X

À La Une

Motif officiel de l'arrestation, rumeurs... On fait le point sur l'affaire Carlos Ghosn

Repère

Dans cette affaire, il faut distinguer ce qui est officiel du reste.

OLJ/AFP
26/11/2018

De nombreuses informations sortent dans la presse japonaise sur les malversations dont se serait rendu coupable Carlos Ghosn, actuellement en détention au Japon, mais il faut distinguer ce qui est officiel et le reste. Voici le point sur la situation , alors que Carlos Ghosn a été déchu lundi de son titre de président du conseil d'administration de Mitsubishi Motors, quelques jours après sa révocation de Nissan pour des malversations financières présumées.


Est-il soupçonné de fraude fiscale ?

Non, il n'est pas soupçonné de fraude fiscale. Après de toutes premières informations confuses, a été clarifié le fait que les fausses déclarations dont est soupçonné M. Ghosn n'ont aucun rapport avec ses revenus déclarés au service japonais des impôts, mais concernent un rapport sur l'état de l'entreprise appelé "yukashoken hokokusho". Carlos Ghosn est soupçonné d'avoir certifié, en tant que PDG de Nissan, ces rapports financiers tout en sachant qu'ils comportaient des inexactitudes concernant ses propres revenus. Il les aurait minimisés d'un milliard de yens par an (7,7 millions d'euros) durant cinq années, selon le bureau du procureur qui n'a pas donné de plus amples informations. Si ces soupçons étaient avérés, M. Ghosn serait alors pénalement responsable.

"Les entreprises cotées sont tenues d'émettre chaque année ce document. Doivent y figurer toutes les informations financières sur le groupe ainsi que le montant des rétributions collectives des dirigeants et le détail individuel pour ceux qui perçoivent plus de 100 millions de yens (770.000 euros) par an. Il faut détailler les sommes perçues de la part de l'entreprise principale mais aussi de filiales", explique à l'AFP Jun Yokoyama, juriste financier de Daiwa Securities. "Ce document est destiné à dresser un état des lieux complet de la situation et des finances de l'entreprise à destination des marchés, des analystes et des investisseurs. Cela n'a rien à voir avec la déclaration de revenus fournie au service des impôts qui est un document individuel non publié", ajoute-t-il.

En cas de découverte de manquement à cette législation, la peine est en théorie sévère, mais cela dépend du type d'inexactitude commise, précise à l'AFP une source officielle du secteur financier. En théorie, "plus l'inexactitude est de nature à fausser le jugement des investisseurs, plus la sanction est élevée".

"Il n'y a pas de procédure de contrôle externe systématique des informations publiées car elles sont supposées être exactes puisque certifiées" par le patron. "En revanche, les autorités peuvent engager des procédures en cas de découverte de malversation", précise la même source.


(Lire aussi : Dans son pays d'origine, nombreux sont ceux à afficher leur soutien à Carlos Ghosn, le "phénix libanais")



Quid des soupçons d'abus de biens sociaux, détournement de fonds, faux emploi, etc.?

M. Ghosn n'a pas été arrêté pour des soupçons d'abus de biens sociaux: cela ne fait pas partie des motifs d'interpellation.

Seul jusqu'à présent le patron exécutif de Nissan, Hiroto Saikawa, a mentionné des faits d'abus de biens sociaux "très graves", s'ajoutant aux fausses déclarations. En revanche, il n'a donné aucun exemple concret. Tous les cas précis apparus ensuite découlent de la presse japonaise et la liste s'enrichit chaque jour. La source n'est jamais mentionnée mais il s'agit probablement de fuites émanant de l'enquête interne conduite par Nissan et transmise à la justice.

D'après ces informations, les revenus non déclarés de M. Ghosn proviennent d'une filiale basée aux Pays-Bas. Ces revenus seraient placés et il ne les auraient pas matériellement encaissés. Il aurait dû les toucher lors de son départ de l'entreprise. Il aurait néanmoins dû faire figurer chaque année dans les documents de Nissan la part correspondante.






M. Ghosn aurait par ailleurs eu l'usage exclusif de quatre résidences de luxe dans quatre pays, maisons payées par la même filiale créée en 2010 et dont le but initial était d'investir dans des start-up. Il aurait aussi offert un emploi fictif à sa sœur et payé avec des fonds de Nissan plusieurs voyages en famille.

Rien ne permet à l'heure actuelle de confirmer l'exactitude de ces informations qui, en outre, ne constituent pas le motif pour lequel Carlos Ghosn a été arrêté.


(Lire aussi : L’acquisition de la maison de Carlos Ghosn à Beyrouth en question)



Combien de temps peut-il rester en détention ?

M. Ghosn est actuellement en détention sous un régime qui correspond à peu près à la garde à vue française. Il ne s'agit pas de détention provisoire dans la mesure où il n'a pour le moment pas été inculpé. Pour le seul motif d'accusation pour lequel il a été arrêté (dissimulation de revenus), il peut rester en détention 22 jours.

Si les enquêteurs élargissaient l'enquête aux faits d'abus de biens sociaux dont l'accuse Nissan, M. Ghosn pourrait en théorie être de nouveau arrêté et le cycle se répéter plusieurs fois. Dans la pratique cependant, la garde à vue excède rarement trois arrestations, soit une soixantaine de jours.

S'il était mis en examen, il pourrait être incarcéré mais aussi libéré sous caution moyennant quelques restrictions de liberté.



Lire aussi

Le séquestré de Tokyo, l'éditorial d'Issa Goraieb

"Quand on a le profil de Ghosn, on a par définition beaucoup plus d'ennemis"

Carlos Ghosn et le Liban : une histoire de racines et d'affaires

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Saliba Nouhad

Mais il est clair que c’est un complot interne, orchestré par son bras droit, Hiroto Saikawa, qui, pour sûr, était au courant de ces petites irrégularités de Mr Ghosn de longue date, ce dernier pensant être à la limite de la légalité par ses avocats et comptables par un jeu subtil des lois nippones, fort probable!
Sauf que là, les Japonais réalisaient que cet « étranger », qu’ils considéraient comme un demi-dieu, devenait dangereux pour l’avenir de leur industrie automobile qu’il était en train de vendre à la France, dont il est citoyen: il fallait donc l'arrêter urgemment
Pensez-y, il n’est pas citoyen japonais, ni même titre honorifique et ne pourra jamais l’être, si vous n’êtes pas né de père et de mère japonais: peuple très spécial, assez raciste, merci, fier, aux mœurs et culture spéciales, et qui a toujours le complexe de l’Occidental depuis la fin de la guerre mondiale, et avec qui il se lie difficilement d’amitié....Carlos Ghosn était devenu trop puissant et dangereux à leurs yeux sans avoir de sang royal nippon!
Je parle en connaissance de cause, ayant ma fille et deux amis travaillant au Japon de longue date et en y ayant fait moi-même trois séjours récents...

Eleni Caridopoulou

C'est juste le proverbe qui dit méfie toi de tes amis

ACQUIS À QUI

De toute façon les japs peuvent dire ce qu'ils veulent, qui pourra les contester ?

C'est une mise à mort délibérée.

Qu'il sen sorte et le monde s'ouvrira à lui.

Sarkis Serge Tateossian

La partie visible ...

Hiroto Saikawa étant la clé de toutes ces misères. Un Hiroto Saikawa chargé de haine d'amertume et d'esprit de vengeance. Il réclame la place de son maître...

Et la partie invisible existe mais plus difficile à prouver...

À mon humble avis la position de numéro 1 mondial de Renault-Nissan ne plaisait pas aux américains... (Trump)

Guerre commerciale, guerre des taxes ...l'ambiance n'est pas à la confiance entre USA et le reste du monde.
First America va encore faire parler d'elle.

Quoi qu'il arrivé Carlos Ghosn paie le prix d'une machination.

Quel grand patron peut prétendre à 100 % d'être clean puisque leur comptabilité et déclarations sont complexes et peut être entachés par des irrégularités possibles soit par meconnaissance, soit par negligence, soit volontairement.

Georges MELKI

"Il les aurait minimisés d'un milliard de yens par an (7,7 millions d'euros) durant cinq années..." Ah! pauvre Carlos! Et il faisait comment pour survivre? LOL

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CA SENT LA VENGEANCE NIPPONE...

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué