X

Liban

Vaste concours pour chiens de race à l’hippodrome de Beyrouth

Kennel Club

Le Kennel Club du Liban a organisé vendredi et samedi derniers un concours de beauté pour chiens. Des dizaines de chiens de diverses races étaient en compétition afin que les juges élisent les meilleurs d'entre eux.

19/09/2016

Rottweilers, dobermans ou encore bergers allemands, entre autres, étaient à l'honneur ce week-end à l'hippodrome de Beyrouth. Durant deux jours, ils ont défilé et sont montés médaillés sur le podium pour les plus beaux. Les meilleurs mâles et femelles de chaque race ont été désignés. Vendredi, ce sont les chiens sans pedigree qui ont défilé puis les chiens déjà dotés d'un pedigree, samedi. « Le concours vise particulièrement les chiens qui n'ont pas encore de pedigree, explique Tarek Bou Chebel, secrétaire général du Kennel Club du Liban. Ainsi, les juges peuvent certifier les chiens de race pure et leur permettre d'obtenir le pedigree. »
L'un des objectifs majeurs du Kennel Club, indique sa présidente Hélène Malek, est d'inscrire un maximum de chiens au livre des origines, qui répertorie les chiens de race. « Nous voulons montrer au monde que nous avons de beaux chiens », souligne-t-elle. Les chiens qui ont déjà leur pedigree peuvent obtenir des certificats d'aptitude aux concours de beauté, qui peuvent leur permettre de devenir des champions nationaux ou internationaux.

Une ambiance familiale
Le concours a drainé des amateurs de chiens venus des quatre coins du Liban et de tous les âges. Beaucoup sont venus en famille et ont profité des manakich et jus pour se rassasier et se rafraîchir sous le soleil brûlant. Même le mohafez de Beyrouth, Ziad Chebib, s'est joint aux visiteurs samedi vers midi. Charbel Kachkouch est venu pour la première fois à un concours avec son doberman Bullet, primé vendredi. « Je suis venu car j'ai entendu parler du livre des origines, précise-t-il. C'est très important de s'intéresser à la race des chiens, sinon ça va devenir un vrai fattouche », relève-t-il sur le ton de la plaisanterie, avant d'ajouter: « Les gens s'intéressent de plus en plus aux chiens depuis plusieurs années. Il y a une tradition de chiens forts ici, il y avait beaucoup de combats de chiens. Hélène Malek a toujours lutté contre cela, et aujourd'hui les juges éliminent systématiquement les chiens agressifs. »
Fondé en 1974 par sa présidente actuelle Hélène Malek, le Kennel Club était alors affilié à la Fédération cynologique internationale (FCI), grâce à des concours organisés par le passé. Ses activités ont dû cesser du fait de la guerre, et les concours n'ont pu reprendre qu'en 2001. Sa présidente évoque l'ancien Kennel Club avec nostalgie : « C'était mieux avant, tous mes copains avaient des chiens, même les ambassadeurs de France et de Grande-Bretagne venaient. Aujourd'hui, nous n'avons pas assez de races pour réintégrer pleinement la FCI. Il faut que les gens viennent pour inscrire leur chien au livre des origines, car nous voulons retrouver une stature internationale. »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Échec au roi...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué