tensions

Ankara et Washington évoquent la création d'une "zone de sécurité" en Syrie

Donald Trump a menacé de "dévaster la Turquie économiquement si elle attaque les Kurdes". Ankara a assuré ne pas être "intimidé" par de telles menaces et assuré qu'il continuerait de combattre les YPG.

Donald Trump lors d'une réunion en Nouvelle-Orléans en Louisiane le 14 janvier 2019. / AFP / MANDEL NGAN

Ankara et Washington ont discuté lundi de la création d'une "zone de sécurité" dans le nord de la Syrie, après un nouvel épisode de tensions à propos du sort des milices kurdes YPG.


Le président américain Donald Trump a menacé dimanche de "dévaster la Turquie économiquement si elle attaque les Kurdes", alors qu'Ankara menace depuis plusieurs semaines de déclencher une nouvelle offensive contre les Unités de protection du peuple (YPG), un groupe armé kurde considéré comme "terroriste" par Ankara mais appuyé par Washington dans la lutte contre l'organisation Etat islamique (EI). Ankara a assuré lundi ne pas être "intimidé" par de telles menaces et assuré qu'il continuerait de combattre les YPG.

Donald Trump et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan se sont ensuite entretenus au téléphone lundi soir et ont alors "abordé l'idée de la création d'une zone de sécurité nettoyée du terrorisme dans le nord du pays", selon un communiqué de la présidence turque.

Si le texte ne donne pas davantage de détails sur le sujet, M. Trump avait déjà évoqué dans un tweet dimanche la création en Syrie d'une "zone de sécurité" de 30 kilomètres.

Son secrétaire d'Etat Mike Pompeo a précisé lundi, à l'issue d'une visite en Arabie saoudite, qu'il s'agirait d'une zone située le long de la frontière turque, afin de protéger à la fois les milices kurdes et la Turquie. "Nous voulons une frontière sûre" et "sans violences" pour "toutes les parties", a-t-il dit.

Le chef de la diplomatie turque, Mevlüt Cavusoglu, a assuré que la Turquie n'est "pas contre" un tel projet et rappelé qu'Ankara a plusieurs fois réclamé ces dernières années la création d'une zone d'une trentaine de kilomètres de largeur pour protéger sa frontière avec la Syrie des positions tenues par les YPG. Une proposition jusque-là restée lettre morte.

Les YPG sont l'un des principaux sujets de discorde entre la Ankara et Washington, deux alliés au sein de l'OTAN dont les relations se sont sensiblement dégradées depuis 2016.

Selon le compte-rendu de la Maison Blanche, M. Trump a ainsi souligné lors de l'entretien téléphonique "l'importance pour les Etats-Unis que la Turquie ne maltraite pas les Kurdes".



(Lire aussi : Les Américains commencent à retirer du matériel de Syrie)



"Problèmes mineurs"
L'annonce en décembre du retrait militaire américain de Syrie avait été saluée par la Turquie qui ne cache pas son intention d'"éliminer" les YPG pour empêcher la création à ses portes d'un embryon d'Etat kurde susceptible de raviver les velléités séparatistes kurdes en Turquie. Mais Ankara avait par la suite vivement réagi à des déclarations de responsables américains selon lesquels les Etats-Unis envisageaient de lier le retrait des soldats américains à la sécurité des combattants kurdes.

Une visite la semaine dernière dans la capitale turque du conseiller américain à la sécurité nationale, John Bolton, n'a pas permis de surmonter les désaccords, donnant lieu au contraire à une nouvelle passe d'armes entre les deux pays.

La perspective de nouvelles sanctions économiques contre la Turquie a fait chuter la livre turque, lui faisant perdre jusqu'à 1,5% de sa valeur face au dollar par rapport à vendredi soir, avant de se rétablir en fin de journée.

De telles sanctions imposées par les Etats-Unis à Ankara l'été dernier en raison de la détention d'un pasteur américain avaient provoqué l'effondrement de la monnaie turque. La libération du religieux en octobre avait ensuite permis à la livre de se redresser. Mais, selon le communiqué de la présidence turque, MM. Erdogan et Trump se sont accordés lundi à renforcer les relations économiques entre leurs deux pays.

Si la Turquie, l'un des principaux acteurs en Syrie, semble actuellement concentrer ses efforts sur une éventuelle offensive contre les forces kurdes, elle est aussi impliquée à Idleb, l'ultime bastion des insurgés du nord-ouest de ce pays, où elle a parrainé avec Moscou en septembre un accord de cessez-le-feu qui a permis d'éviter que le régime de Damas ne lance une attaque.

En dépit de cet accord, les jihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (HTS) ont étendu leur contrôle sur l'ensemble de la province à la suite d'un assaut contre des factions rebelles soutenues par Ankara. "Si Idleb est un nid de terroristes, les responsables, ce ne sont pas les Syriens qui vivent dans la région ou la Turquie, mais ce sont le régime et les pays qui le soutiennent", a affirmé M. Cavusoglu.

L'accord sur Idleb "a été appliqué avec succès. Nos équipes travaillent ensemble à résoudre les problèmes mineurs", a-t-il ajouté.

Le chef des HTS, Abou Mohamad al-Joulani, a par ailleurs déclaré lundi appuyer l'idée d'une offensive militaire turque contre les YPG, selon un entretien publié lundi par le média "Amjad", affilié à HTS.



Lire aussi

La coalition dirigée par Washington annonce le début de son retrait de Syrie

Comment Ankara a perdu Idleb

Les régions kurdes en Syrie : vers un possible morcellement?

#Retro2018 : Au Moyen-Orient, le tableau commence à devenir plus clair



Ankara et Washington ont discuté lundi de la création d'une "zone de sécurité" dans le nord de la Syrie, après un nouvel épisode de tensions à propos du sort des milices kurdes YPG.


Le président américain Donald Trump a menacé dimanche de "dévaster la Turquie économiquement si elle attaque les Kurdes", alors qu'Ankara menace depuis plusieurs semaines de déclencher une...

commentaires (5)

Les turcs menacent la Grece ils veulent les îles grecques qu'elles sont en face de la Turquie Et autres choses aussi

Eleni Caridopoulou

18 h 45, le 14 janvier 2019

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Les turcs menacent la Grece ils veulent les îles grecques qu'elles sont en face de la Turquie Et autres choses aussi

    Eleni Caridopoulou

    18 h 45, le 14 janvier 2019

  • 3eme commentaire depuis la publication de l'article ce matin. Merci de le publier... ------------------------------------------ Serait-il la fin d'un siècle d'impunité pour ce pays où l'Amérique fermait systématiquement les yeux devant les massacres des peuples autochtones par les turcs ? Espérons-le !

    Sarkis Serge Tateossian

    15 h 04, le 14 janvier 2019

  • ATTENDEZ VOIR CE QUE L,APPRENTI MINI SULTAN VA RECOLTER DANS LA REGION ET OU IL S,EMBOURBE...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    13 h 44, le 14 janvier 2019

  • Chacun voit midi à sa porte en matière de terrorisme. Mais attendons nous a une autre baisse de la monnaie turque !

    L’azuréen

    13 h 19, le 14 janvier 2019

  • Vous voyez bien que l'allié otanique de l'occident moralisateur ne fait pas lui non plus de différence entre terroriste et terroriste. Lol. Comment cet occident qui se prend les pieds dans le tapis moyen oriental peut il encore nous prendre pour des idiots ?

    FRIK-A-FRAK

    12 h 24, le 14 janvier 2019