Baabda

Corruption : Aoun appelle les forces de sécurité à collaborer avec la justice

Le chef de l’État s’exprimant hier à Baabda devant les délégations de l’armée et des différents services de sécurité. Photo Dalati et Nohra

Le président de la République Michel Aoun, qui a reçu hier les délégations de plusieurs forces de sécurité du pays (commandement de l’armée, Forces de sécurité intérieure, Sûreté générale, Sécurité de l’État et douanes) au palais de Baabda, venues le féliciter à l’occasion des fêtes, a appelé hier ces dernières à « déployer des efforts supplémentaires afin de parvenir aux plus hauts niveaux de professionnalisme en dépit des difficultés ».

« L’armée libanaise demeure l’espoir fondamental au sein des complications et des crises actuelles afin de préserver l’unité du pays. Elle constitue le rempart principal des autres forces de sécurité dans le maintien de l’ordre au plan intérieur », a poursuivi le chef de l’État.

« Ce qui a été réalisé au niveau de la lutte contre la criminalité, la drogue, la corruption et le trafic n’est pas peu, mais reste insuffisant », a-t-il ajouté, avant de souligner « l’importance de ce que fait la Sûreté générale en matière d’organisation de la présence des étrangers au Liban, notamment en ce qui concerne le contrôle de leur séjour et de leurs déplacements ».

Le chef de l’État a également insisté sur la nécessité de lutter contre le « fléau » de la drogue en lançant une politique « volontariste basée sur la répression et la prévention », et l’importance du rôle des familles dans la prise de conscience des dangers liés aux infractions au code de la route.

Évoquant le problème relatif à la consommation et à la vente de stupéfiants, le président Aoun a estimé qu’il nécessite selon lui « un système de lutte préventive mené par le biais de la fermeté et de l’éducation qui commence dans la famille, les écoles et les universités, jusqu’à la traque des usines de fabrication du Captagon et autres ». « Le nombre de victimes de la drogue au Liban dépasse celui des martyrs de la guerre de juillet 2006 », a-t-il indiqué.

Concernant les accidents de la route, Michel Aoun a estimé qu’il fallait également lutter contre ce fléau par le biais de l’éducation dès le cercle familial pour éveiller les consciences au respect du code de la route, et de la fermeté dans les contraventions, jusqu’au retrait du permis, sans oublier la généralisation des radars sur l’ensemble du territoire libanais.

Mais le chef de l’État a surtout appelé les différents services de sécurité à collaborer avec la justice dans le cadre de la lutte contre la corruption.

Saluant le rôle de l’armée et des forces de sécurité dans le maintien de l’ordre et de la stabilité, le président Aoun a aussi appelé ces dernières à « encourager les citoyens à déposer des plaintes » dans ce cadre.


Le président de la République Michel Aoun, qui a reçu hier les délégations de plusieurs forces de sécurité du pays (commandement de l’armée, Forces de sécurité intérieure, Sûreté générale, Sécurité de l’État et douanes) au palais de Baabda, venues le féliciter à l’occasion des fêtes, a appelé hier ces dernières à « déployer des efforts supplémentaires...

commentaires (2)

PAS NECESSAIRE LA COLLABORATION. VOUS LES CONNAISSEZ. ILS COMMENCENT DE PRES DE CHEZ VOUS ET ARRIVENT PARTOUT. ENVOYEZ-LES A LA JUSTICE !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

14 h 14, le 30 décembre 2018

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • PAS NECESSAIRE LA COLLABORATION. VOUS LES CONNAISSEZ. ILS COMMENCENT DE PRES DE CHEZ VOUS ET ARRIVENT PARTOUT. ENVOYEZ-LES A LA JUSTICE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    14 h 14, le 30 décembre 2018

  • est ce pour mieux affirmer ses dires que le palais de baabda n'est pas intervenu avec juste qqs mots d'encouragement aux FSI, apres l'horrible scenario de wiaam wahhab/jahilya ???

    gaby sioufi

    12 h 51, le 29 décembre 2018