Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Poursuites à l'encontre de Zahran pour diffamation contre l'émir du Koweït

"Nous disons au Koweït et à son émir : nos archives sont là et vous pouvez les consulter. Elles débordent d'amour et d'appréciation",  écrit sur twitter le journaliste proche du Hezbollah. 

Le journaliste proche du Hezbollah, Salem Zahran. Photo prise de sa page Facebook.

Le procureur général près la Cour de cassation, Samir Hammoud, a demandé lundi au parquet près la Cour d'appel de Beyrouth, d'engager des poursuites contre le journaliste proche du Hezbollah, Salem Zahran, pour diffamation. Les propos de M. Zahran contre l'émir du Koweït avaient soulevé une tempête de protestations.

Un peu plus tôt, M. Zahran avait été entendu par l'avocat général près la Cour de Cassation, Mirna Kallas. Le journaliste a remercié le ministre de l'Information,Melhem Riachi de l'avoir contacté par téléphone ainsi que les  juges Hammoud et  Kallas. "Après cette tempête qui a été créée de toutes pièces, nous disons au Koweït et à son émir : nos archives sont là et vous pouvez les consulter. Elles débordent d'amour et d'appréciation", a ajouté M. Zahran. 



Dans une émission diffusée vendredi soir sur la chaîne du Hezbollah al-Manar, M. Zahran avait accusé les dirigeants du Golfe d’être tous, de gré ou de force, à la solde des États-Unis. Il avait affirmé que l’émir du Koweït, en visite aux États-Unis pour des examens médicaux, avait été convoqué par le président américain, Donald Trump, qui l’a forcé à annuler des contrats d’une valeur de 11 milliards de dollars pour en passer de nouveaux, d’une valeur de 14 mds USD, avec des compagnies américaines.

Le Liban officiel a réagi au cours du week-end aux propos de Salem Zahran, hostiles au Koweït et son émir, cheikh Sabah al-Ahmad al-Jaber al-Sabah, qui lui ont valu une tempête de protestations. De son côté, le ministère koweïtien de l’Information a exprimé sa "vive condamnation" à la suite des propos de Zahran qu’il a qualifiés de "diffamation et de falsification des faits visant à tromper l’opinion publique".


Pour mémoire

Des partisans de Hariri bloquent une route à Beyrouth après les propos d'un journaliste proche du Hezbollah

Affaire des prêts subventionnés : Zahran attend le retour du parquet financier

Le procureur général près la Cour de cassation, Samir Hammoud, a demandé lundi au parquet près la Cour d'appel de Beyrouth, d'engager des poursuites contre le journaliste proche du Hezbollah, Salem Zahran, pour diffamation. Les propos de M. Zahran contre l'émir du Koweït avaient soulevé une tempête de protestations.Un peu plus tôt, M. Zahran avait été entendu par l'avocat...
commentaires (2)

CE N,EST PAS DU JOURNALISME.C,EST DE LA DIFFAMATION !

LA LIBRE EXPRESSION

17 h 10, le 17 septembre 2018

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • CE N,EST PAS DU JOURNALISME.C,EST DE LA DIFFAMATION !

    LA LIBRE EXPRESSION

    17 h 10, le 17 septembre 2018

  • Cela est juste pour le punir d’etre Intègre et de dire la vérité !!!

    Bery tus

    16 h 37, le 17 septembre 2018

Retour en haut