Assemblée générale de l’ONU

Macron : Si quelqu’un essaie toujours d’aider le Liban, c’est moi

Pour Emmanuel Macron, « il est impossible d’avoir un retour durable des populations qui avaient été poussées à l’exode s’il n’y a pas, au préalable, une solution politique à la crise syrienne ». Stephanie Keith/Getty Images/AFP

Lors d’une conférence de presse tenue hier au Palais de Verre, juste après son intervention à la tribune de l’Assemblée générale de l’ONU, le président français, Emmanuel Macron, s’est opposé à un retour « forcé » des réfugiés syriens chez eux, s’alignant ainsi sur la position de Filippo Grandi, haut-commissaire des Nations unies pour les réfugiés.

Selon lui, « il est impossible d’avoir un retour durable des populations qui avaient été poussées à l’exode s’il n’y a pas, au préalable, une solution politique à la crise syrienne ». « C’est pour cette raison précisément que je souhaite aider le Liban, la Jordanie et la Turquie à proposer une option qui s’inscrit dans la durée, au profit de ces réfugiés. Il s’agit, pour ces derniers, de regagner la Syrie conformément aux conventions et aux droits internationaux (…). Notre diplomatie s’évertue aujourd’hui à donner un coup d’accélérateur au Groupe du processus d’Astana en veillant à travailler de concert avec M. Staffan de Mistura (…) », a-t-il affirmé.

Au journaliste qui faisait remarquer que la France donne l’impression de ne pas aider le gouvernement libanais dans le processus de retour des réfugiés syriens chez eux, M. Macron a lancé : « Si quelqu’un essaie toujours d’aider le Liban, il est bien là, devant vous, s’il vous plaît ! Précisément parce que je suis extrêmement engagé à aider le Liban, votre président et votre Premier ministre ! »


(Lire aussi : Gouvernement libanais : Paris en deus ex machina ?)


Et d’enchaîner en rappelant les actions de la France en faveur du pays du Cèdre. « Nous avons organisé les trois conférences à Bruxelles, à Rome et à Paris pour justement aider le Liban à différents niveaux dans sa crise. J’ai toujours été clair que, pour aider le Liban, nous avons besoin d’une solution durable. Le retour des réfugiés en Syrie en ce moment, alors qu’il y a Idleb, ne peut pas se faire de façon raisonnable et durable », a souligné le président Macron. « Observons ce qui se passe aux frontières. Combien de personnes ont-elles été acceptées par le régime syrien ? » s’est-il interrogé. Emmanuel Macron prend ainsi le contre-pied de la politique officielle du Liban qui juge qu’il n’y a aucun obstacle à un retour des réfugiés dans les régions sécurisées en Syrie. Son discours devant l’Assemblée générale a pourtant été salué par le ministre sortant des Affaires étrangères, Gebran Bassil. Sur son compte Twitter, M. Bassil a écrit : « Félicitations au président Macron pour un discours fabuleux (...). Il a repris le rôle historique de la France, celui des valeurs humaines et universelles, celles du Liban et de son message. » Un peu plus tôt, M. Bassil avait vivement critiqué le président américain, Donald Trump – toujours sur Twitter – parce qu’il avait omis, dans son discours à l’ONU, de citer le Liban en remerciant les pays qui accueillent des réfugiés syriens (voir par ailleurs).


Lire aussi

Tempête dans la région, crise gouvernementale au Liban, le décryptage de Scarlett HADDAD


Lors d’une conférence de presse tenue hier au Palais de Verre, juste après son intervention à la tribune de l’Assemblée générale de l’ONU, le président français, Emmanuel Macron, s’est opposé à un retour « forcé » des réfugiés syriens chez eux, s’alignant ainsi sur la position de Filippo Grandi, haut-commissaire des Nations unies pour les...

commentaires (10)

On dirait que la solution durable fût trouvée et testée pour son efficacité il y a bien longtemps: laisser les au Liban dans des camps de toute forme tout comme les palestiniens réfugiés au Liban il ya 70ans et qui y sont resté...c'était bien les promesses européennes qui les ont amené de Palestine et qui les font crépir depuis dans des camps ...modèle à suivre probablement...

Wlek Sanferlou

22 h 23, le 26 septembre 2018

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • On dirait que la solution durable fût trouvée et testée pour son efficacité il y a bien longtemps: laisser les au Liban dans des camps de toute forme tout comme les palestiniens réfugiés au Liban il ya 70ans et qui y sont resté...c'était bien les promesses européennes qui les ont amené de Palestine et qui les font crépir depuis dans des camps ...modèle à suivre probablement...

    Wlek Sanferlou

    22 h 23, le 26 septembre 2018

  • Mais Bachar el Assad est content que tous les sunnites soient hors de Syrie quel aubaine.

    Eleni Caridopoulou

    17 h 09, le 26 septembre 2018

  • Dans l’attente d’une solution durable...cela rapelle d’autres réfugiés qui attendent toujours une solution durable depuis 1948...

    AntoineK

    14 h 45, le 26 septembre 2018

  • jusqu'à ce jour, je ne vois quelle aide ce beau parleur apporte au Liban Pas plus que Hollande Des paroles , des promesses Il est empêtré avec la repentance avec l'Algérie et les Harkis Il n'y a plus que 19% de français qui croit en lui

    FAKHOURI

    12 h 45, le 26 septembre 2018

  • HAHAHAHA ! quelqu'un n'avait il pas ecrit a propos de macron qq chose qui citait sa duplicite ? faut ajouter y ajouter, son arrogance aussi . lors du meme discours macron nous enfonce plus profondement un tres gros clou question refugies syriens ,en meme temps qu'il crie etre notre meilleur defenseur. de l'arrogance ca ou quoi ? que GB lui, gesticule et crie a la Grandeur du discours Macronien n'est pas betise de sa part mais s'explique facilement : le plus de sympathisants etrangers/chefs d'etats et de gouvernements il se fait ( encore qu'on n'en est pas tres surs) le plus il accroît ses chances d'arriver a Baabda. du moins l'espere t il notre Gendre omnipotent & omniprésent

    gaby sioufi

    11 h 48, le 26 septembre 2018

  • Donc, nous Libanais, sommes incapables de gérer notre pays nous-mêmes... et avons toujours besoin de l'aide de quelqu'un... sauf pour exercer la corruption et se remplir les poches ! Alors pourquoi s'être battus pour obtenir l'indépendance ? Irène Saïd

    Irene Said

    11 h 03, le 26 septembre 2018

  • LES PAROLES SONT BONNES. IL Y MANQUE LES ACTIONS !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 39, le 26 septembre 2018

  • "Au journaliste qui faisait remarquer que la France donne l’impression de ne pas aider le gouvernement libanais". D'apres ma connaissance il n'y a pas (plus) de gouvernement libanais pour l'instant ... Pour l'instant il n'y a qu'un gouvernement demissionaire au Liban.

    Stes David

    09 h 53, le 26 septembre 2018

  • Le Président Macron nous dit "...à proposer une option qui s’inscrit dans la durée..." Cette phrase n'est pas facile à comprendre. Je pense que l'Occident s'oppose au retour des syriens juste parce que la Russie aimerait les rapatrier chez eux. Si la Russie voulait les maintenir au Liban l'Occident serait venu nous dire qu'il faut qu'il rentre chez eux. Comme d'habitude nous sommes victimes des grandes puissances. Cependant, il est vrai que Monsieur Macron a une affection spéciale pour le Liban. Nous le remercions.

    MGMTR

    09 h 17, le 26 septembre 2018

  • Oui, M. Macron a beaucoup fait pour le Liban et nous lui en sommes très reconnaissants! Mais quand il dit: "je souhaite aider le Liban, la Jordanie et la Turquie à proposer une option qui s’inscrit dans la durée, au profit de ces réfugiés." Désolés, mais huit ans, c'est déjà une option assez longue, et c'est à notre profit que la solution doit être trouvée... Cette solution doit être trouvée au profit et pour le bien-être des réfugiés aussi, qui n'en peuvent plus de cette vie d'errants minable qu'on leur propose, sous couverture des droits de l'homme...

    NAUFAL SORAYA

    07 h 18, le 26 septembre 2018