniens accusent l'administration Trump de parti pris, ce qui discrédite selon eux les Etats-Unis dans leur rôle historique de médiateur.

Les efforts pour une paix israélo-palestinienne sont à l'arrêt depuis l'échec de l'administration de Barack Obama en 2014.

Donald Trump s'est montré samedi prudent sur l'issue des législatives israéliennes, prévoyant un scrutin "serré".

"Au fait, qui va gagner la course? Je ne sais pas", a lancé M. Trump lors de la convention annuelle de la Republican Jewish Coalition à Las Vegas. "Je pense que ça va être serré", a-t-il ajouté. "Deux hommes bien, deux hommes bien", a-t-il poursuivi en référence à MM. Netanyahu et Gantz.

Mais il a rappelé qu'il était aux côtés du premier à la Maison Blanche le 25 mars "pour reconnaître la souveraineté d'Israël" sur la partie du Golan syrien occupée par l'Etat hébreu.

Cette reconnaissance a été perçue comme un coup de pouce supplémentaire de Donald Trump pour "Bibi" -le surnom de M. Netanyahu- dans la perspective des élections.

Les derniers sondages autorisés avant les législatives placent les listes de Benjamin Netanyahu et de Benny Gantz au coude à coude. Ils confèrent cependant l'avantage au Premier ministre sortant pour former le prochain gouvernement.



Lire aussi
« Nous, citoyens arabes israéliens, devons penser comme une minorité »

Oman appelle les pays arabes à apaiser les « craintes d’Israël »

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Honneur et Patrie

Je veux bien espérer que l'ancien quartier juif de Beyrouth appelé "Wadi Abou-Jmil" situé entre les trois rues, Mar-Elias, rue de France et rue Georges-Picot ne figure pas dans les prochaines conquêtes de Benjamin Natanyahu.
Je souligne à titre personnel que j'avais présenté le BEPC à l'école de l'Alliance israélite rue Georges-Picot en 1947.

BOSS QUI BOSSE

Je suis agréablement surpris de lire que on commence à réaliser que l'enfer est la seule place qui siérait à des dirigeants de pays "exemplaire".

Je dirai du progrès mais pourrait mieux faire.

Tina Chamoun

Qui oserait l'empêcher? Mais au nord d'Israël vers la frontière c'est une autre paire de manches, qui s'y frotte y perd son froc héhé. Shalom!

BOSS QUI BOSSE

Et pourquoi pas si les golfettes le laissent faire .

Que pourraient elles faire d'autres puisque elle même ne tiennent que parce que nathanyamachintuc le veut .

Heureusement on a pas les mêmes fréquentations que ces pauvres palestiniens .

HIJAZI ABDULRAHIM

Envoyez svp une copie de cette déclaration au ministre des affaires étrangères du sultanat d’Oman ,monsieur Alaoui, qui veut tranquilliser Israël qui a peur des arabes dit il....expliquer lui les objectifs du Sionisme....a lui et a tous ceux qui veulent pactiser avec cet état qui veut étendre ses frontières entre l’Euphrate et le nil.....’ mais il n’y a de sourd que celui qui ne veut entendre......... nous l’ecrivons Pour l’Histoire.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE REVE SIONISTE DU GRAND ISRAEL AUX DEPENDS DES PAYS VOISINS PAR LES USURPATEURS DE TERRES... FACILITE PAR LES CONFLITS INTESTINS DES PAYS DE LA REGION ET DE L,INCOMPETENCE DES CHEFS ARABES ET DE LEUR LIGUE DE DEUX PIASTRES !

Irene Said

Que les deux finissent et brûlent en enfer...l'un américain, l'autre israélien !
Irène Saïd


BOSS QUI BOSSE

Pauvres palestiniens abandonnés de tous mais encore plus par leurs frères sunnites du golfe persique.

Grâce à Dieu on a pas eu les mêmes fréquentations au Liban sinon les usurpateurs auraient annexé le sud Liban.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le CPL songe sérieusement à rester en dehors du prochain gouvernement

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

Les changeurs, nouveaux rois des dollars

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants