X

À La Une

Le festin kaléidoscopique de l’Orchestre philharmonique du Liban

Concert
14/12/2018

L’Orchestre philharmonique du Liban, sous la houlette du premier violon Michel Khairallah, déploiera ce soir à 20h30 en l’église Saint-Joseph toutes ses forces instrumentales pour une plongée dans divers univers musicaux. Au menu, un festin kaléidoscopique de morceaux éclectiques, au cours duquel se succéderont des mélodies, des musiques symphoniques, folkloriques ou encore de films…

Le concert commencera par la symphonie n° 2 de Honegger. Une pièce dramatique par laquelle le compositeur suisse témoigne de l'inhumanité de l’idéologie nazie meurtrière de la Seconde Guerre mondiale. L'atmosphère sombre atteint son apogée dans la mélodie élégiaque de la finale, interprétée par les premiers violons accompagnés d’un solo de trompette, mettant ainsi fin à la symphonie sur une note plus optimiste que prévu.

Ensuite, les archets s’ébattront sur le thème principal d’une suite orchestrale, probablement la plus connue de l’histoire de la musique de film : celle de Star Wars de John Williams. Brahms sera également au rendez-vous pour mettre du baume au cœur avec une sélection de ses danses hongroises les plus appréciées, inspirées d'airs populaires tziganes, initialement écrites pour piano : la première (orchestrée par le compositeur lui-même en 1885), la cinquième et la sixième (orchestrées par Martin Schmeling). Quatrième surprise de la soirée : la danse bacchanale de Saint-Saëns (Troisième acte de Samson et Dalila) qui engage les sens dans un festin sonore et sensuel. C’est grâce à l’assistance de Liszt, ardent défenseur de la musique du compositeur français, que cette histoire biblique de l’héroïne hébraïque et de son amant a bénéficié d’une réception enthousiaste dans les opéras du monde entier. Et enfin, l’orchestre allumera le feu avec le Danzon n° 2 de Marquez, une pièce orchestrale qui s’efforce de recréer, par ses mélodies nostalgiques, ses rythmes sauvages et son langage harmonique folklorique, les célèbres pas de la danse mexicaine « danzón ». Un rendez-vous musical à ne pas rater !


Lire aussi

Au Conservatoire national, des envolées et des couacs...

« L’État libanais a oublié tout ce que j’ai fait pour ce pays parce que je suis un étranger »

« Votre fils sera un compositeur comme il n’en existe pas cinq au Liban »

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le compromis présidentiel et les dommages collatéraux

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants