X

Liban

Première parade canine internationale à Beyrouth

PROTECTION DES ANIMAUX
15/10/2018

Le festival des meilleurs amis de l’homme s’est tenu ce week-end au stade sportif Camille Chamoun, à Beyrouth. Regroupant des participants et des visiteurs venus du monde entier, une atmosphère conviviale a accompagné ces deux journées de spectacle, dédiées à la protection des chiens dans un pays qui, souvent, fait montre d’une sinistre barbarie à l’encontre des animaux.

Cette première compétition internationale libanaise, fondée sur le respect de la beauté canine, est organisée par l’association The Kennel Club of Lebanon en partenariat avec la Fédération cynologique internationale. Fondée en 1974, l’association libanaise a pour but de promouvoir l’utilisation et l’élevage des chiens de pure race à travers la reconnaissance des pédigrees qui garantissent la généalogie de l’animal.

Le caractère international de l’événement s’est illustré à travers plusieurs éléments. Environ deux cents chiens venus du monde entier sont réunis et répartis en dix groupes, selon la race de l’animal : chien de compagnie, de chasse, lévrier ou berger. Les participants s’opposent en deux catégories : le Cacib (Certificate of Aptitude to the Championship International Beauty) évalue au niveau international la généalogie de l’animal, tandis que le CAC (Certificate of Aptitude to Championship) est un classement national.

Afin de délibérer sur les qualités des candidats et délivrer les diplômes, quatre juges venus de Finlande, de Malaisie, de Serbie et d’Irlande ont évalué les animaux lors de leurs parades.

Pour Martina, une passionnée de chiens venue au Liban avec son animal depuis la République tchèque, participer à ces compétitions est un hobby qu’elle entretient régulièrement à travers le monde. Pour Ziad, un Libanais venu de Tripoli, l’obtention du certificat permet de témoigner de la beauté de son animal.

À côté de l’aspect international, la promotion et le respect des chiens de pure race sont le fil rouge qui réunit les participants. Bassam a notamment déploré les effets néfastes des reproductions croisées pour la santé des animaux. Pour lui, la certification de la généalogie de l’animal permet de pallier certaines maladies héréditaires. Un événement tel que celui-ci permet également aux propriétaires d’apprendre davantage sur la santé de leurs compagnons et de partager des expériences entre passionnés.

Enfin, cet événement peut également être perçu comme facteur de tourisme. Les propriétaires du Mayflower (un hôtel qui accepte les animaux) indiquaient leur satisfaction à cet égard. Face à l’instabilité économique du pays, ce dog show est pour Carine « une ouverture aux autres, qui permet de montrer une nouvelle image du Liban et d›attirer davantage de touristes ».


Pour mémoire

Vaste concours pour chiens de race à l’hippodrome de Beyrouth


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

GARE AUX EXTERMINATEURS DES CHIENS...

Bustros Mitri

Pendant que l'on parade des chiens de races, d' autres, batards ceux-là. se font decimer en masse, au mort-aux-rats...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants