Conflit

Ankara dit pouvoir créer seul une "zone de sécurité" en Syrie

Bachar el-Assad "ne peut pas unifier la Syrie" ou continuer à diriger le pays "comme si de rien n'était", affirme le chef de la diplomatie turque.

Des combattants rebelles syriens, soutenus par la Turquie, le 29 décembre 2018 à Manbij.

La Turquie est en mesure d'établir seule une "zone de sécurité" dans le nord de la Syrie dont elle prône la création et qui a été remise à l'ordre du jour par Washington, a affirmé jeudi le ministre turc des Affaires étrangères. "Nous pouvons créer cette zone seuls et prendre les mesures nécessaires", a déclaré Mevlüt Cavusoglu lors d'une interview à la chaîne A-Haber.

Le président américain Donald Trump a proposé mi-janvier la création d'une "zone de sécurité" de 30 km en Syrie, une idée soutenue par la Turquie qui se dit prêt à mettre un tel projet en œuvre. Ankara justifie la création de cette "zone de sécurité" par le besoin d'éloigner de sa frontière les milices kurdes YPG, qu'elle considère comme "terroristes", et le groupe Etat islamique (EI). Mais les YPG, qui contrôlent une grande partie des territoires du nord de la Syrie, et qui sont alliées aux Américains, sont hostiles à la proposition. Moscou, l'un des principaux acteurs dans le conflit syrien qui dure depuis 2011, a pour sa part appelé à un retour du régime syrien dans le nord de la Syrie après le retrait des forces américaines prévu de cette zone sur les ordres de M. Trump.

Mais M. Cavusoglu a insisté jeudi que Bachar el-Assad "ne peut pas unifier la Syrie" ou continuer à diriger le pays "comme si de rien n'était".

Le chef de la diplomatie turque a par ailleurs annoncé que l'envoyé spécial pour la coalition internationale antijihadiste, James Jeffrey, était attendu à Ankara jeudi pour des entretiens avec des responsables turcs.
Lors d'un entretien téléphonique dimanche, M. Trump et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan se sont mis d'accord pour accélérer les discussions en cours entre les généraux des deux pays concernant ce projet de "zone de sécurité".


Lire aussi

Erdogan et Poutine négocient les contours d’une Syrie sans Américains

Conflit syrien : Erdogan pour une "zone de sécurité" sous contrôle turc

Trump offre à Erdogan un cadeau empoisonné

Comment Ankara a perdu Idleb

Les régions kurdes en Syrie : vers un possible morcellement?


La Turquie est en mesure d'établir seule une "zone de sécurité" dans le nord de la Syrie dont elle prône la création et qui a été remise à l'ordre du jour par Washington, a affirmé jeudi le ministre turc des Affaires étrangères. "Nous pouvons créer cette zone seuls et prendre les mesures nécessaires", a déclaré Mevlüt Cavusoglu lors d'une interview à la chaîne A-Haber....

commentaires (2)

LES TRAPEZISTES RISQUENT DE TOMBER ET DE SE CASSER LA TETE...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

11 h 27, le 25 janvier 2019

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • LES TRAPEZISTES RISQUENT DE TOMBER ET DE SE CASSER LA TETE...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    11 h 27, le 25 janvier 2019

  • Ca dépasse l'entendement ce qui dit cet ottoman ! Comment un intrus pourvoyeur de bactéries wahabites en complicité avec l'occident à qui il fait payer cher ses services, peut parler de la capacité de quelqu'un chez lui, en décidant pour lui de ce qu'il peut faire ou ne pas faire . Et après , on va s'insurger sur les cas où la force est utilisée et se plaindre , parce que cette force ne nous convient pas . C'est comme si au Liban une force quelconque pouvait dire , vous n'êtes pas cap de diriger , alors moi je le fais à la place de tous . Serions nous d'accord ?

    FRIK-A-FRAK

    16 h 59, le 24 janvier 2019