X

Économie

Beyrouth, 2e ville arabe la plus chère, selon Numbeo

Classement
OLJ
17/01/2019

Beyrouth a été classée deuxième ville arabe la plus chère, derrière Abou Dhabi, selon l’étude menée par Numbeo, la plus grande base de données au monde sur les villes et les pays du monde, alimentée par les utilisateurs. Ce classement compare les prix des biens de consommation et des services entre l’année 2018 et janvier 2019 dans 433 villes à travers le monde, dont 22 de la zone MENA. Beyrouth devance ainsi al-Aïn (Émirats arabes unis) et Doha (Qatar), tandis qu’Alexandrie (Égypte) et Tunis (Tunisie) sont les deux villes arabes les moins chères.

Au niveau mondial, Beyrouth est arrivée à la 196e place, contre 299e au classement de l’année dernière qui comprenait 540 villes (contre 433 villes actuellement). Cependant, si l’on compare le classement de 2018 et celui de 2019, en se basant sur le même nombre de villes, Beyrouth serait classée 194e en 2018 et 190e en 2019, reflétant une « hausse relative » de la cherté de vie, selon le Lebanon this Week.


(Pour mémoire : Beyrouth, 3e ville arabe la plus chère, selon Numbeo)


Pour établir son classement, Numbeo compare notamment les coûts des transports, du logement ou de la restauration, les salaires ainsi que les services, avec New York comme ville de référence. Avec un score de 60,41 points, Beyrouth est ainsi 39,6 % moins chère que New York. Comme l’année dernière, cet écart de prix avec la mégapole reste toutefois bien plus élevé en ce qui concerne les loyers (-70,4 %), les prix des biens de consommation (-54,7 %) et les services de restauration (-41,8 %).

La ville la plus chère du monde est Bâle (Suisse), tandis que Rawalpindi (Pakistan) arrive à la dernière place du classement.


Pour mémoire

Beyrouth, une ville peu agréable à vivre, selon Mercer

Beyrouth toujours très chère pour les expatriés, selon Mercer

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ACQUIS À QUI

Un seul mot : le résilience .

Ne vous y fiez pas , l'argent circule au Liban , comme s'irrigue le sang, par des artères secondaires quand les principales sont bouchées .

15 ans de guerre civile , 20 ans d'occupation barbare , qui y pense aujourd'hui ?

Eddy

Elle dépasse de beaucoup l'angoisse métaphysique, l'inquiétude du commerçant qui durant ses insomnies se demande s'il pourra revendre, et de préférence beaucoup plus cher, ce qu'il a acheté. (Philippe Bouvard)

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SI LA SITUATION POLITIQUE ET LES BLOCAGES DE CERTAINS ... POUR LE COMPTE DE LEURS SEIDES ETRANGERS... NE S,ARRETENT PAS LE PEUPLE HELAS VIVRA DES JOURS PLUS DURS ENCORE.

Tina Chamoun

On ne vit pas , on survit, tant bien que mal..

Eleni Caridopoulou

Et comment fait le peuple libanais pour vivre?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué