L'impression de Fifi ABOU DIB

Casta Diva

IMPRESSION
10/01/2019

Il y a donc des poètes chez les météorologues. Norma, un nom de code attribué au hasard des classifications, 14e d’un alphabet de tempêtes de même poids comme les boxeurs, ou de même extraction comme les chiens ou chevaux de pedigree. Comment ne pas penser à l’opéra de Bellini ? Norma, grand-prêtresse gauloise cueillant le gui sacré et célébrant la nouvelle lune, un peu comme nous venions de le faire pour la nouvelle année. Norma priant, bouleversante, l’astre vierge : « Casta Diva »... Norma pècheresse, Norma jalouse, Norma terrible, écartelée, prête à tuer ses propres enfants, Norma guerrière et puis Norma maudite, livrée au bûcher avec son amant. Ainsi furent ces derniers jours de neige, avec des orages en contre-ut et des rafales qui vibraient en colorature à travers les interstices des fenêtres.

Comme de tradition au Liban, toute intempérie confrontée à l’impéritie se transforme en cataclysme. Mais après tout, ce n’est que l’hiver, et l’événement est trop rare, en ces temps déboussolés, pour qu’on le boude. Il fait partie de notre identité même, de notre singularité de pays arabe qui ne fait rien comme tout le monde et auquel la neige apporte un petit air d’Europe. Luxe ultime, notre géographie nous offre le choix du climat et les villages de montagne se déversent dans les bourgades plus basses aux premiers frimas.La guerre nous avait jetés là, chante Barbara. Pour nous, « là » était le dernier lieu inaccessible à la démence et aux obus. On s’y serrait les uns contre les autres, on y inventait des jeux et de longs récits pour tromper l’obscurité. Nous faisions surgir à la lueur des bougies des merveilles auxquelles nous finissions par croire. L’air confiné sentait le pétrole, le chocolat et les châtaignes grillées. Le matin, les vêtements, mis à sécher sur le fil, étaient gelés dans des postures spectrales. Nos souvenirs de cette époque incertaine ont la légèreté des flocons qui les ont enchantés et la sacralité de la neige qui absorbait tous les bruits. Trop jeunes pour nous en rendre compte, nous n’imaginions pas l’épreuve que représentait l’approvisionnement nécessaire au maintien de cette féerie. Comme dans le conte, il suffisait de gratter des allumettes… Mais nous étions chez nous dans cette maison de l’été qui prenait ses vacances d’hiver. Tout avait un goût béni d’aventure et de récréation prolongée, même la petite école de la place qui rythmait nos jours et où apprendre, sans subir la pression des notes et des sanctions, était un simple plaisir.

Norma donc. Vierge impure, neige perverse déversée sur des populations qui n’en pouvaient déjà mais. Le blanc manteau, jeté de tout son poids de froidure sur les campements précaires des réfugiés, n’est qu’épouvante. Le Haut-Commissariat de l’ONU distribue ce qu’il peut, reloge où il peut, tout s’inonde. Resteront de terribles images. Un enfant mort, gelé. Un homme exténué, endormi sur une chaise en plastique noyée dans une eau boueuse, les pieds nus contre une chaufferette qui brûle doucement mais ne chauffe rien. Cet hiver est décidément immérité.

À la une

Retour à la page "Impression"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ACQUIS À QUI

Je le savais que les talents de Fifi pouvaient aussi s'exprimer, en dehors de nous faire subir les lancinants pleurs pessimistes , sur un passé du Liban révolu .

Norma est une réalité nouvelle tirée d'une situation écologique bien actuel .

Tel est le Liban nouveau , libre et qui se doit de rester FORT .

LIBAN D'ABORD

Norma n'a fait que devoile une fois de plus qu'au Liban il y a de vrai employes examplaires Libanais qui ont tout fait pour reparer ce qui peut l'etre avec les moyens de bord qu'ils avaient et il faut les remercier ici pour cela

Mais elle a aussi montre a quel point nos elites politiques ne font rien pour prevoir a ce que ces faits ne se reproduisent pas a chaque fois , eux qui sont au pouvoir et encaisse leur salaire pour ne rien faire sauf se remplir les poches a chaque occasion et qui ne sont pas d'accord depuis 7 mois comment partager le gateau puisque les 6 veulent aussi gouter au meme gateau comme du temps de la mainmise Syrienne sur le Liban

Le point

En Europe ils donnent un nom féminin aux tempêtes des années paires et masculins pour les années impaires. C'était sur proposition d'une étudiante allemande en 1954 et c'est toujours en vigueur.

Pour le Liban je ne sais pas qui attribue les noms. Je me demande si le nom exact n'était pas Norman puisque 2019 est une année impaire.

Georges MELKI

Depuis qu'on a commencé à singer les Amerloques en donnant des noms de femmes à des dépressions atmosphériques qu'on baptise "tempêtes", les gens semblent avoir oublié ce qu'étaient les hivers d'antan! Dans les années cinquante et soixante, il neigeait à 800 mètres d'altitude plusieurs fois par an, les routes restaient bloquées pendant plusieurs jours, et on ne parlaitt ni de Norma ni d'Alexa...Alors qu'aujourd'hui, il n'y a pas un centimètre de neige près de notre maison à Baabdath!

Tina Chamoun

Sous les doux prénoms de Dame Nature en furie, une force terrible typiquement féminine. Glaciale et glaçante. "Savez-vous que je peux sourire, et tuer en même temps?"...

TROLL & PSEUDONYMES

Norma, une boxeuse qui cogne. Toutes ces tempêtes qui portent un prénom féminin ! Pourquoi ? Le Liban est déclaré zone de catastrophe naturelle comme la guerre, les intempéries, la sécheresse, depuis le temps où l’on ne parle pas encore de réchauffement climatique. Le départ est la seule issue de secours, sans trop penser à une hypothétique indemnisation des sinistres. Wesh ? Nous sommes inondés par des flots d’eaux, de réfugiés…. J’ai bien médité ce matin la déclaration du président, d’une étonnante franchise : « Le Liban est un pays d’émigration et non de naturalisation ou de marché de travail ouvert ». La faute à qui ? A Dame Nature. C.F.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué