L'impression de Fifi ABOU DIB

Pour que les écrits restent

IMPRESSION
06/12/2018

L’ambassadeur du Qatar était en grande tenue traditionnelle, d’une élégance à la hauteur de l’événement dont il mesurait pleinement l’importance. Car le petit émirat gazier fait partie de ces généreux parrains qui ont rendu possible l’inauguration tant attendue de la Bibliothèque nationale libanaise. Autour de lui, des visages au mieux perplexes, au pire indifférents. Voilà longtemps que la culture est la dernière des priorités pour les gouvernements du pays du Cèdre, malgré une succession de ministres pleins de bonne volonté dont l’ambition n’a jamais eu d’égale que la béance de leur budget. Il n’y a qu’à voir la vétusté des locaux mêmes du ministère de la Culture pour comprendre l’ampleur du mépris dont il souffre. Pour beaucoup, la livraison de cette Bibliothèque nationale, dont le chantier a été mené au ralenti et sans cesse interrompu faute de fonds depuis l’an 2000, est une imposture. La coquille est là, certes, et le bâtiment patrimonial hérité de l’ancienne faculté de droit de l’Université libanaise est bien joli. Mais il y a fort à parier qu’à l’instar de Beit Beyrouth, l’iconique immeuble scarifié supposé recueillir la mémoire de la guerre, la coquille restera quasi vide tant est molle, en haut lieu, la volonté d’animer de telles institutions.

Chats échaudés, nous anticipons une déception à la hauteur de notre enthousiasme et mettons d’ores et déjà au défi les futurs cabinets de doter cette Bibliothèque d’un budget de fonctionnement qui assure sa pérennité et lui permette de « servir et valoir ce que de droit ». Ce serait le moindre des égards envers toutes les personnes, bénévoles et spécialistes, qui, depuis des années, plongées dans ces fameuses caisses entreposées à même le sol d’un hangar, tentent de sauver des documents inestimables dont les pages sont collées, gondolées, moisies, parfois effacées par l’humidité ou dévorées par les anobiums, vrillettes et autres bibliophages. Ce serait aussi mettre à la disposition du public libanais les ultimes archives d’une histoire commune sans laquelle ce pays ne serait qu’un espace de passage et de saccage pour des tribus sans hier et sans lendemain.

« L’Égypte écrit, le Liban imprime, l’Irak lit », disait l’adage au temps pas si lointain où le monde arabe vivait une renaissance que n’allait pas tarder à étouffer l’obscurantisme. Le Liban imprime depuis les balbutiements de l’imprimerie. Le Liban est le territoire source de l’alphabet, le code le plus ingénieux jamais conçu pour fixer la parole qui s’envole. En une époque où l’on brûle les bibliothèques, le Liban mérite une Bibliothèque nationale digne de ses valeurs et de sa culture.

À l’occasion de ce plaidoyer, je découvre sur le site en construction de la BNL un personnage-clé dont peu de Libanais ont entendu parler et qui, au regard de ses réalisations, aurait dû et devrait occuper une place privilégiée dans les livres scolaires et l’histoire du Liban. Il s’agit de Philippe de Tarrazi (1865-1956), écrivain, poète, chercheur, historien de la presse arabe et fondateur en 1922 de la première Bibliothèque nationale, dont le siège se trouvait au centre-ville de Beyrouth. Il voulait offrir à ses contemporains « un lieu de lecture et de recherche ». Aujourd’hui plus que jamais, un tel lieu protecteur de la mémoire écrite, fédérateur dans le silence de la réflexion et la quête de vérité, nous est simplement vital.

À la une

Retour à la page "Impression"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

CHARLES OBEGI

"petit émirat gazier" : MDR ...

Wlek Sanferlou

J'aimerais bien voir les règlements de cette institution... Ce qui est permis et ce qui ne l'est pas...des livres et documents ok et d'autre moins ok et bien sûr beaucoup pas du tout ok... Unité nationale exige...

lila

Impatiente de visiter ce lieu symbolique de la résistance culturelle. Est-il déjà ouvert au public ? A-t-on prévu quelques places de parking pour les visiteurs qui s'accrochent obstinément aux livres et à l'importance du lieu dans le paysage morose d'une ville qui perd son identité ? À tous les amoureux d'une Beyrouth sublimée incombe la responsabilité de faire vivre ce bâtiment et de donner vie à l'intérieur de cette jolie coquille qui n'en sera que plus belle, lorsqu'elle aura la vie en elle, lorsqu'elle donnera la vie.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

NOBLE INITIATIVE QUAND MEME. MAINTENANT AVEC LA CORRUPTION ET LE M,ENFOUTISME DE NOS ABRUTIS TOUT EST A ATTENDRE !

Corbani Akl Nada


Celles et ceux qui ont mis leur âme, leurs connaissances et leur expertise dans la résurrection de la Bibliothèque nationale, étaient absents hier de la cérémonie factice d’ouverture, qui n’est pas la première d’ailleurs.Elles et ils savent qu’aucune condition n’est remplie pour accueillir décemment chercheurs et lecteurs et leur offrir des instruments de recherche. D’ailleurs, dès le lendemain, elle était déjà fermée.
Nada C Akl

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Taëf et le nouveau rapport de forces...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué