X

Économie

CEDRE : réunion des principaux bailleurs de fonds au Grand Sérail

Infrastructures
OLJ
19/02/2019

Les représentants des fonds et institutions financières arabes et internationaux, soit les principaux bailleurs de fonds pour la conférence de Paris (CEDRE, tenue le 6 avril dernier), se sont réunis hier au Grand Sérail avec le Premier ministre Saad Hariri, son conseiller Nadim al-Mounla, le ministre des Finances Ali Hassan Khalil et le président du Conseil pour le développement et la reconstruction Nabil Jisr. L’objectif de cette réunion était de « discuter des projets prioritaires inclus dans le programme d’investissement en infrastructures (Capital Investment Plan, CIP) » présenté par le Liban à la CEDRE, mais aussi « l’occasion pour ces institutions de reconfirmer leurs engagements financiers formulés lors de la conférence », a indiqué le directeur régional de la Banque mondiale, Saroj Kumar Jha, à l’issue de la réunion.

Plusieurs bailleurs de fonds se sont engagés en avril à octroyer plus de 11 milliards de dollars de prêts et de dons pour financer de grands projets d’infrastructure, à condition que le pays mette en place une série de réformes structurelles et sectorielles. « Si nous y ajoutons la contribution du secteur privé, ces fonds surpasseront les besoins des première et deuxième phases du CIP, qui sont de 17 milliards de dollars », a déclaré de son côté Nadim al-Mounla. De plus, « les bailleurs de fonds se sont également déclarés prêts à fournir une aide supplémentaire si le Liban procédait aux réformes mentionnées dans la déclaration ministérielle », a-t-il poursuivi.

« Au cours de cette réunion, l’idée était d’harmoniser les projets et les financements, afin de s’assurer que certains secteurs ne reçoivent pas un financement substantiel tandis que d’autres restent sans financement », a souligné Nadim al-Mounla. Il a également été question des modalités d’accélération du processus d’approbation et de mise en œuvre des projets : « Nous nous sommes mis d’accord sur plusieurs mesures afin d’accélérer le délai entre l’identification d’un projet et le début des dépenses, de sorte qu’il soit de 12 à 15 mois », a-t-il ajouté.

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Budget : le face-à-face Gebran Bassil-Ali Hassan Khalil

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants