X

À La Une

En Syrie, 47 combattants antijihadistes morts dans des attaques de l'EI

Conflit

Au moins neuf civils dont sept enfants tués samedi dans des tirs d'artillerie du régime sur la province d'Idleb.

OLJ/AFP
24/11/2018

Au moins 47 combattants d'une force kurdo-arabe soutenue par la coalition antijihadistes emmenée par Washington ont été tués vendredi et samedi dans des contre-attaques du groupe Etat islamique (EI) dans l'est de la Syrie, selon une ONG.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS) mènent depuis septembre une offensive contre un ultime réduit de l'EI dans l'est syrien, mais leur progression est ralentie par le mauvais temps, qui entrave aussi les raids aériens de la coalition internationale.

Les jihadistes offrent par ailleurs une résistance farouche dans cette poche située non loin de la frontière irakienne, et lancent régulièrement des contre-attaques meurtrières pour défendre leur petit territoire dans ce secteur de la province de Deir Ez-Zor.

Vendredi et samedi, ils ont visé plusieurs positions des FDS, tuant 47 combattants, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). "Samedi à l'aube, ils ont lancé trois assauts distincts", a précisé à l'AFP le directeur de l'Observatoire, Rami Abdel Rahmane. Les attaques ont visé selon lui les villages d'Al-Bahra et de Gharanij, mais aussi un secteur près du champs pétrolier d'Al-Tanak, en état d'activité mais aussi utilisé comme position militaire par les FDS. Rien que pour samedi, 29 combattants des FDS ont été tués, selon M. Abdel Rahmane. Il précise qu'en deux jours d'affrontements, 39 jihadistes ont péri.

Un porte-parole des FDS, Mustefa Bali, a confirmé sur son compte twitter "une série d'attaques" de l'EI mais assuré que les "terroristes" avaient essuyé des pertes humaines et battu en retraite. M. Bali indique que les combats, menés par les FDS "avec le soutien de l'aviation de la coalition internationale", ont duré toute la journée.

Sur ses chaînes Telegram habituelles, le groupe EI a publié un communiqué parlant des combats près des villages d'Al-Bahra et Gharanij.


(Lire aussi : Comment meurent les icônes de la révolution syrienne)


Raids "très limités"
Après une montée en puissance fulgurante en 2014 et la conquête de vastes territoires en Syrie et en Irak, l'EI a été laminé par plusieurs offensives lancées dans ces deux pays.

Les FDS avaient été contraints fin octobre de reculer et de céder toutes les positions conquises auparavant dans le secteur, les jihadistes ayant déjà lancé à l'époque des contre-attaques meurtrières. Peu après, ils avaient annoncé un arrêt temporaire de leur offensive, en raison de bombardements menés par leur grand ennemi la Turquie, contre des positions militaires kurdes dans le nord syrien. Dix jours plus tard toutefois, l'opération avait été relancée.

La coalition poursuit ses raids aériens contre la poche de l'EI, qui comprend notamment les localités de Hajine, Soussa et Al-Chaafa, sur la rive orientale du fleuve Euphrate. Depuis vendredi, au moins 17 civils ont péri, selon l'OSDH, dans des frappes de la coalition visant ce réduit. Contacté par l'AFP, le colonel Sean Ryan, porte-parole de la coalition, a assuré ne pas avoir reçu d'informations faisant état de victimes civiles. Il a fait état de raids de la coalition "très limités en raison du temps".

Déclenché en 2011 avec la répression de manifestations pacifiques par le régime de Bachar el-Assad, le conflit en Syrie s'est complexifié au fil des ans avec l'implication de pays étrangers et de groupes jihadistes. Il a fait plus de 360.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.

Dans le nord-ouest du pays, où se trouve l'ultime grand bastion rebelle et jihadiste, au moins neuf civils dont sept enfants ont été tués samedi dans des tirs d'artillerie du régime sur la province d'Idleb, selon un nouveau bilan de l'OSDH. Les tirs ont visé la localité de Jarjanaz, située dans la "zone démilitarisée", fruit d'un accord le 17 septembre entre la Russie, allié du régime, et la Turquie, parrain des rebelles, pour séparer les territoires insurgés d'Idleb des régions gouvernementales, dans le nord-ouest syrien. L'accord devait officiellement entrer en vigueur à la mi-octobre, mais sur le terrain certaines dispositions n'ont pas été respectées, et des escarmouches opposent régulièrement les forces de Bachar el-Assad aux rebelles et jihadistes. L'initiative russo-turque sur cette "zone démilitarisée" a permis d'éviter une offensive de grande ampleur du pouvoir d'Assad et de son allié russe contre Idleb.


Lire aussi

Combats inédits entre rebelles pro-Ankara à Afrine : 11 morts

L'EI perd sa dernière poche dans le Sud syrien, des dizaines de morts dans l'Est




À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUEL E.I. ? PARCEQUE IL Y A E.I. MOUMANA3ISTE ET E.I. COALITION... CHACUN AYANT SON MAITRE FINANCIER ET POURVOYEUR !

VIRAGE CONTRÔLÉ

Ce combat concerne en fait une affaire entre sous fifres des " coalisés" aux ordres du même boss.

L' ei est là création de cette coalition et les fds en sont une autre.

Sans parler de l'allié turque au sein de l'otan qui vient complexifier le problème entre EUX.

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

C’est tous les jours dimanche

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants