X

Moyen Orient et Monde

La Macédoine officiellement rebaptisée « République de Macédoine du Nord »

Politique

En échange de cette décision historique, la Grèce s’engage à lever son veto à l’adhésion du pays à l’OTAN ainsi qu’aux négociations d’adhésion à l’Union européenne.

OLJ
12/01/2019

Les députés macédoniens ont accepté hier de rebaptiser leur pays « République de Macédoine du Nord », vote historique qui ouvre la voie à une résolution du litige avec la Grèce.

La balle est désormais à Athènes puisque le changement de nom n’entrera en vigueur qu’une fois que les députés grecs auront à leur tour ratifié l’accord conclu l’été dernier par les Premiers ministres Zoran Zaev et Alexis Tsipras.

La Grèce s’était en échange engagée à lever son veto à l’adhésion de la Macédoine à l’OTAN ainsi qu’aux négociations d’adhésion à l’Union européenne du petit pays balkanique de 2,1 millions d’habitants.

« D’ici à dix jours, (...) dès que les résultats (...) seront notifiés et si nous constatons que tout est en ordre, nous voterons » pour approuver l’accord, a réagi Alexis Tsipras. « Sans accord avec la Grèce, il n’y a pas d’OTAN ni d’UE », avait dit avant le vote le social-démocrate Zoran Zaev qui doit s’exprimer aujourd’hui.

À une voix près

À une voix près (81 sur les 80 nécessaires), les députés macédoniens l’ont suivi en adoptant les quatre amendements constitutionnels nécessaires pour entériner le changement de nom de leur pays, qui avait fait sécession de la Yougoslavie en 1991. La chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini et le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg ont adressé leurs félicitations à Zoran Zaev.

Les États-Unis et l’Allemagne sont allés plus loin. L’ambassadeur américain à Skopje Jess Bailey a dit la hâte de son pays « à accueillir la République de Macédoine du Nord comme 30e membre de l’OTAN ». Optimiste sur une ratification grecque, le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas, a prédit que « la République de Macédoine du Nord pourra bientôt entrer dans l’OTAN et entamer des discussions pour une entrée dans l’Union européenne ».

Les Grecs estiment que le nom de « Macédoine » ne peut qu’être exclusivement celui de leur province septentrionale. Ils accusaient leurs voisins d’usurper leur héritage historique, notamment celui du roi antique Alexandre le Grand, et les soupçonnaient d’ambitions irrédentistes. Ce vote positif semble devoir mettre un terme à des mois d’un combat politique féroce en Macédoine, avec un référendum consultatif controversé le 30 septembre et une longue bataille parlementaire.

Les responsables de l’opposition de droite (VMRO-DPMNE), qui n’ont pas pris part au débat au Parlement entamé mercredi, crient à la trahison. Mais ils ont subi la défection de plusieurs députés qui ont voté avec les élus sociaux-démocrates et leurs alliés des partis de la minorité albanaise (20 à 25 % de la population). Ces votes ont permis d’atteindre la majorité des deux tiers dont ne disposait a priori pas la coalition.

Se sont notamment ralliés quatre députés de droite qui ont bénéficié d’une amnistie pour leur participation supposée aux graves violences commises par des militants nationalistes au Parlement en avril 2017. Cela avait conduit les responsables du VMRO-DPMNE à dénoncer « le chantage et les menaces » qu’aurait utilisés Zoran Zaev pour l’emporter.

Le triomphe de Zaev

Ce vote est toutefois un triomphe politique pour le social-démocrate, qui était donné affaibli par ses adversaires après le référendum consultatif qu’il avait organisé le 30 septembre. La validité de la victoire du « oui » (plus de 90 %) avait été contestée par l’opposition en raison d’une abstention massive : plus des deux tiers des électeurs.

La bataille n’est toutefois pas terminée mais ne dépend plus de lui. S’il n’a besoin que d’une majorité simple, Alexis Tsipras dispose d’une faible marge de manœuvre (153 députés sur 300). Son allié, Panos Kammenos, ministre de la Défense et chef d’un petit parti souverainiste, a menacé de démissionner.

Le président de droite de la Macédoine, Gjorge Ivanov, dont le rôle est honorifique, est un opposant résolu du changement de nom. Par le passé, il a refusé de signer des promulgations, mais la Constitution macédonienne prévoit qu’il est « obligé » de le faire si « la loi est adoptée par une majorité des deux tiers ».

Source : AFP

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Liban invité à Astana : une reconnaissance de la priorité du dossier des réfugiés syriens

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants