X

À La Une

La Turquie capture un fugitif dans un fief d'Assad en Syrie

conflit

Yusuf Nazik, un ressortissant turc accusé par Ankara d'avoir planifié un double attentat à la voiture piégée à Reyhanli en mai 2013, a été capturé à Lattaquié lors d'une opération menée par les services de renseignement turcs (MIT), a rapporté l'agence de presse étatique turque Anadolu.

OLJ/AFP
12/09/2018

Les services secrets turcs ont mené une spectaculaire opération dans un fief du président Bachar-el-Assad en Syrie pour capturer le planificateur présumé d'un attentat qui a secoué la Turquie en 2013, a révélé Ankara mercredi.

Yusuf Nazik, un ressortissant turc accusé par Ankara d'avoir planifié un double attentat à la voiture piégée à Reyhanli en mai 2013, a été capturé lors d'une opération menée par les services de renseignement turcs (MIT), a rapporté l'agence de presse étatique turque Anadolu.

Les espions turcs ont mis la main sur cet homme de 34 ans lors d'une opération inédite à Lattaquié, un fief de M. Assad situé dans le nord-ouest de la Syrie, avant de le ramener en Turquie. L'arrestation de Yusuf Nazik a été confirmée par des responsables turcs.

Le double attentat de Reyhanli, qui a fait 53 morts, avait choqué la Turquie, secouée depuis par d'autres attaques meurtrières, et mis en lumière les risques liés à l'implication d'Ankara en Syrie aux côtés des rebelles cherchant à renverser le président Assad.

Le gouvernement turc avait à l'époque imputé cette attaque à un groupuscule d'extrême gauche turc lié aux services de renseignement syriens. Damas a démenti toute implication.

Yusuf Nazik a toutefois "avoué" lors de son interrogatoire que l'attaque de Reyhanli avait été commanditée par les services de renseignement syriens, selon Anadolu.

Dans une vidéo publiée par l'agence étatique turque, le suspect apparaît vêtu d'un jean et d'un haut de survêtement. Debout à côté d'un drapeau turc, il récite des aveux d'une voix blanche avant d'appeler ses complices à se rendre.



"Nous prenons très au sérieux les informations fournies par Yusuf Nazik sur l'implication de membres des services de renseignement de la Syrie", a déclaré un haut responsable turc ayant requis l'anonymat.


(Lire aussi : Comment Ankara voit les préparatifs de l’offensive sur Idleb ?)


"Où qu'ils soient"

En février dernier, un tribunal turc a condamné un homme à la prison à vie en lien avec cet attentat.

L'opération menée par le MIT revêt un caractère singulier car Lattaquié est l'un des bastions du régime syrien qui, depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, n'a jamais perdu le contrôle de ce fief des Alaouites, la minorité religieuse dont M. Assad est issu.

La Russie y est également très présente, via notamment la base militaire de Hmeimim. Bien qu'influente dans d'autres régions du nord de la Syrie, la Turquie n'a pas de présence connue à Lattaquié.

Anadolu ne fait pas mention d'une éventuelle coordination entre les services russes et turcs dans l'opération révélée mercredi, affirmant que celle-ci avait été menée "sans soutien d'un autre Etat sur les plans du renseignement ou de la logistique".

Timur Akhmetov, expert au Conseil russe des affaires internationales, souligne néanmoins que cette opération survient alors que Moscou s'efforce d'encourager la Turquie à se concentrer "sur des questions liées à la sécurité, où Ankara et Damas peuvent trouver un intérêt commun".

Cette opération intervient aussi au moment où le régime de Damas, appuyé notamment par Moscou, s'apprête à lancer un assaut d'envergure contre la province d'Idleb, voisine de Lattaquié.

Ankara s'oppose avec force à toute offensive sur Idleb, ultime fief rebelle en Syrie dominé cependant par des groupes jihadistes, redoutant un afflux massif de réfugiés vers la Turquie.

La capture annoncée mercredi par Anadolu fait écho à une série d'opérations similaires menées par les services d'Ankara dans les Balkans, en Asie centrale ou encore en Afrique contre des partisans présumés du prédicateur Fethullah Gülen, que le gouvernement turc accuse d'avoir fomenté la tentative de coup d'Etat du 15 juillet 2016.

"Notre Etat poursuivra jusqu'à la fin les coupables où qu'ils soient", a déclaré mercredi le ministre turc de la Justice Abdulhamit Gül, se félicitant du "succès" de l'opération ayant abouti à la capture de Yusuf Nazik.


Pour mémoire

Idleb : Ankara échoue à modifier les plans russo-iraniens

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES SERVICES SECRETS TURCS 3AM YISRAHOU OU YIMRAHOU A LATTAQUIÉ... YIA 3AYNÉ !

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Pays : Liban ; capitale : Téhéran

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué