X

À La Une

Après le meurtre de Khashoggi, Washington appelle à la fin de la guerre au Yémen

Diplomatie

Washington réclame l'ouverture de négociations de paix d'ici 30 jours, mais estime que le premier pas doit être fait par les rebelles Houthis soutenus par l'Iran.

OLJ/AFP
31/10/2018

Les Etats-Unis ont appelé mardi à la fin de la guerre au Yémen, demandant notamment que cessent les frappes aériennes de la coalition menée par l'Arabie saoudite, un changement de ton après le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. Washington, qui réclame l'ouverture de négociations de paix d'ici 30 jours, estime toutefois toujours que le premier pas doit être fait par les rebelles Houthis soutenus par l'Iran chiite, bête noire commune des Américains et de leurs alliés sunnites saoudiens. Le message a été relayé par le ministre de la Défense Jim Mattis puis par le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo.

S'ils n'ont fait aucune référence directe à la mort du journaliste critique de Riyad, qui a terni l'image du royaume et fait naître de lourds soupçons sur le rôle du prince héritier Mohammed ben Salmane, cette nouvelle fermeté américaine intervient dans un contexte où l'administration de Donald Trump est sous pression du Congrès pour prendre ses distances avec l'Arabie saoudite.

"L'heure est maintenant à la fin des hostilités, ce qui inclut les tirs de missiles et de drones venant de zones contrôlées par les Houthis vers le royaume d'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis", a déclaré Mike Pompeo dans un communiqué. "Les frappes aériennes de la coalition doivent ensuite cesser dans toutes les zones peuplées du Yémen", a-t-il ajouté. Jim Mattis a plaidé pour le même enchaînement, appelant "tout le monde" à rejoindre la "table de négociations sur la base d'un cessez-le-feu" qui verrait d'abord un retrait des rebelles Houthis de la frontière avec l'Arabie saoudite, "puis un arrêt des bombardements" de la coalition arabe. L'arrêt des hostilités permettra à l'émissaire des Nations unies pour le Yémen, le Britannique Martin Griffiths, de "réunir" les différentes parties "en Suède", a poursuivi le chef du Pentagone.


(Lire aussi : Au Yémen en guerre, la famine frappe et tue des enfants)


Crise humanitaire

"Nous devons faire ça d'ici 30 jours (...) et je pense que l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis sont prêts", a-t-il ajouté au cours d'une conférence à Washington, après avoir rencontré plusieurs dirigeants arabes le week-end dernier en marge du Dialogue de Manama, une rencontre annuelle sur la sécurité à Bahrein. Mike Pompeo a aussi demandé de premières consultations sous l'égide de l'émissaire de l'ONU "en novembre dans un pays tiers" pour évoquer notamment "la démilitarisation des frontières et la concentration de toutes les armes lourdes sous le contrôle d'observateurs internationaux".

La dernière tentative de Martin Griffiths d'organiser des pourparlers de paix, en septembre à Genève, s'était soldée par un échec, en l'absence des Houthis.

La guerre, qui a fait quelque 10.000 morts et engendré la pire crise humanitaire actuelle dans le monde selon l'ONU, oppose des forces pro-gouvernementales aux rebelles soutenus par l'Iran, qui se sont emparés en 2014 et 2015 de vastes régions du Yémen dont Sanaa, la capitale. En mars 2015, la coalition sous commandement saoudien est intervenue en soutien des forces loyalistes. L'armée américaine fournit une aide logistique à l'Arabie saoudite et aux Emirats, et partage des renseignements avec ces alliés-clés.

Mais face aux accusations de frappes aveugles et de bavures de la part de Riyad, qui ont coûté la vie à des centaines de civiles, l'administration Trump était déjà sous pression du Congrès pour inciter les Saoudiens à rentrer dans le rang voire pour réduire leur soutien militaire.

Après le meurtre de Jamal Khashoggi, le 2 octobre dans le consulat saoudien à Istanbul, cette pression s'est accrue, d'autant que la crise frappant le royaume a des répercussions internationales.

Si les Etats-Unis, comme la France, excluent de cesser de vendre des armes à Riyad, l'Allemagne a, elle, choisi d'arrêter ses exportations d'armements. En revanche, le changement de ton de Washington sur la guerre au Yémen fait écho aux propos de la ministre française des Armées Florence Parly, qui a estimé mardi qu'il était "plus que temps" que ce conflit "cesse".


Lire aussi

Malgré l'affaire Khashoggi, Riyad garde les mains libres au Yémen

Au Yémen, un civil est tué toutes les trois heures, selon Oxfam



À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UNE SOLUTION POLITIQUE AU YEMEN EST TRES DIFFICILE. TROP D,ENJEUX SONT EN JEU !

Sarkis Serge Tateossian

Merci de lire : la méconnaissance de l'autre

Sarkis Serge Tateossian

Si seulement ces guerres meurtrières et inutiles pouvaient prendre fin.
Derrière ces boucheries il y a des innocents qui ne demandent qu'à vivre ... hommes, femmes et enfants.

Cessons d'imaginer toujours l'"autre" comme un ennemi.

Toutes les guerres sont le fruit de l'ignorance et ma méconnaissance de l'"autre"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les dessous de la parenthèse Mohammad Safadi

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

UKAid veut augmenter ses aides aux PME libanaises

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants