X

Santé

L’IRM ne présente pas de risques pour les personnes tatouées

Imagerie

Une étude a été effectuée sur 330 volontaires portant des tatouages, sur une durée de six ans. La majorité des participants n’ont rien ressenti.

OLJ
23/02/2019

Une personne tatouée peut passer une IRM sans courir de risques majeurs. C’est ce qui ressort d’une recherche européenne publiée sous forme d’une lettre dans le magazine scientifique The New England Journal of Medicine.

Ce travail a été effectué alors que des effets indésirables ont été ressentis par un grand nombre de personnes tatouées à la suite d’une IRM. Les patients se plaignaient surtout d’une sensation de tiraillement ressentie sur la partie tatouée de la peau. Cela est probablement dû aux pigments contenus dans l’encre de tatouage. Ceux-ci sont magnétiques et peuvent avoir une interaction avec les champs magnétiques de l’IRM. Les tatouages peuvent aussi absorber l’énergie, ce qui pourrait augmenter le risque de brûlures. Cette étude est donc d’autant plus importante qu’il n’existe pas de travaux qui montrent si l’IRM est sûre chez les personnes portant des tatouages.

Pour leur étude, les chercheurs du Max Planck Institute for Human Cognitive and Brain Sciences en Allemagne et de la University College London (UCL), en Grande-Bretagne, ont examiné, entre 2011 et 2017, quelque 330 volontaires du Centre de neuro-imagerie de la UCL. Les caractéristiques des tatouages, notamment leur nombre, leur couleur et leur dimension ont été prises en compte, ainsi que l’âge et le sexe des participants.

Ceux-ci étaient âgés entre 18 et 66 ans. Ils devaient avoir au moins un tatouage dont la longueur ne devait pas dépasser les 20 cm. Les tatouages ne devaient pas couvrir plus de 5 % du corps. Les volontaires ne devaient pas avoir non plus de tatouages sur la tête, le cou ou les parties génitales. Au total, 585 sessions d’IRM ont été effectuées et 932 tatouages ont été testés. Ils étaient de couleur noire en majorité. La majorité des volontaires n’ont ressenti aucun effet secondaire, selon les chercheurs, qui ont rapporté un seul cas où des effets secondaires ont été ressentis. Il s’agissait d’une sensation de picotements sur la peau avec le début de l’IRM. Un autre volontaire, qui avait plusieurs tatouages, a rapporté une sensation de chaleur autour d’un tatouage qu’il avait sur le poignet. Dans les deux cas, les effets indésirables ont disparu de manière spontanée dans les vingt-quatre heures qui ont suivi l’imagerie, sans aucune intervention médicale.

Les chercheurs ont conclu que « si un individu portant des tatouages passe une IRM dans les mêmes conditions que celles fixées dans le cadre de cette étude, le risque qu’il ait des effets secondaires est très minime ».

Source : The New England

Journal of Medecine

À la une

Retour à la page "Santé"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

L’ennemi n° 1 (des Libanais)

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants